Heat

Le Heat, leader de l’Est, ne possède aucun membre dans les All-NBA Teams : pas grave, à Miami c’est le collectif qui est All-NBA

Heat 8 avril 2022

Le Heat n’a peut-être pas de représentant dans les trois meilleures équipes de la saison, mais il n’est qu’à deux victoires des Finales NBA.

Source image : YouTube

Comme chaque année, la révélation des équipes All-NBA de la saison est source de débats et de discussions. 2022 ne fait pas exception à la règle, notamment quand on parle du Miami Heat. La franchise floridienne n’est pas représentée parmi les trois meilleures équipes de la saison alors qu’elle a terminé cette dernière au sommet de la Conférence Est. Scandale ou normal ?

Faisant déjà partie des grands absents pour les titulaires du All-Star Game, le Heat n’est pas présent non plus dans les équipes All-NBA de la saison. Pas de Jimmy Butler, ni de Bam Adebayo ou encore de Tyler Herro, tout ça alors que la franchise de Miami a terminé la campagne 2021-22 avec 53 victoires au compteur soit le meilleur bilan de l’Est. Est-ce que c’est déjà arrivé que le leader d’une conférence ne possède aucun de ses membres dans l’une des trois All-NBA Teams de la saison ? On a fouillé un peu et devinez quoi : depuis la saison 1988-89, à savoir la campagne au terme de laquelle la Ligue a ajouté pour la première fois une All-NBA Third Team (aux deux déjà existantes depuis 1947), on y a eu droit à plusieurs reprises :

  • 1989 : Detroit Pistons, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams
  • 1994 : Atlanta Hawks, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams*
  • 2000 : Indiana Pacers, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams
  • 2012 : Chicago Bulls, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams
  • 2015 : Atlanta Hawks, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams
  • 2022 : Miami Heat, premiers de l’Est mais aucun membre dans l’une des trois All-NBA Teams

*Dominique Wilkins a été nommé cette année-là dans la All-NBA Third Team, mais avait été tradé en cours de saison des Hawks aux Clippers.

Fun fact, on retrouve que des équipes de la Conférence Est. Pour en revenir au Heat version 2022, à chaud on a envie de dire que c’est un scandale surtout au vu de la campagne de Playoffs de Jimmy Butler, qui a porté Miami à seulement deux victoires des Finales NBA jusqu’ici. Mais quand on regarde de plus près, est-ce vraiment injustifié de ne pas retrouver un membre de la franchise floridienne dans l’une des trois All-NBA Teams de la saison ? Jimmy a comme d’habitude réalisé une saison solide (21,4 points, 5,9 rebonds, 5,5 passes et 1,6 interception à 48% au tir) mais n’oublions pas qu’il a manqué pas moins de 25 matchs au total à cause de divers bobos. 57 rencontres jouées seulement, c’est plutôt faible pour prétendre à une équipe All-NBA, l’ensemble des quinze membres sélectionnés ayant tous disputé au grand minimum 64 matchs excepté Kevin Durant (55, deuxième équipe All-NBA), Ja Morant (57, deuxième équipe All-NBA) et LeBron James (56). Certains fans du Heat nous diront sans doute « pourquoi LeBron dans la troisième team All-NBA et pas Jimmy » ? Il peut y avoir débat mais faut quand même avouer que le King a lâché une campagne individuelle de pure folie malgré le fiasco Lakers. Quant au pivot Bam Adebayo, l’autre candidat habituel à une équipe All-NBA côté Miami, il a également manqué 26 matchs au total cette saison, et son niveau de jeu actuel en Playoffs ne fait que confirmer son absence. Quid du Sixième Homme de l’Année Tyler Herro ? On l’aime bien mais restons sérieux.

Au final, voilà comment on prend les choses ici. Le fait que Miami ne possède aucun de ses joueurs dans les All-NBA Teams est avant tout le plus beau symbole de la belle solidité du groupe floridien. Malgré les bobos (19 matchs ratés pour Kyle Lowry également), malgré les challenges, malgré les absences, le Heat a réussi à rester constant dans les résultats en s’adaptant continuellement et en trouvant de belles ressources pour continuer à bien fonctionner sur le plan collectif. Erik Spoelstra a comme d’habitude réalisé un boulot remarquable pour maximiser les résultats de son équipe, lui qui a terminé finaliste dans la course au trophée de Coach de l’Année. Plusieurs joueurs qu’on n’attendait pas vraiment à la fête ont profité des opportunités pour s’illustrer, comme Gabe Vincent, Max Strus, Caleb Martin ou encore Omer Yurtseven, tous non draftés on le rappelle. Autant de caractéristiques qui expliquent pourquoi le Heat est aujourd’hui à seulement deux victoires d’une nouvelle qualification pour les Finales NBA, deux ans après avoir remporté l’Est dans la bulle de Mickey.

Il y a peut-être un peu d’amertume à Miami aujourd’hui suite à la publications des résultats, mais le Heat a d’autres chats à fouetter. Ce soir, il y a un Game 5 crucial de Finales de Conférence à jouer. On connaît beaucoup de joueurs présents dans les trois All-NBA Teams qui aimeraient être dans une telle situation. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top