Suns

NBA MLK Day : 48 points à 18/33 au tir face aux Spurs, voilà le tarif quand Devin Booker met son plus beau costume de soirée

Devin Booker 18 janvier 2022

Si vous entendez des bruits de ficelle dans la cour, c’est probablement Devin Booker qui continue de shooter jusqu’à ce qu’il rate deux tirs de suite.

Source image : NBA League Pass

Il aura donc fallu attendre environ jusqu’à 4h30 du matin pour honorer le plus grand maboule de la nuit, on parle de scoring évidemment, et à l’heure de ces lignes les Spurs doivent encore se demander quel genre de tornade s’est abattu sur l’AT&T Center. On va vouss aider les gars hein, parce qu’on comprend que vous soyez encore un peu groggys : cette tornade se nomme Devin Armani Booker.

Les stats maison de la boucherie de la nuit c’est juste ici

Parfois des images et des chiffres valent mieux que mille mots, mais on va néanmoins gratter quelques lignes parce que c’est quand même notre métier. Par quoi commencer ? Peut-être par claquer une dédicace à des Spurs en mode sparring partners parfaits pendant… trois quarts-temps et demi, mais qui ont finalement craqué devant la violence des shoots du n°1 des Suns. Jakob Poeltl qui nous offre un drôle de duel Autriche – Congo face à Bismack Biyombo et qui le remporte, Dejounte Murray qui ne veut pas abdiquer, un banc dominé par celui de Monty Williams mais les Texans sont dans le match et répondent à chaque ogive de Booker par des tirs que l’on qualifiera de tirs du désespoir mais des tirs qui rentrent, tant et si bien qu’à huit minutes de la fin du match le score est de 103-100 et l’on se dit qu’on tient peut-être là notre thriller de la nuit.

Oui mais non, parce que :

Oui mais non, parce que si Devin Booker mérite apparemment son trophée de Joueur de la semaine et frôle déjà la quarantaine et se repose en vue du money time, c’est toute l’équipe des Suns qui, aux dernières nouvelles, possède plus de talent que celle des Spurs et Cam Johnson, Bismack Boyombo, JaVale McGee, Mikal Bridges ou encore Cameron Payne se régalent des caviars de qui ? Bah de Chris Paul évidemment, qui initie un gros run et permet à son begey de sniper de revenir terminer le boulot l’esprit libéré. Le mec tire comme dans une bassine et demande explicitement le ballon sur chaque possession, on sait tous ce qu’il va se passer mais ça se passe quand même, et mis à part un cinoche relou dans le garbage pour atteindre les 50, ce sera au final un sans-faute pour DB, sans-faute fait d’insolence et de propreté, sans-faute fait de footwork au couteau et de handle au cordeau, ça sort les adjectifs en eau alors on file vers la conclusion parce qu’on vous l’a dit en préambule : on ne vas pas faire mille mots mais plutôt balancer les images, à déguster au petit déj avec la crête Whaou.

48 points à 18/33 dont 5/13 du parking et 7/8 aux lancers, 5 rebonds, 6 passes et 3 steals, en 35 minutes, mort de lol. On tient notre coup de chaud le plus fou de ce NBA MLK Day 2022, à moins que Rudy Gay ne s’excite mais on n’y croit pas vraiment. Allez, envoyez les highlights, on vous les promet depuis tout à l’heure.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top