Bucks

Les Bucks dominent les Celtics 101-89 pour ouvrir la série : battre Boston à son propre jeu et sur son propre terrain, le message est clair

Bucks 1er mai 2022

Ok, donc il n’est pas là pour enfiler des perles.

Source : NBA League Pass

Enfin le départ de cette série qui pue le basket ! Les Bucks avaient pour objectif de répondre à des Celtics en mode marche sur l’eau après la claque infligée aux Nets. Ils ont été au delà des attentes, mettant à l’amende Boston dans tous les secteurs du jeu, notamment grâce à un Giannis Antetokounmpo plein de ressources. Ça fait 1-0 Milwaukee, de la plus méritée des manières. 

Les statistiques de ce premier match d’une belle série, c’est par ici !

On attendait ce match de tout notre cœur car les Bucks et les Celtics sont deux des équipes qui jouent le mieux au basket cette saison, et l’entrée en matière au TD Garden ne nous a pas fait mentir : ça envoie de la filoche du parking dans tous les sens, de Al Horford à Jrue Holiday. Niveau défense vous l’aurez compris, ça tâtonne des deux côtés en attendant le début du verrouillage. Et ce lancement des hostilités, c’est Giannis Antetokounmpo qui en fait les frais : pris systématiquement à deux, le Freak n’arrive pas à se détacher de la garde d’Al Horford et du collègue qui vient aider ce dernier à trapper. Les C’s en profitent pour exploiter les espaces au large et primer à 3-points, comme contre les Nets. Les Daims ont décidé de resserrer l’axe pour empêcher des gars comme Jayson Tatum et Jaylen Brown de prendre de la confiance avec des drives, et ça marche plutôt très bien : les deux larrons de Boston galèrent carrément à lancer leur match et enchaînent les pertes de balles pour l’un et les tirs trop courts pour l’autre. Giannis s’adapte en revanche très vite, et profite de son ciblage pour servir ses coéquipiers, notamment Grayson Allen qui avait cette nuit la main plus chaude qu’une baraque à frites. Ça donne un gros run pour Milwaukee, qui repasse en tête et prend jusqu’à huit points d’écart sous les yeux ébahis du Garden. Udoka convoque logiquement les siens autour d’un temps-mort et leur explique qu’on est en Playoffs donc qu’il va falloir porter ses baloches. Jayson Tatum se refait une santé, Jaylen Brown a toujours la tête dans le seau… et le sort s’abat sur les C’s, puisque c’est alors au tour de Marcus Smart de déguster : l’épaule du bonhomme se démet sur une percussion, direction le vestiaire avec le visage marqué par la douleur. À la mi-temps, Giannis est déjà en 14/8/7 et Beantown compile 9 pertes de balles en 24 minutes, plutôt logique donc de voir les visiteurs en tête à la marque (56-46).

Sur cette ouverture de série, une chose nous surprend du côté des Celtics : les gars ne semblent pas avoir fait le travail tactique nécessaire pour trop contraindre offensivement les Bucks. Oui, contre Brooklyn, ça a suffi car le collectif adverse n’existait peu ou pas, mais dommage puisque là c’est une équipe qui joue au basket qui se dresse devant eux, championne en titre qui plus est. La force de ces Celtics depuis la mi-avril, c’est justement leur défense qui a fait complètement imploser les Nets et qui devait donner des rhumatismes à Mike Budenholzer. Ils ont donné du fil à retordre à Giannis hein, gros travail d’Al Horford qui a montré sa polyvalence à 36 ans, l’âge où l’on commence normalement à réfléchir à raccrocher les sneakers après deux années passées en D3 du Morbihan. D’ailleurs, le Grec est poussé dehors par deux fautes coup sur coup amenant son total à quatre, pas question de griller son atout dès le milieu du troisième quart. Et c’est bien là que Milwaukee fait parler l’une de ses forces : privés momentanément de leur leader, les Daims tiennent la marée et maintiennent l’écart du match à environ dix puntos. Bobby Portis, Jrue Holiday, Grayson Allen, tout le monde respecte les consignes, est intense… et ça paye. Bien sûr, la perte de Marcus Smart – avec un genou qui a pris la suite de l’épaule – n’a pas aidé les C’s, mais offensivement c’est surtout… l’absence de Jaylen Brown qui a fait mal. Ah non, on nous signale dans l’oreillette qu’il était bien là mais il n’a pas trouvé le panier (12 points à 4/13 au tir, ça pique). C’est drôle a écrire, mais Boston s’est fait éteindre défensivement ce soir avec seize pertes de balle et un pourcentage au shoot global complètement crado (33,3%). Giannis plie finalement ça en triple-double avec 24 points, 13 rebonds et 10 passes, c’est donc comme ça quand le bonhomme est bien gardé, mdr. Victoire en patron des Bucks, la pression est mise sur Boston qui devra montrer un tout autre visage au match 2 mardi soir.

Difficile défaite des Celtics ce soir, qui n’ont rien pu trouver dans leur sac à astuces pour répondre à l’intensité physique dictée par les Bucks. Il faut tout de suite se remettre dedans et arriver le couteau entre les dents au prochain match, car toute défaite mettrait instantanément les C’s en très mauvaise posture dans cette série. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top