Bucks

Giannis Antetokounmpo a fait passer son message : triple-double, auto alley-oop et victoire, venez le chercher

24 points, 13 rebonds, 12 passes, 2 contres et 1 dunk avec passe contre la planche pour Giannis. #Freak

Source image : NBA League Pass

En balade face aux Bulls au premier tour des Playoffs, Giannis Antetokounmpo se retrouvait dimanche soir face à un tout autre challenge : la redoutable défense des Celtics. Résultat ? Il a dû batailler, mais il a surtout énormément pesé. Triple-double, showtime et victoire au bout, bref une autre journée au bureau pour le Greek Freak. 

Vous ne le savez peut-être pas mais en ce 1er mai 2022, de nombreuses personnes ont défilé dans les rues de Boston pour célébrer l’indépendance de la Grèce. Giannis ne faisait pas partie du lot car il avait d’autres choses à faire, mais il a rendu hommage à son pays à sa manière. C’est-à-dire en dominant le Game 1 au TD Garden, histoire de montrer à tout le monde qu’il ne serait soumis à personne, et surtout pas à la défense étouffante des Celtics. Si un certain Kevin Durant n’a pas survécu face à l’intensité des Verts lors des deux matchs à Beantown au tour précédant, le Freak a plutôt donné raison à ceux qui le considèrent aujourd’hui comme le meilleur joueur de la planète basket : 24 points, 13 rebonds, 12 passes décisives et 2 contres, bonjour le chantier. C’est seulement le deuxième triple-double de la carrière de Giannis en Playoffs après celui réalisé face au Heat la saison dernière, mais il montre à quel point Antetokounmpo devient de plus en plus une équation insoluble même quand il y a beaucoup de répondant en face. Parce que oui, avant d’aller plus loin, soulignons quand même la solidité de la défense des Celtics, qui a réussi à limiter le monstre grec à un 9/25 pas ouf au tir tout en provoquant 5 pertes de balle chez le MVP. Très vite en début de match, le Freak s’est rendu compte que les chiens de garde de Boston n’étaient pas là pour rigoler, et qu’Al Horford est toujours aussi relou à jouer même à 35 balais.

Mais Giannis Antetokounmpo en 2022, il trouve toujours le moyen de peser d’une manière ou d’une autre sur la rencontre. Après les quelques petites pertes de balle du début de match, le Freak a sanctionné la forte attention portée par la défense adverse en lâchant de véritables caviars à ses copains, parfois dans des angles impossibles. En matière de playmaking, c’était du lourd et les potes de Giannis ont fait le boulot pour convertir les opportunités qu’ils ont pu recevoir des mains d’Antetokounmpo. Plus globalement, on a vraiment senti l’impact physique du Freak des deux côtés du terrain, ce qui signifie beaucoup sachant qu’on a assisté à l’un des matchs les plus intenses et rugueux de ces Playoffs. On savait avant la série que ce serait un véritable combat, et bah Giannis a fait plus que répondre. Il a comme souvent fini par imposer sa loi, pesant constamment sur la défense adverse tout en aidant Brook Lopez à protéger la peinture de Milwaukee face à Jayson Tatum, Jaylen Brown et Cie. Et enfin, cerise sur le gâteau, le Greek Freak s’est permis de lâcher un tomar avec passe contre la planche au milieu du quatrième quart-temps, typiquement le genre d’action qui a de quoi dégoûter un adversaire impuissant. Pas de doute, nous vivons aujourd’hui dans le monde de Giannis et ce dernier ne semble vraiment pas prêt pour lâcher son titre de champion, Khris Middleton ou pas.

Si Giannis a été parfaitement soutenu par ses copains (shoutout Jrue Holiday et Brook Lopez) lors de ce Game 1, notamment quand il a dû sortir pour quatre fautes à la fin du troisième quart-temps, il a surtout fait comprendre aux Celtics qu’il représentait un challenge totalement différent de celui du premier tour. Et dire qu’ils vont devoir se le coltiner pour une série entière…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top