Les Français en NBA

À Detroit, le caviar se cuisine à la française : petite mixtape des assists balancées par Killian Hayes cette saison

Killian Hayes 17 janvier 2022

2022, c’est pour Kiki ?

Source NBA via Twitter

On ne peut pas vraiment dire que Killian Hayes régale de manière régulière, pour l’instant, mais le sophomore peut au moins se targuer d’avoir délivré un bon nombre de flashy dimes (passes trop chouettes quoi) pour ses coéquipiers. À Detroit, le caviar se cuisine à la française.

Après une blessure à la hanche la saison passée qui a plombé son exercice de rookie, Killian s’est depuis bien rattrapé avec un temps de jeu accru (26 minutes de moyenne). La confiance de Dwane Casey semble dans la poche puisque le céfran a débuté comme titulaire à 31 reprises, en autant de rencontres. Il ne lui reste plus qu’à jouer davantage dans le dernier quart-temps et l’on sera tout bon. Comme l’an dernier, le gamin est un peu timide offensivement et tourne à 6,3 points de moyenne à 35% au shoot dont 30% du parking. La stat d’assists de Killian est même descendue à 3,8 caviars par rencontre, un triste chiffre comparé aux 5,3 passes qu’il délivrait l’an dernier. La faute à ? La faute à un dénommé Cade Cunningham, tout simplement meilleur dans la tenue de balle. Mais en dépit des statistiques, l’ancien Choletais reste excellent dans ce domaine. Parmi toutes les assists délivrées cette saison, la NBA nous a concocté un petit condensé de ses plus belles friandises balancées aux copains du Michigan. On vous le pose ci-dessous.

À sa décharge, l’attaque des Pistons est catastrophique et il n’est pas facile de sortir son épingle de ce barouf. Come gratté plus haut, la baisse de sa moyenne d’assists s’explique en grande partie par l’arrivée de Cade Cunningham qui a très vite pris le lead de la franchise et tourne aujourd’hui à 5,3 assists. Oui, Kiki doit désormais partager la création du jeu avec le premier choix de la Draft 2021 ce qui lui laisse moins d’opportunités pour s’exprimer. Malgré toutes ses timidités offensives sur le terrain, l’on a quand même vu le meneur débuter la saison très in shape avec des sorties défensives très satisfaisantes. On attendait Killian comme un véritable talent offensif, capable de scorer et créer. Malgré des séquences qui nous rappellent que le garçon n’a pas été drafté à la 7ème position pour rien, c’est finalement de l’autre côté du terrain qu’il se montre le plus constant.

Notre beau gosse national de NBA, à la coupe de cheveux arrondie et bien aiguisée pour être assortie à son pote Cade, ou aux cheveux bien tressés afin de gagner en aérodynamisme, continue de régaler par intermittence. Tous nos vœux de constance pour 2022, cher Kiki.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top