Nets

NBA Flashback 2021-22 : le jour où Kyrie Irving a envoyé 60 points sur la truffe du Magic, la poésie au service du basket

Kyrie Irving Orlando

Merci.

Source : NBA League Pass

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? Retour sur le spectacle de magie offert par Kyrie Irving à Orlando, avec 60 puntos dont 41 en une seule mi-temps. 

Pour revivre les tours de passe passe de l’Oncle, c’est par ici !

Il y a des soirs comme celui ci. Des soirs où quoi qu’il arrive, un joueur est trop fort. Pas possible de l’arrêter, même au prix d’une défense acharnée. La « zone », ce genre de mindset mental qui rend tout facile, tout réalisable pour joueur de basket. Ce 15 mars 2022, le Magic a sans doute fait les frais de l’apogée du basket de Kyrie Irving. Rien n’indique pourtant que cette soirée sera un classique avant qu’elle ne commence. Le match ? Ouais ok, Orlando végète en fin fond de Conférence Est. Brooklyn doit entamer sa remontée fantastique vers les Playoffs, et cette victoire est donc obligatoire, tout en ayant aussi en tête la logique de reposer les cadres. Désolé les gars, mais Kyrie ne va pas s’esquinter ce soir 40 minutes contre vous si le banc est capable de gérer le match proprement.

60 points, 20/31 au tir 8/12 à 3-points, 12/13 aux lancers, 6 rebonds, 4 passes, 4 interceptions

Oui mais non en fait. Bien sûr titulaire, Kai envoie trois flèches à 3-points pour se chauffer et c’est parti. Le récital est lancé, et il n’y aura presque aucune fausse note durant les 35 minutes de musique. 20/31 au tir, 8/12 depuis le parking et 12/13 aux lancers-franc. Uncle Drew ? Ouais, bon surnom, mais là c’est plus Monsieur Propre. Et Monsieur Dégoûtant en même temps. Pourquoi ? Parce que les joueurs du Magic ont été écoeurés, tout simplement. De la ficelle, du panier en percussion dont lui seul à le secret. Franchement, qui pourrait aller se farcir le pivot adverse en étant aussi petit et en ne jouant pas sur la détente verticale ? Kyrie Irving, messieurs dames. Jeu d’appuis au timing ultra précis qui permet d’ouvrir une trajectoire de tir, tour de passe passe qui vous fait carrément oublier où se situe la balle, et bien sûr shoots au large dès que l’espace le permet.

Dans cette première mi-temps de feu complet, Irving s’illustre aussi en distribuant des caviars et en chipant quelques ballons dans les mains adverses. L’homme a tout faire des Nets ce soir là met Orlando en PLS, et Mickey ne répond plus. À la pause ? L’homme compile déjà 41 points, c’est à dire que seuls Devin Booker et Kobe Bryant ont fait mieux ces vingt dernières années. Bon, ça vous classe un peu le niveau d’historique dans la performance accomplie. Au retour du vestiaire, la chanson ne change pas d’une seule note et le Magic continue à déguster sans pouvoir répliquer. Ils ont tout tenté, toutes les défenses possibles… mais quand c’est comme ça, qu’un type est si bouillant, il n’y a malheureusement rien d’autre à faire que de le contempler, d’apprécier sa performance.

Kyrie ne jouera que 35 minutes ce soir là, mais il inscrira 60 points. Soixante. 50+10. Record personnel dégommé, record de franchise aussi. Le geste symbole de cette soirée exceptionnelle ? La main vers le ciel, après son dernier tir qui lui permet d’aller chercher la soixantaine d’unités. Sous les acclamations d’un public du Magic complètement envoûté par le basket estampillé Irving, s’il vous plaît. Nous l’écrivions déjà à l’époque, mais il est aujourd’hui acquis que Kai est une personnalité qui divise, via ses prises de positions parfois étranges. Pour autant, son jeu – lorsqu’il est pratiqué avec autant de minutie – est un véritable cadeau, qui régale toute personne se revendiquant fan de balle orange. Aura t-il l’occasion de réitérer cet exploit sous le maillot des Nets ? Personne ne le sait vraiment mais peu importe la tunique, tant qu’il recommence.

Magnifique, extraordinaire, historique. Voici ce que l’on pouvait lire le lendemain de la performance de Kyrie Irving face à Orlando. Et à raison, car la poésie offerte par Tonton Kai fût des plus lyriques, des plus belles qu’il ait eu l’occasion de performer. La prochaine fois, ce sera sous le maillot des Lakers ? 

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top