News NBA

Dwight Howard a une explication pour son absence du Top 75 : spoiler, cela n’a rien à voir avec son palmarès

Dwight Howard 4 novembre 2019

Pourquoi Dwight Howard ne figure pas sur la liste du 75e anniversaire de la NBA ? La réponse de Superman est claire, nette et précise.

Source image : YouTube

Dwight Howard faisait partie des grands oubliés de la sélection du 75e anniversaire de la NBA. Ces listes sont toujours très subjectives, mais il est difficile de formuler un argument raisonnable pour expliquer pourquoi le pivot des Lakers n’a pas été retenu. Simple question de réputation ? Dwight pense que oui.

Toujours en activité avec les Lakers, Dwight Howard peut se vanter d’avoir un très joli CV : huit fois All-Star, huit fois All-NBA, quatre fois membre de la NBA All-Defensive First Team et trois fois Défenseur de l’Année, l’intérieur passé notamment par Orlando et Los Angeles a aussi empoché la certification ultime en remportant la bague de champion tant convoitée en 2020. Au cours de ses meilleures années au Magic, Superman a enregistré une moyenne de plus de 20 points, 14 rebonds et presque 3 contres. Il était la pierre angulaire de la franchise d’Orlando, menant l’équipe à plus de 50 victoires (dont deux campagnes à 59 succès) sur quatre saisons consécutives et une apparition en finale de la NBA en 2009. Dwight Howard n’était pas seulement le big man le plus dominant à l’époque, il a également été un élément constant de la discussion du MVP, terminant quatre fois dans le top cinq des votes entre 2007 et 2011. Cependant, il demeure l’un des grands oubliés du Top 75 all-time. Comment l’expliquer ? Taylor Rooks de Bleacher Report a interrogé le principal intéressé sur son ressenti concernant la liste.

« Je savais que je n’allais pas être sur la liste » a déclaré Dwight. Pourquoi ? « Pour des raisons politiques. Je savais qu’ils n’allaient pas m’inclure » a ajouté le pivot, faisant probablement référence à la mauvaise réputation qui l’a suivi pendant des années et qui visiblement joue encore contre lui si l’on en croit ses propos.

Bien évidemment, Howard estime qu’il devrait avoir sa place parmi le Top 75, mais il ne veut pas se prendre la tête avec ça.

« Je devrais clairement être sur cette liste, mais ça me va, je ne suis pas fâché. Je l’étais pendant environ 30 secondes. Mais je me suis dit : Tu sais quoi ? La vie est belle ! Je suis en vie, je joue toujours au basket dans ma 18e saison. Qui se soucie d’une liste faite par des gens qui n’ont jamais fait rebondir un ballon de basket auparavant ? Qui s’en soucie ? »

En réalité, l’affirmation de Howard selon laquelle la liste a été faite par « des personnes qui n’ont jamais fait rebondir un ballon de basket auparavant » n’est pas nécessairement exacte, car des joueurs en activité et retraités faisaient partie du panel avec des journalistes, des entraîneurs et des dirigeants. Pour ce qui est de la « politique », il a probablement raison car il a clairement le palmarès pour être sur cette fameuse liste. Mais il a aussi dit au revoir à une belle histoire avec Orlando sans ménagement, il y a eu des différends avec Kobe Bryant à Los Angeles, James Harden ne l’aimait pas non plus aux Rockets, et il fut un temps où il était considéré comme un mauvais coéquipier ayant une influence néfaste dans les vestiaires où il est passé. Et au cours des années 2010, il a enchaîné les stops, lui qui a joué seulement une saison chez les Hawks, les Hornets et les Wizards (où il n’a joué que neuf matchs à cause d’une opération au dos). Cerise sur le gâteau, le Dwight a l’habitude de répondre à chaque situation avec un amusement un tantinet proche de l’insouciance garfieldienne. Tout ça, ça fait aussi partie de sa carrière et ça a sûrement joué au final. Malgré tout, qu’on apprécie Dwight ou pas, c’est un véritable snub et le journaliste de Fox Sports Nick Wright a assez bien imagé la chose en parlant de cette liste comme « d’une table de déjeuner où on retrouve les gamins qui sont cools au détriment des plus brillants ».

Pendant des années, la réputation de Dwight Howard a apparemment conduit à sous-estimer sa contribution. Le vainqueur de Slam Dunk Contest 2008 avait un dossier solide pendant plusieurs saisons, et même si la deuxième moitié de sa carrière n’a pas été du même acabit, cela n’efface en rien ses accomplissements.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top