Playoffs NBA

Sept joueurs ont participé aux huit derniers Playoffs : Chris Paul, Marcus Smart ou encore Danny Green, par ici les must have !

8 joueurs

Spoiler, y’a pas LeBron.

Source image : NBA League Pass

Si vous avez l’intention de monter une franchise NBA, ce papier est fait pour vous. Sur les huit derniers Playoffs – de la saison 2014-15 à 2021-22 – sept joueurs n’ont jamais manqué une seule édition de postseason. De Chris Paul à C.J. McCollum en passant par Jae Crowder, ils sont les soldats que l’on préfère avoir avec soi.

Envie de gagner un titre NBA ? Foutez douze de vos potes dans une équipe NBA et ajoutez-y Danny Green, normalement ça le fait. Du moins, selon la statistique aimablement relayée par la réa du Game 3 entre Bucks et Celtics. Sur une entrée en jeu de Marcus Smart, un petit tableau est apparu sur le côté droit de l’écran. Dessus, les noms des sept joueurs ayant disputé les huit derniers Playoffs : Jae Crowder, Danny Green, James Harden, Andre Iguodala, C.J. McCollum, Chris Paul et Marcus Smart. Ce n’est pas forcément la liste à laquelle on s’attendait pour ce type d’accomplissement. Où sont les cadors ? Il n’y a pas LeBron, absent de ces Playoffs 2021-22. On cherche également Kevin Durant, avant de se souvenir qu’il n’a pas joué de la saison 2019-20 à cause d’une rupture du tendon d’Achille. Les Nets de Kenny Atkinson s’étaient pourtant qualifiés en terminant 7e de la Conférence Est, mais la stat nécessite que le joueur concerné ait disputé un match. Même topo pour Stephen Curry. Les Warriors ont manqué les Playoffs deux saisons consécutives – 2019-20 et 2020-21 – à cause de vieilles blessures. Le Chef s’est fracturé la main gauche et Klay Thompson a tapé un enchaînement Grant Hillesque : rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, puis rupture du tendon d’Achille. Cette vieille poisse est aujourd’hui derrière eux et à Golden State, la transition s’est correctement déroulée. Sous la tutelle de Steph, Klay et Draymond, de jeunes talents émergent. Mais bon, là n’est pas le sujet.

Cette liste n’est étonnante que dans une moindre mesure. Les sept joueurs concernés sont pour la plupart des catalyseurs de succès. Aussi ambivalent soit son niveau de jeu depuis le début de ces Playoffs, Danny Green est pour un coach, une superbe flèche à son arc. Il peut évoluer sur le backcourt, dans l’aile, mais aussi défendre sur les postes 1 à 3. Sa présence permet de réciter les systèmes tout en sachant qu’un tireur d’élite est posté dans le corner, prêt à sanctionner le déclenchement d’une aide. Son palmarès parle pour lui : champion en 2014 avec les Spurs, en 2019 avec les Raptors et en 2020 avec les Lakers. Alors oui, Danny Green n’est pas dans la meilleure saison de sa carrière. Il convient toutefois de respecter un gars qui sur 13 saisons et 819 matchs NBA, tire à 40% à 3-points. Un bijou pour le collectif, d’une constance rare. Pourquoi détaille-t-on son cas plus que ceux des six autres « lauréats » ? Dans cette liste, son nom est celui qui va probablement le plus étonner. Les plus jeunes connaissent le hustle de Jae Crowder, la défense de Marcus Smart – fraîchement élu DPOY 2021 – ou encore le leadership de Chris Paul à Phoenix. Ils ont ouï-dire qu’Andre Iguodala est un coéquipier exemplaire, tant sur le parquet qu’en dehors. À Golden State, son importance dans les titres de 2015, 2017 et 2018 n’est pas un sujet de débat. Pour Danny Green, plus rares sont les observateurs à témoigner de sa superbe carrière. Il est toutefois l’exemple qu’aucune de ces sept présences dans cette liste n’est due au hasard. Certains joueurs sont plus méritants que d’autres, mais tous sont des must have.

.

Ça y est, les futurs champions ont dressé leur liste de courses. Histoire d’éviter les poursuites de proprios en colère, on rappelle juste que Danny Green vieillit et qu’il n’est plus forcément LA bonne affaire des prochains étés.

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top