News NBA

La NBA et la WNBA annoncent l’ouverture de ligues juniors : 11 ligues dans 11 villes pour flairer les 6-14 ans bourrés de talent

NBA Jr

11 ans et déjà prêt à tanker.

Source image : YouTube

À chaque réussite sa quête de stabilité. Une entreprise ne veut jamais être au sommet. Si elle est au sommet, cela signifie qu’elle ne montera pas plus haut. Une entreprise veut constamment toucher des sommets, sans jamais atteindre LE sommet. Et pour cela, il lui faut préparer l’avenir. Avant d’être de chouettes ligues sportives, la NBA et la WNBA sont des entreprises. Des entreprises qui viennent d’annoncer l’ouverture de leurs propres ligues juniors.

« J’aime quand un plan se déroule sans accroc ». Pépouze dans sa piscine, une main dans les petits fours, l’autre sur la télécommande d’inclinaison de son fauteuil aquatique, Adam Silver continue son plan d’expansion. Après les délocalisations de certains matchs – régulière à Paris, présaison aux Émirats Arabes Unis – le commissionnaire s’attaque désormais à la jeunesse. C’est bien beau l’international, mais encore faut-il que les nouvelles générations accordent autant d’importance à la NBA que leurs aînés. C’est donc une lame à double tranchant que déploie le mastodonte NBA : les « Jr. NBA Leagues ». À « double tranchant » puisqu’en plus de flairer les nouveaux cracks sur le territoire national, ces ligues permettront une promotion auprès de la jeunesse. Si l’on te vend un objectif tôt, tu ne te poseras jamais la question du « pourquoi cet objectif », mais plutôt du « comment l’atteindre ». Dans le milieu, on appelle ça la technique de l’hameçon dans le berceau. Pour expliquer ce plan marketing, la NBA utilise d’autres mots, parus tirés d’un lexique de député : « Les ligues amélioreront le basket-ball récréatif tout en apportant l’excitation de la NBA et de la WNBA aux jeunes joueurs ». Sont forts ces communicants.

À qui s’adressent ces programmes ? Aux garçons et filles de 6 à 14 ans. Une date ? Dès novembre prochain. Une durée ? Ce lancement est probablement permanent, donc il faudra s’habituer à ce qu’entre des actions de Steph Curry, LeBron James et Luka Doncic, des highlights de petits merdeux se glissent sur notre fil d’actualité Twitter. Combien de ces ligues verront le jour ? Onze, selon le communiqué de la NBA. Quels sont les marchés retenus ? Sacramento, Washington, Boise, Louisville, New Orleans, Kansas City, Omaha, Las Vegas, Philadelphie, San Antonio et Seattle. Quels objectifs ? « Un demi-million de participants au cours des cinq premières années ». Quelle relation entretiendront les joueurs NBA avec ces ligues juniors ? Auront-ils des obligations marketing, dans le genre aller taper les mains des petits morveux devant un Adam Silver jouissif, qui tient la caméra ? On ne sait pas encore, mais le programme de ces ligues juniors se veut inclusif : « Les ligues Jr. NBA s’efforceront de fournir aux jeunes, indépendamment de leur situation socio-économique, de leur race et de leur sexe, l’accès au meilleur basket-ball récréatif ». C’est bieng, mais nous, tout ce qu’on retient, c’est que des gosses de six ans vont être obligés de porter le maillot des Kings. T’as même pas commencé ta vie qu’on te fout déjà des bâtons dans les roues.

Pour le trailer officiel de ces ligues juniors, c’est par ICI !

On vanne mais on aurait adoré le concept. Y’a peut-être même un peu de rancœur dans cette analyse. Forcément, l’aspect marketing prédomine, mais les gosses vont vivre un rêve éveillé. Si l’on n’a pas encore d’infos sur le processus de sélection, il ne fait aucun doute que les places seront chères.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top