Old-School

Le 27 février 1955, Boston bat Milwaukee dans le match NBA le moins prolifique all-time sous l’horloge des 24 : 62-57, sympa ce score de Dep 3

C’était sûrement très fun.

Source image : YouTube

Alors que la NBA a battu de nombreux records en matière de scoring ces dernières années, la Ligue n’a pas toujours été le théâtre de telles explosions offensives. Au contraire, à ses débuts, les scores étaient beaucoup moins élevés et un record all-time a même été établi le 27 février 1955. Flashback.

Ce jour-là, Boston et Milwaukee se rencontrent du côté de Providence (dans l’État de Rhode Island). Si aucune des deux équipes ne fait partie des meilleures de la Ligue en cette saison 1954-55, il y a quand même quelques grands noms sur le parquet. Côté Celtics, on retrouve plusieurs futurs Hall of Famers dont Bob Cousy, Bill Sharman et Ed Macauley. Côté Hawks, parce que oui les Faucons sont encore à Milwaukee à l’époque, on a évidemment le grand Bob Pettit – qui n’est alors qu’un rookie mais qui fait déjà pas mal de dégâts – ainsi que des joueurs comme Alex Hannum (futur coach Hall of Famer) et un certain Chuck Cooper, premier joueur afro-américain à être drafté en NBA (par les… Celtics). Du beau monde donc, sauf que le spectacle n’est pas vraiment au rendez-vous. Les deux équipes ne combinent en effet que 119 points dans ce match, les Celtics l’emportant finalement 62-57 dans une rencontre où aucun joueur n’atteint la barre des 20 unités (le meilleur marqueur se nomme Chuck Share avec 19 points). Juste pour info, 119, c’est moins que la moyenne de points marqués par les Bucks lors de la saison 2020-21 (120,1). Preuve que la NBA a bien évolué depuis, elle qui est plus que jamais devenue une ligue offensive ces dernières années sous l’impulsion du tir à 3-points et d’un rythme de jeu rapide. Au milieu des années 1950, bien évidemment la ligne des 3-points n’existait pas encore et ça jouait parfois à deux à l’heure.

Cette rencontre entre Boston et Milwaukee reste la moins prolifique de toute l’histoire de la NBA dans l’ère des 24 secondes. Ce dernier détail est important car avant la mise en place de l’horloge des 24 le 22 avril 1954, beaucoup de matchs ont terminé avec un total inférieur aux 119 points inscrits ce 27 février 1955. Le plus connu, c’est évidemment celui opposant les Fort Wayne Pistons aux Minneapolis Lakers le 22 novembre 1950, qui s’est terminé sur le score record de… 19-18 en faveur des Pistons. L’horloge des 24 secondes a permis de multiplier les possessions dans un match, d’accélérer le jeu et de rendre ainsi les rencontres beaucoup plus intéressantes aux yeux des fans. Une étape indispensable pour permettre à la NBA d’évoluer positivement. Car au début des années 50, la ligue possédait des difficultés pour gagner en popularité à cause de ces matchs qui s’enlisaient pour se conclure sur de petits scores. Une fois en place, l’horloge des 24 a radicalement changé le comportement des joueurs, qui se sentaient tout de suite beaucoup plus sous pression pour prendre un tir, quitte même à se précipiter…

Les scores ont logiquement fini par grimper mais certains matchs, comme celui du 27 février 1955 entre Boston et Milwaukee, restent aujourd’hui dans l’histoire pour leur faible nombre de points. Deux années plus tard, les Celtics et les Hawks se recroiseront, cette fois-ci en Finales NBA et surtout avec des scores dépassant les 100 points de chaque côté.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top