Notes de match

Les notes de Celtics – Bucks : Jayson Tatum et Jaylen Brown ont joué avec leur manette cassée alors Brad Stevens a ragequit

Brad Stevens Celtics

Le fameux ragequit quand tu prends une pilule en ligne sur 2K, a été réalisé en vrai par Brad Stevens.

Source image : montage via NBA League Pass

Une saison NBA ce sont des matchs, des mecs qui les regardent et qui en parlent, mais aussi des mecs qui les regardent et qui les notent. Vengeance probable après une jeunesse passée à collectionner les zéros, et occasion rêvée en tout cas de lâcher de la punchline au kilo. Cette saison encore la Team Notes vous ravira donc de son imagination sans faille, en essayant tout de même de parler un tout petit peu de basket. Chiche ?

Début du deuxième tour entre Celtics et Bucks. Dans ce match, on va très vite comprendre que pour gagner au basket-ball, il est important… de mettre ses tirs. Jayson Tatum et Jaylen Brown étaient en mode arrosage automatique, pendant que Giannis a su compenser cette tare par un jeu de passes digne d’un passeur colombien. Les cheveux verts de Marcus Smart n’ont rien changé, Boston perd d’entrée l’avantage du terrain après sa défaite 101 à 89, et gagne le désavantage de se faire détruire dans les notes du jour.

# Boston Celtics

Robert Williams III (5,5) : à l’intérieur, il est tout simplement l’arme principale de dissuasion des Celtics avec ses 3 contres. Si Emmanuel Macron veut remanier son gouvernement, il pourrait très bien prendre Robert Williams, troisième du nom, comme ministre de la défense. Dommage pour son prédécesseur Eric Dupond-Moretti qui coache actuellement les Bucks.

Al Horford (6) : tout notre respect pour le pivot dominicain, mais pouvoir espérer quelque chose en Playoffs quand c’est lui ton meilleur joueur des deux côtés du terrain, c’était potentiellement crédible en 2013. Malheureusement, cette théorie n’est plus trop valable en 2022.

Jayson Tatum (4,5) : d’habitude si doux, si sucré et si réconfortant, Jayson Tatum a dû faire de l’hyperglycémie sur ce match. Tout le monde a adoré son match, sauf dans la ville de Boston. Oui, JT est un zlabia.

Jaylen Brown (4) : une claquette ultra spectaculaire en première mi-temps, quelques belles actions quand même en deuxième, mais globalement une impression que JB avait justement bu un peu trop de J&B pur. Son match fut une allégorie de la carrière de Mario Hezonja.

Marcus Smart (5) : il ne suffit pas de ressembler à Cetelem pour faire du Cetelem. Marcus Smart et ses cheveux verts l’ont appris à leurs dépens. Toujours prêt pour jouer en serrant les dents, il a eu trop de parties du corps amochées ce soir pour avoir l’impact qui est le sien habituellement. Par contre, il aurait fait un carton sur Docteur Maboul.

Grant Williams (5) : des shoots importants en début de match, avant de peu à peu disparaître des radars. Il n’a pas vraiment un physique de basketteur, il s’est présenté devant le manège mais a dû regarder faire ses coéquipiers parce que ses dimensions n’étaient pas conformes.

Derrick White (4) : un match qui donne la chiasse de la part de Derrick White. Au moins, si ça laisse des traces, on peut l’utiliser comme brosse à chiottes.

Payton Pritchard (3) : un match bien cata pour Pritchard qui, non content de camper derrière la ligne à 3 points, s’est fait goudronner par Jevon Carter. Et si c’était lui, le campeur disparu dont on entend parfois parler au 20 heures ?

# Milwaukee Bucks

Brook Lopez (5,5) : Brook Lopez est bien de retour dans le game ! Par sa défense, « Brolo » a écœuré tout le Massachusetts et n’a pas fait de dépassement de fonction. Suffisant pour être l’antagoniste principal des « Jay Brothers ». Brolo pour Milwaukee, Broly pour Boston.

Giannis Antetokounmpo (8) : voyant qu’il  mettait à côté aux shoots, Giannis a décidé de se transformer en Magic Johnson (ou en passeur colombien, c’est selon) avec des offrandes venues d’un autre système solaire pour ses coéquipiers (ou ses mules, c’est selon). Il finit quand même avec 24 points, 13 rebonds, 12 passes décisives, une claquette-dunk pour lui-même et une castration de Robert Williams. Le Grec a cumulé plusieurs emplois pour permettre aux Bucks de joindre les deux bouts.

Bobby Portis (6) : toujours la même dégaine à partir dans un camping-car à Albuquerque avec Walter White, Portis a mis ses shoots, défendu dur et même mis une petite tape sur le derche de Jaylen Brown après une faute de ce dernier. L’une des mules de Giannis donc, mais qui a pris pour sa consommation personnelle

Wesley Matthews (4) : 1/6 du parking, c’est ça le problème quand tu peux pas utiliser le mode « visée automatique » dans les jeux-vidéos. Ce soir, Wes Matthews aurait été capable de louper son propre mariage.

Jrue Holiday (7,5) : no Khris Middleton ? No problem. En l’absence du sosie de Lloyd Banks, c’est bien Holiday qui a pris ses responsabilités pour aider au mieux Giannis. Bien sûr, tout n’était pas parfait, mais l’essentiel est assuré, et l’avantage du terrain est récupéré. C’est la kiffance.

Grayson Allen (6,5) : probablement l’un des mecs les plus détestés de la planète NBA, mais il est l’heure de respecter le basketteur, vous lui ferez boire un mélange whisky coca mentos plus tard. Là, il a des ficelles à brûler. Marcus Smart a même tenté une prise de MMA pour l’arrêter façon Khabib, sans succès.

Jevon Carter (6,5) : un très bel apport et une partition très juste de la part du troisième meneur des Bucks, qui profite beaucoup de l’absence de George Hill. Un différentiel de +25 en 21 minutes, surprenant pour un type qui pourrait faire de la pub pour un « avant après » de greffe de cheveux… pour jouer le crâne « avant ».

Pat Connaughton (5,5) : un remplaçant bien propre et bien utile pour les Bucks. Sans fioritures ni superflu, une carbonara sans crème et sans lardons. Vous reprendrez bien une assiette de Pat ?

1-0 pour les Bucks, après une première manche certes disputée, mais lors de laquelle les Daims ont fait parler leur expérience. Giannis va être plus relou à stopper que Kevin Durant on dirait. Comme quoi, Feurs > Monaco, et non, cette blague ne sera guère assumée. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top