Dossiers NBA

Le transfert de Kevin Durant, ça peut être encore très long : Kawhi Leonard, Anthony Davis… retour sur des affaires qui ont traîné

Kevin Durant 6 juillet 2022

L’attente pourrait bien être longue pour KD.

Source image : NBA via TNT

Alors que tout le monde est au taquet sur d’éventuelles infos concernant un trade de Kevin Durant, il va sans doute falloir être patient. Pour vous donner une idée, on vous propose donc de revenir sur les délais pris par plusieurs managements ces dernières années dans des cas similaires à celui de KD. 

Carmelo Anthony 

Demande de trade aux Nuggets : 27 août 2010

Trade aux Knicks : 22 février 2011

Le premier cas récent et marquant d’un joueur majeur qui a forcé son trade vers une autre équipe remonte à 2010 avec Carmelo Anthony. Brillant à Denver depuis sa Draft en 2003, Melo finit par se lasser et demande à être transféré à New York, pour rejoindre son pote Amar’e Stoudemire. Nous sommes fin août et la situation met en galère le management des Nuggets. C’est le début du « Melodrama », un feuilleton suivi par médias et fans qui va durer plusieurs mois, rythmé par les bouderies du joueur. Une période de flou qui se conclura finalement en plein milieu de la saison. Après avoir aussi négocié avec les Nets, Melo est finalement envoyé chez les Knicks dans un blockbuster trade monstrueux : treize joueurs sont impliqués, auxquels il faut rajouter deux choix de second tour de Draft et trois millions de dollars. Un transfert d’une ampleur rarement vue qui n’aboutira… pas à grand chose pour Anthony, toujours très fort individuellement sans toutefois réussir à faire passer un cap à son équipe. De leur côté, les Nuggets auront parfaitement rebondi en établissant des résultats records pour la franchise dans les mois suivants.

Dwight Howard

Demande de trade au Magic : 30 juin 2012

Trade aux Lakers : 10 août 2012

Voilà un transfert forcé qui aura littéralement fait plonger une franchise. Dwight Howard, véritable incarnation de la renaissance du Magic à partir de sa Draft en 2004, va faire basculer durablement le destin des Floridiens… mais du mauvais côté. Saoulé par deux éliminations de suite au premier tour des Playoffs, le pivot tente le passage en force en demandant à son employeur de lui trouver une nouvelle destination. Le management du Magic va refuser d’accéder à cette demande dans un premier temps, avant de céder sous la pression de son joueur. Alors que le mois d’août est bien entamé, un accord est annoncé entre Orlando et les Lakers, qui récupèrent le pivot. Six joueurs, donc Nikola Vucevic, débarquent en Floride en contrepartie, en plus de plusieurs futurs choix de Draft. Dix ans après le deal le Magic n’a toujours pas réussi à rebondir, enchaînant les saisons décevantes au fond de la Conférence Est. Sûrement le trade de cette liste qui a eu le plus de conséquences négatives pour une franchise sur le long terme.

Kyrie Irving

Demande de trade aux Cavs : 21 juillet 2017

Trade aux Celtics : 22 août 2017

Cet événement constitue le premier tournant du cycle victorieux des Cavs de LeBron James. Un an après avoir remporté le titre en réalisant un exploit XXL, Cleveland est de retour en Finale contre les Warriors. Mais l’équipe de l’Ohio ne réalisera pas le doublé, submergée par des Dubs renforcés par l’arrivée de Kevin Durant (encore lui). Un mois après la fin de la saison, Kyrie Irving fait part à son management de sa volonté de prendre un nouveau départ, à la surprise générale. Une décision motivée par l’envie du meneur d’être le leader d’une franchise. Face à cette situation inattendue, les Cavs ne cèdent pas à la panique et prennent leur temps pour étudier les offres proposées par les autres franchises. Un mois après l’annonce des volontés de Kyrie, le meneur est envoyé à Boston contre Isaiah Thomas, Jay Crowder, Ante Zizic et un choix du premier tour de la Draft 2018. Une patience du management de Cleveland qui n’aura pas payé avec du recul, puisque la franchise se remet à peine du départ d’Irving additionné à celui de LeBron James, agent libre et parti pour les Lakers la saison suivante.

Kawhi Leonard

Demande de trade aux Spurs : 15 juin 2018

Trade aux Raptors : 18 juillet 2018

Sûrement l’un des trades les plus marquants de ces dernières années. Après avoir ramassé des distinctions individuelles et collectives à la pelle chez les Spurs, Kawhi Leonard va totalement disparaitre de la circulation texane à partir de début 2018, victime d’une blessure assez obscure. Après des mois d’absence, l’ailier va faire un retour en force médiatique mi-juin, en demandant à ses dirigeants de… quitter San Antonio. Chez les Texans, on marche sur un fil en tentant de négocier le maximum pour un joueur dont le profil peut être perçu comme inquiétant. Oui, Leonard a été dominant pendant plusieurs années, mais on ne sait pas grand chose de sa forme physique ni de son état d’esprit. En sus, Kawhi sera en fin de contrat à la fin de la saison suivante, sans certitude pour la franchise qui va le récupérer de pouvoir le prolonger. Après un mois de négociations, il est finalement envoyé à Toronto, qui lâchera en échange son leader historique et meilleur scoreur all-time DeMar DeRozan, ainsi que Jakob Poeltl et un pick de Draft. Un choix gagnant pour les Raptors, que Kawhi emmènera au premier titre de leur histoire. Les Spurs, de leur côté, limitent la casse sans vraiment réussir à se relancer.

