News NBA

La NBA en France, ce sont aussi des spots de vacances pour les joueurs : épisode 3 – les territoires ultramarins, de La Réunion à Bora Bora

Vacances NBA Bora Bora

Bora Bora…

Source : YouTube

On vous l’accorde, nous ne sommes actuellement pas dans la période la plus exaltante de la saison. Dans le cœur des fans NBA, le mois d’août rime bien souvent avec ennui. Et pour cause, les Playoffs se terminent en juin, la Free Agency bat son plein en juillet et les premiers matchs reviennent en septembre. Août ? C’est le mois des selfies sur un yacht, des cocktails sur les plages privées et des soirées dans des villas blindées. Pas vraiment le genre d’activités auxquelles le commun des mortels peut s’identifier. Alors pourquoi pas profiter de ces quelques semaines plus tranquilles pour faire le point sur les destinations les plus prisées par nos joueurs préférés lorsqu’ils partent en vacances ? Direction les territoires ultramarins de la France, l’incarnation du paradis pour beaucoup d’entre nous. 

Avant de commencer ce papier, nous vous proposons un petit point géographique avec notre expert dans le domaine, Sebastiano Del Mundo. Il va nous éclairer concernant qui est quoi dans les différents acronymes utilisés officiellement. C’est vrai que lorsque l’on ne s’y connaît pas outre mesure, il est difficile de différencier DROM, TOM, COM. Tiens au passage, ça doit être cocasse de s’appeler Tom dans un TOM (le rédacteur a démissionné après cette vanne).

SDM : Bonjour à tous ! Alors, les territoires ultramarins de la France sont répartis en différentes catégories dépendant de leur statut. Ainsi, les Département et Régions d’Outre Mer sont au nombre de cinq : Guadeloupe, Guyane, Mayotte, Martinique, Réunion. Il existe également des Collectivités d’Outre Mer, où les statuts administratifs sont particuliers. Elles sont également cinq : Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Wallis-et-Futuna, Polynésie Française. La Nouvelle Calédonie ne rentre pas dans ces catégories du fait de son autonomie et de statuts spéciaux. Il ne reste plus que les TOM, à savoir les Terres Australes et Antartiques Françaises qui regroupent des îles souvent dédiées à la science et aux militaires. Dans tous les cas, on doute du fait qu’un joueur NBA ait eu envie d’aller passer deux semaines sur l’archipel des Kerguelen. Au passage, vous avez le coucou de mon cousin Sebastiano Drafto.

Merci pour ces éclaircissements et la bise au couz’, on peut enchaîner désormais. Par où commence t-on… Allez, l’Océan Indien ? Nous sommes parti pour les deux Îles Vanille battant le pavillon français, à savoir La Réunion et Mayotte. Pour la première citée, disons que les NBAers français sont des habitués. Tony Parker, Boris Diaw et Nicolas Batum ont notamment parrainé des manifestations sportives sur place, et donc pu y passer quelques jours pendant l’intersaison. D’ailleurs, Batman n’a pas tari d’éloges pour les paysages de l’île qu’il a pu découvrir lors d’un vol en hélico.

“J’ai fait Hawaii en hélicoptère, La Réunion est beaucoup plus impressionnante. Je me suis littéralement levé dans la cabine quand nous sommes arrivés au-dessus de Mafate !”

– Nicolas Batum.

En même temps, visez un peu les merveilles de l’île. Entre les deux volcans, le très impressionnant Cirque de Mafate et les plages d’eau turquoise, tout le monde y trouvera son bonheur. Ce ne sont que quelques unes des facettes de l’île intense, mais cela nous suffit amplement à saisir qu’il s’agit d’une destination vacances somme toute pas désagréable. Il en va de même pour Mayotte, visitée à plusieurs reprises par certains joueurs NBA tricolores. L’îlot de Saziley est un incontournable, tout comme les playgrounds de l’île principale, animés par des passionnés qui respirent la balle orange… le tout à la sauce mahoraise. Un mélange unique, juste must see si vous souhaitez tâter un peu le cuir pendant les vacances.

On quitte déjà l’Océan Indien ? On y était si bien, pourtant. Pas de raison de vous inquiéter, la prochaine destination fait tout autant rêver puisque l’on file dans les Antilles. La Guadeloupe est une terre de basket, puisque c’est au coeur du 971 que Rudy Gobert, Mickael Gelabale et Rodrigue Beaubois puisent leurs origines. Roudi s’y est même rendu quelques jours en mai dernier, l’idéal pour se ressourcer avant de foncer vers les vertes et froides plaines du Minnesota. Là aussi, les amateurs de volcans auront le droit de rêver puisque la Soufrière s’offre à eux au coeur de l’île. Pour la Gob’ en revanche, le séjour s’est plus déroulé du côté des plages de sable blanc, les jambes dans une eau de mer tournant à 28 degrés de moyenne. Ouais, on a un onglet Air France ouvert juste à côté parce que ça pourrait vite partir sur un coup de tête.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rudy Gobert (@rudygobert27)

