Knicks

Julius Randle n’a pas kiffé l’arbitrage de Nets – Knicks : « Parce que je suis plus costaud que les autres, je n’obtiens pas les fautes »

Furax Julius !

Source image : YouTube

On le sait, un derby new-yorkais n’est pas un match comme les autres. Et cette nuit, ça s’est joué sur deux lancers-francs de… James Johnson dans les dernières secondes, ou plutôt sur… des « coups de sifflet oubliés » concernant Julius Randle si l’on en croit la star des Knicks et son coach Tom Thibodeau. Pas content ! Pas content !

Avec 24 points, 9 rebonds, 8 rebonds et 2 interceptions à 11/22 au tir, la feuille de stats de Julius Randle au terme du Nets – Knicks de mardi est plutôt complète. Mais il y a un chiffre qui dérange vraiment le principal intéressé quand il regarde la box score : 2. 2, comme le nombre de lancers-francs tentés par Julius dans le derby new-yorkais au Barclays Center de Brooklyn. C’est peu, beaucoup trop peu aux yeux du meilleur marqueur des Knicks, qui estime être pénalisé par sa stature : 113 kilos pour 2m03. Morceaux choisis, via ESPN.

« J’ai joué agressif, j’ai attaqué la raquette, je ne peux pas être pénalisé juste parce que je suis plus costaud que les autres. Et c’est ce que les arbitres m’ont dit. Ils ont dit que les contacts ne m’affectaient pas comme cela peut affecter d’autres joueurs. Parce que je suis plus costaud, ils oublient des coups de sifflet. Et cela m’énerve encore plus ! Ce n’est pas comme ça qu’on arbitre un match.

Au basket, souvent quand des joueurs plus petits défendent contre des grands, ils arrivent à échapper aux fautes. Mais certaines choses sont flagrantes. Si vous tapez la main d’un joueur, peu importe qui c’est, il sera affecté. »

Sans surprise, Julius n’est pas le seul à avoir ce sentiment au sein du vestiaire des Knicks. Le coach Tom Thibodeau en a également mis une couche en pointant du doigt la différence entre les deux équipes dans le nombre de lancers-francs tentés sur l’ensemble de la rencontre : 12 pour les Knicks, 25 pour les Nets.

« Je vais regarder la vidéo, mais quelque chose ne semble pas correct. Je ne sais pas pourquoi. Je regarde ce qu’il se passe des deux côtés. Les Nets sont une bonne équipe. Ils ont bien joué. Mais je sais que Julius [Randle] drive vraiment avec autorité. Je suis furax.

Il y a une grande différence dans le nombre de lancers-francs, ça je peux vous le dire. Julius pénètre, et il n’obtient que deux lancers ? Je m’en tape de comment le match est arbitré. Vous pouvez siffler beaucoup ou laisser jouer. Mais ça doit rester constant. »

Quand on revoit les images concernant Julius Randle spécifiquement, difficile quand même de crier au scandale. Est-ce que certains joueurs ont parfois plus de mal à obtenir des coups de sifflet à cause de leur carrure ? Sans doute oui. Shaquille O’Neal et LeBron James sont particulièrement d’accord avec cette analyse. Est-ce que Julius aurait pu bénéficier d’une ou deux fautes supplémentaires ? Peut-être. On pense à cette pénétration face à James Harden au milieu du quatrième quart-temps où il est allé buter sur LaMarcus Aldridge. On pense aussi à ce shoot mi-distance face au Barbu dans les deux dernières minutes du match, où Randle n’a pas obtenu de coup de sifflet alors qu’il estime avoir été touché par l’arrière des Nets au moment de son tir. C’est sans doute ce big play dans le money time auquel Randle fait référence dans sa décla. Un big play qui a rendu Julius vraiment furax, jusqu’à prendre une faute technique derrière, dans les derniers instants d’une rencontre serrée… Une scène similaire à celle de la saison dernière, quand Randle avait déjà pété un plomb dans un Nets – Knicks au Barclays Center.

Julius Randle est énervé, Tom Thibodeau est énervé, tout le monde est énervé à Manhattan. Perdre un derby de seulement deux points, ça a toujours du mal à passer, encore plus quand on estime que l’arbitrage a un peu trop penché d’un côté…

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top