Jimmy Butler

Demande de trade aux Wolves : 19 septembre 2018

Trade aux Sixers : 10 novembre 2018

Voilà encore une annonce qui a mis le feu à la Ligue. Arrivé dans le Minnesota à l’intersaison précédente pour épauler Karl-Anthony Towns, Jimmy Butler va mettre le souk dans le vestiaire des Wolves avant de demander son transfert en plein mois de septembre, à quelques semaines seulement de la reprise de la saison. Une situation pas facile à gérer pour le management, qui doit à la fois négocier une contrepartie à la hauteur du All-Star qu’est Butler, mais aussi encadrer les comportements de diva de son « leader ». Là encore pas de précipitation, quitte à laisser passer le début de saison. C’est finalement près de deux mois plus tard, en plein milieu du mois de novembre, que le deal est bouclé. Bye bye Jimmy, échangé contre Robert Covington, Dario Saric, Jerryd Bayless et un second tour de Draft 2021. Un move qui ne sera vraiment profitable à aucune des deux franchises, puisque Butler quittera Philadelphie après une saison et que les Wolves ne réussiront pas à repartir sur une nouvelle dynamique.

Anthony Davis

Demande de trade aux Pelicans : 28 janvier 2019

Trade aux Lakers : 16 juin 2019 

On part cette fois sur un cas particulier, celui d’Anthony Davis. Le monosourcil a décidé de ne pas faire comme tout le monde en demandant son transfert… en plein milieu de la saison 2018-19. À l’époque, tout le monde savait déjà que cette demande était faite dans le but de rejoindre les Lakers de LeBron, si possible avant la trade deadline. Mais du côté des Oiseaux on a décidé de ne pas se faire plumer et on se trouve  alors en position de force puisque l’ailier-fort est encore sous contrat la saison suivante. On est relax donc, et on va prolonger l’attente jusqu’à l’été suivant pour mettre la pression sur le management de Los Angeles. Une stratégie qui s’avère payante, puisque New Orleans va recevoir un énorme package contre sa superstar : Lonzo Ball, Brandon Ingram, Josh Hart et 3 futurs choix de premier tour de Draft. Une offre qui leur aura permis de lancer une reconstruction accélérée, tout en récupérant le très convoité first pick de la Draft 2019 : monsieur Zion Williamson. De leur côté, les Lakers profiteront du duo LeBron-AD pour aller chercher un titre en 2020, en attendant plus.

Ben Simmons

Demande de trade aux Sixers : 31 août 2021

Trade aux Nets : 10 février 2022

Enfin, on a eu droit pas plus tard qu’il y a quelques mois à un move qui a pas mal secoué la Ligue. Après avoir demandé son transfert, séché le training camp des Sixers et refusé de porter à nouveau le maillot de son équipe, Ben Simmons a cru que tout cela suffirait à le faire transférer rapidement. Mais avec un Daryl Morey sauvage aux commandes, il ne savait pas à qui il avait affaire. Le GM des Sixers a été clair dès le départ et a tenu sa ligne de conduite. Pas d’offre suffisamment intéressante, pas de départ. Alors qu’on pensait que le dossier ne se règlerait pas avant l’été suivant, un gros transfert a finalement été conclu sur le gong de la trade deadline avec les Nets. Après avoir attendu des mois la bonne offre, les Sixers choisissent finalement de tenter de relancer James Harden, quand les Nets récupèrent au passage Seth Curry, Andre Drummond et deux choix de premier tour de Draft. Un trade qu’il est difficile à évaluer encore aujourd’hui avec le manque de recul, mais les faits sont là : l’association Embiid-Harden n’a pas encore pleinement fonctionné mais elle constitue une base très sympathique pour la saison prochaine. De leur côté, les Nets doivent pas mal regretter ce move, eux qui se retrouvent aujourd’hui en galère pour négocier le fameux trade de KD à cause de… Ben Simmons. Et au passage, on n’a toujours pas vu le grand meneur sur les parquets avec le maillot noir…

L’enseignement principal de ces blockbuster trades qui ont chamboulé la NBA ces dernières années ? Il faut du temps pour constituer un package à la hauteur d’un tel transfert. Et plus la franchise contrainte de céder son joueur peut prendre le temps de négocier, plus elle a de chances de récupérer une contrepartie intéressante. Dans tous les cas, la décision de Sean Marks a de bonnes chances d’arriver d’ici au début du training camp de septembre. Il va donc falloir s’armer de patience, parce que l’ex-Warrior a peu de chances de bouger dans les prochains jours.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top