Pas le temps de s’arrêter plus longtemps, on prend le premier bateau à Pointe-à-Pitre, direction Saint-Pierre en Martinique. Les souvenirs plein la tête bien sûr, mais pas celui du moment où on s’est fait postériser par Rudy, faut pas le dire. Dans le bateau, plein de brochures nous tapent l’oeil. L’une d’entre elles parle du sport sur l’île. À peine ouverte, elle nous rappelle avec fierté que la Martinique est elle aussi un territoire qui vibre pour le basket. Le meilleur exemple ? Le visage en gros sur la page du dépliant. Il est familier, puisqu’il s’agit de celui de Ronny Turiaf. Le natif de Fort-de-France est d’ailleurs assez bon pour ramener les collègues passer du bon temps à la maison. Parmi eux ? Tony Parker bien sûr. S’il est venu dans le cadre d’un camp de basket organisé par Ronny, cela ne l’empêchera pas de prendre du bon temps entre distilleries et visites de lieux incontournables. Sans oublier la farniente hein, faut pas déconner. Petit passage rapide par Saint-Barthélémy où nous le rappelons, le permis de conduire à points n’existe pas. Cette information peu utile sortie, vous pourrez peut-être y croiser Joakim Noah. L’intéressé était venu à Saint-Barth’ le temps de quelques jours il y a plusieurs années. Avec les copaings bien sûr, plus on est de fou, plus on rit.

Allez, notre bateau repart déjà. On prend le canal de Panama, et nous voilà dans le Pacifique. La route est longue vers la Polynésie Française, mais ce lieu est si magique qu’on accepte volontiers de prendre notre temps. Si jusqu’ici, les îles présentées ne jouissaient “que” d’une grande popularité auprès des NBAers français, certains des joueurs internationaux de la Grande Ligue sont amoureux de certains des archipels de Polynésie. En premier ? George Hill, qui s’est rendu à Tahiti pour profiter des décors paradisiaques et parrainer un tournoi de basket. Dans le style plus réseaux sociaux, les frangins LiAngelo et LaMelo Ball s’affichent eux du côté de Bora Bora, au coeur des Îles Sous-le-Vent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ANT (@anthonyvsalazar)

Ils ont eu la chance de pouvoir faire une photo. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Pourquoi dit-on cela ? Et bien car un Evan Fournier sans doute meilleur au basket qu’au pilotage de drone avouait sur Twitter avoir planté le sien contre le mât d’un bateau. La tuile des vacances ça, mais Tahiti est au coeur des Îles du Vent, donc on va dire que c’est la faute à une bourrasque. N’empêche que là encore, les paysages magnifiques et leur renommée mondiale sont reconnus par le monde de la balle orange… il n’y a pas de mal à se faire plaisir.


Il nous est impossible d’évoquer ce coin du monde sans parler de l’histoire de tragique de Bison Dele. Disparu avec sa famille au large de Tahiti alors qu’il s’en allait pour une virée à bord de son catamaran, le joueur ainsi que les siens ont été assassinés, et leurs corps très certainement jetés dans les eaux du Pacifique. Seul rescapé de l’escapade maritime, le frangin de Dele, Miles Dabord. Les soupçons pointaient vers lui lors de l’enquête menée par le FBI après les faits, en 2002. Le bateau a été retrouvé criblé d’impacts possiblement réalisés par des balles. Son frère se suicidera en Californie après un interrogatoire, ne laissant que le mystère autour de cette affaire. Difficile d’évoquer ce sujet aussi rapidement mais il est traité avec précision juste ici.

On finit notre tour du monde par la Nouvelle Calédonie. Aucun NBAer n’est passé par l’île du Pacifique Sud à notre connaissance, mais elle n’en reste pas moins un endroit d’exception. On pense bien évidemment au Stephen Curry local, aka Michel Castex. Basketteur ayant marqué l’histoire du basket insulaire, il aura été le point de repère de toute une génération de pratiquants néo-calédoniens. Ses actions légendaires aux Jeux de Guam en 1975 ou son passage chez les Harlem Globetrotters resteront à jamais dans les mémoires.

C’est déjà fini ! Ce fût rapide, mais tellement agréable de penser à tous ces endroits de rêve. D’un coup, on envie tous les NBAers qui ont eu le luxe de s’offrir des vacances à des lieues de leur quotidien. D’ailleurs, ce serait quoi votre envie vacances préférée dans la liste faite ici ? Eh, nous on penche pour Tahiti et Bora Bora quand même, pfiou. 

Sources : La 1ère, Vanilla-island.org, Instagram, Twitter @EvanFournier, 360tahiti.com 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top