Sixers

Les Sixers ont récupéré un Joel Embiid aux deux visages après le COVID : alors, plutôt Dr Joel ou Mr Embiid pour les matchs à venir ?

Embiid Sixers 19 juin 2021

« Quelle version de moi je propose ce soir : le maçon ou le All-Star ? »

Source image : NBA League Pass

Joel Embiid a raté presque trois semaines de compétition après avoir été touché par le COVID. Une absence qui a forcément fait mal aux Sixers mais aussi à l’intérieur camerounais. Même si le franchise player est de retour depuis quelques jours, il semble encore avoir quelques séquelles. Philadelphie prie pour qu’elles ne durent pas

Quand Joel Embiid a contracté le virus du pangolin, les Sixers étaient dans les hautes sphères de la Ligue avec un bilan de huit victoires pour deux défaites. Malheureusement, sans son franchise player, la Pennsylvanie a creusé bien profond pour arriver à dix victoires et neuf défaites. Jojo a fini par foutre dehors la maladie et il est donc revenu aux affaires le 28 novembre dernier pour se frotter aux Wolves dans un match épique qui finira par une victoire des Loups 121-120 après deux prolongations. Ce soir-là, on se dit que le puissant Joel est reparti comme en quarante avec d’ailleurs 42 pions, 14 rebonds et 3 assists en 45 minutes, y’a pas de fatigue qui soit ! Le match suivant ? Une pénible victoire face au Magic 101-96 et un tout petit Jojo qui apparaît dans le dur malgré ses 16 points et 14 rebonds, le plus inquiétant vient alors de son shoot avec un bien vilain 4 sur 16. Un ratio pourtant meilleur que celui de sa dernière sortie dans la nuit de mercredi à jeudi à Boston. Face aux Verts le géant camerounais a balancé brique sur brique pour un bien joli chantier de 3 sur 17 : « Danny file moi une truelle je viens de casser la mienne ». La réussite au shoot est bien souvent déterminée par le rythme et après trois semaines de COVID, il est normal que Joel Embiid en manque. Dans des propos rapportés par ESPN, le pote de Ben Simmons s’est exprimé sur son manque de réussite et sur son 7 sur 33 lors des deux dernières rencontres :

« Je ne peux pas jouer comme je l’ai fait ces deux derniers matchs, surtout en ce qui concerne les tirs. Si les équipes me doublent et que je n’obtiens pas de paniers faciles, je dois créer pour moi et pour mes coéquipiers, et je dois rentrer ces tirs. »

Forcément c’est un problème pour Philadelphie et Jojo a intérêt à vite retrouver la forme qui était la sienne au vu du calendrier bien épais des Sixers en décembre. Les joueurs de Doc Rivers vont enchaîner les gros rendez-vous avec des doubles confrontations face aux Hawks, aux Nets, aux Hornets, sans oublier des duels contre le Heat, les Raptors et les Celtics… c’est-à-dire que des concurrents directs à l’Est. Mais ils se frotteront aussi aux meilleures équipes du Far West avec le Jazz et les Warriors. Bref, décembre s’annonce comme un moment crucial de la saison des Sixers qui pointent pour l’instant à la onzième place à l’Est avec onze victoires pour onze défaites. Une série de victoires serait conseillée mais c’est plus facile à dire qu’à faire et ça dépendra surtout de la forme de Joel Embiid. Pour rassurer un peu (ou pas) la fanbase de Philadelphie, le Process a tenu à rappeler qu’il faisait tout pour récupérer son physique :

« Je ne m’en servirais jamais comme excuse (le COVID), mais il est évident que je pense qu’il me faudra un certain temps pour revenir, surtout en ce qui concerne les jambes, le cardio et tout le reste. Mais chaque jour, je continue à travailler dur et à faire des progrès. »

On a cru le temps d’un match que Joel Embiid allait revenir comme si de rien n’était mais les suivants ont prouvé qu’il était humain. L’intérieur des Sixers lutte chaque jour contre les séquelles de trois semaines d’arrêt et on espère pour les Sixers que ça ne va pas durer vu le calendrier qui arrive… Pendant ce temps-là, on en connaît un qui a toujours pas mis une brique un pied dehors.

Source Texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top