Blazers

NBA Flashback 2021-22 : le soir où Anfernee Simons a envoyé 43 points sur la truffe des Hawks, papy était fier et la NBA prévenue

Anfernee Simons 03-01-22

Soirée… spéciale.

Source : NBA League Pass

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Sauf en 2021, car à l’été 2021 sachez que l’équipe de rédaction est passée tout près de rendre les armes mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc la bonne vieille formule, on recule de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? Le soir où Anfernee Simons a pris feu et a dégommé les Hawks, en hommage à son grand-père décédé la veille du match. 

Il y a des soirs comme ça. Des soirs où le basket n’est plus un métier, plus un jeu, mais un moyen d’expression. C’est d’ailleurs dans ces situations que l’humain se sublime : quand son art lui permet de s’exprimer. Ce 3 janvier 2021, Anfernee Simons avait besoin de parler. C’est au travers de la balle orange qu’il l’a fait. D’une langue poétique pour les observateurs, d’un tranchant trop incisif pour ses défenseurs. Remettons un peu de contexte. Jake Carter – grand père de l’arrière des Blazers – est alors gravement malade. Un cancer du pancréas. Il décèdera la veille d’un match des Blazers. Ce match, Anfernee Simons doit y participer, mais le contexte n’est pas vraiment en sa faveur. Protocole COVID tout juste terminé, et surtout peine immense d’avoir perdu l’un des principaux acteurs de sa vie. Là aussi, revenons en arrière. Grand père maternel du garçon, Jake Carter avait pour habitude de s’occuper d’Anfernee durant sa jeunesse. Une fois devenu basketteur, Simons avait pour habitude le voir dans les gradins, puisque Monsieur Carter se déplaçait dès que l’occasion se présentait. La relation était spéciale, la perte en est d’autant plus douloureuse.

Au Moda Center, la place du grand père n’est plus occupée. Pourtant, tout indique qu’il était bien présent ce soir là. Non, on ne parlera pas de fantômes ou d’esprits frappeurs, on préfère laisser ça à Scooby Doo et sa team. Dans l’esprit et dans le coeur d’Anfernee, voilà où cette personne qui comptait tant s’est réfugiée. Lui même l’avouera plus tard, dans un esprit bien sûr très symbolique mais qui n’enlèvera rien à la performance exceptionnelle réalisée ce soir là.

« Il y avait quelque chose de différent aujourd’hui. Je savais dans le fond de mon esprit que cela allait être un grand soir. Je savais que cela allait être un grand soir car il était là. Mon papy était là pour m’aider. »

– Anfernee Simons.

On pourrait attendre de toute personne qu’un tel événement soit quelque chose de difficile à surmonter, à minima très triste. Toute cette tristesse qu’a pu ressentir Simons, ce sont les Hawks qui l’ont pris dans la truffe. Lorsque le match commence, AS n’est pas pressenti pour être au delà de son niveau classique. D’autant plus qu’en face, c’est rien de moins que Trae Young qui va envoyer du lourd. Non, la soirée ne s’annonce pas spécialement simple sur le plan sportif, et encore moins sur le plan personnel. Pourtant, c’est avec une confiance surprenante compte tenu des circonstances qu’Anfernee entame la partie : 2/3 depuis le parking dans le seul premier quart, et déjà une équipe d’Atlanta en souffrance au moment de le garder. On ne dira pas qu’il s’agit de laxisme de la part des Faucons, loin de là. À ce moment là, Anfernee Simons est déjà connu du reste de la NBA pour des petits coups de chauds autour de la vingtaine de points. Ce que ces mêmes Faucons ne savaient pas en revanche, c’est que le kid des Blazers allait bien leur coller une rouste des familles, pour la famille justement. Le deuxième quart sera à nouveau très bon pour Sim’ et le garçon est désormais à 4/7 au tir. Aisance, confiance et surtout volonté, voilà ce que l’on note lors du retour au vestiaire des deux équipes.

Cela a été évoqué un peu au dessus, mais Anfernee ne sera pas le seul garçon bouillant de la soirée. En face, Trae Young fait littéralement mumuse avec la défense des Blazers, et en enverra 56 dans la ganache de Portland au total. Son record en carrière… dans une défaite ? Ce sera malheureusement le cas pour lui. Simons est très très fort dans l’apport de points ce soir là, et les troisièmes puis quatrièmes quart-temps le confirmeront à leur tour. Vous le savez cependant : difficile de remporter un match de basket tout seul. C’est pour ça qu’en plus d’une sortie à 43 points record pour lui et pour les Blazers qui n’avaient jamais vu de joueur de 22 ans claquer la barre des 40 unités, Anfernee a fini comme meilleur passeur de son équipe avec sept cadeaux pour les collègues. Le panier est fermé ? Eh pas de souci hein, attrape ça Jusuf et régale toi ! Au final, les Blazers maîtriseront cette belle équipe d’Atlanta 136-131. Une jolie manière de sortir temporairement du marasme ambiant qui règne alors sur l’Oregon : résultats pourris, management en plein mouvement et surtout grosse incertitude autour de Damian Lillard. Ce match aura été l’opportunité pour tout le monde de souffler un peu, tout en célébrant la soirée historique de leur jeune pépite. Pour cette dernière, nos mots sont peut-être bons pour décrire son match, mais laissons lui le ressenti.

« Je suis rentré sur le terrain avec le coeur lourd, mais avec l’esprit clair quant à ce que je devais faire. Je voulais jouer mon jeu et être au mieux de mes capacités pour lui ».

Anfernee Simons avait besoin de s’exprimer, de rendre hommage à quelqu’un qui comptait très fort pour lui. Avec une telle performance, cette personne peut sans doute s’en aller l’esprit tranquille… fière de sa contribution dans l’éclosion de l’une des pousses les plus prometteuses de NBA. 

Source : Oregonlive.com, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top