Mavericks

Les Mavericks posent la clim à Brooklyn : Kevin Durant freiné, Luka Doncic intenable… Spencer Dinwiddie au buzzer !

Spencer Dinwiddie 17 mars 2022

Deuxième game winner en deux matchs pour Spencer Dinwiddie, ça rigole toujours autant à Dallas !

Source image : NBA League Pass

Incroyable match cette nuit au Barclays Center. Oui les Nets étaient privés de Kyrie Irving, Seth Curry et Ben Simmons, mais les Mavs devaient également faire sans Dirk Nowitzki et avec un Frank Ntilikina revenant à peine de blessure. Envoyez le récap, promis on va essayer d’être sérieux.

Les stats maison du thriller slovèno-slovène de la nuit c’est juste ici !

Première indication ? Le vent du TrashTalk Curse n’est apparemment pas arrivé jusqu’au Texas. Apéro le lundi et victoire dans la foulée, une fois n’est pas coutume, et le moins que l’on puisse dire c’est que celle-ci les Mavs sont allés la puiser très profond. Il le fallait face à ces Nets portés par qui vous savez, il fallait donc forer tel Bruce Willis dans Armageddon pour trouver la clé. La clé quelle fut-elle ? Elle fut défensive tout d’abord, bien avant de parler des perfs individuelles des uns et des autres. Ce soir l’idée était de doubler sur Kevin Durant, sur chacun de ses ballons touchés, et si l’arme fatale de Brooklyn avait commencé son match comme un sauvage et qu’il sera à deux doigts de le finir en héros… le reste de sa soirée n’aura été qu’une succession de galère face à une armée venue pour lui ruiner le moral. 23 points à 8/20 au final pour KD, le genre de match qui pourrait être le plus beau de ta saison mais qui est pas loin d’être le plus compliqué de celle de Kev, et des Nets qui auront donc du puiser dans d’autres ressources pour tenir le choc pendant 48 minutes. Ressource 1, Andre Drummond, lequel aspira environ 450 rebonds au premier quart (17 prises au final) dans un début de match qu’il dominait alors de tout son être et de toutes ses grosses fefesses. Ressource 2, Goran Dragic, auteur d’un énorme match et donc d’un match dans le match face à son compatriote Luka Doncic, match-up réservée aux esthètes et finalement remportée par le jeune gros blond face aux vieux sec poivre et sel, malgré le meilleur match du Dragon depuis son arrivée à Brooklyn (21 points à 9/17). Bruce Brown au four et au moulin, bénéficiant par exemple des caviars d’un KD qui trouvait malgré tout quelques solutions, de bonnes minutes de Nic Claxton en sortie de banc, mais des Nets qui s’inclineront donc finalement face à une équipe qui aura proposé un poil plus de solutions au problème.

Car il y eut cette défense tout d’abord, Dorian Finney-Smith et Maxi Kleber s’occupant en front de Kevin Durant et recevant bien souvent l’aide de Luka Doncic. Pas tous les jours que l’autre faucheuse est autant limitée alors on le dit, même si un ÉNORME tir à 3-points dans la dernière minute avait alors tout du dagger ultime. L’envie individuelle, la défense collective donc, et en attaque du Dallas Mavericks dans le texte avec un Luka Doncic encore une fois intenable. Une facilité déconcertante, KD qui le tient bien en début de match mais Dede Drummond puni comme un gosse à chaque switch, et à la mi-temps Lulu frise déjà la trentaine, dans la plus grande tradition de ce que l’on voit ces derniers jours un peu partout dans le pays. Tonton Dragic dans la sauce à de nombreuses reprises en deuxième mi-temps, Luka qui reste dans son match sans trop parler aux refs et c’est assez rare pour être signalé, et si au final le gamin signer une feuille à 39 points, 9 rebonds et 9 passes à 14/26 au tir, c’est davantage le scénario global du match et son issue qui doivent être mis en avant. Oui Luka a été fantastique, comme très souvent en ce moment, mais les Mavs ont surtout rendu une copie parfaite dans la gestion de la soirée. Menés de quatorze points à l’orée du dernier quart les Texans sont revenus sans trop trembler, Spencer Dinwiddie, Jalen Brunson et Dwight Powell ont mis tous les pions de leur équipe le temps que le Golden Boy de Ljubljana se repose un peu, et on avait donc droit à un gros money time, parfait pour conclure une superbe opposition. Les patrons ont alors sorti leurs brouettes respectives, Luka Doncic a donné deux points d’avance aux Mavs à 20 secondes de la fin mais KD a donc planté cet incroyable tir de la presque gagne dix secondes plus tard, mais cette fois-ci la tige allait tomber sur encore plus clutch que lui.

Ballon Luka Doncic, Maxi Kleber pose l’écran et dégage Bruce Brown de l’action, Nic Claxton se retrouve en bugne à bugne avec Lulu alors KD vient aider. Intelligence de jeu, passe dans l’aile pour Spencer Dinwiddie qui n’est pas Klemen Prepelic, défense de Goran Dragic qui n’est pas Nicolas Batum, le Spençosse dégaine au dessus de Goran, Kevin et Nic, la sonnerie retentit et la ficelle claque. Buzzer beater pour Dinwiddie, deuxième shoot de la gagne en deux matchs après celui inscrit face à Boston dimanche et nous, vous savez quoi ? On a passé une belle nuit de basket. Sympa ces Mavs vraiment.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top