Jazz

Rudy Gobert a donc gobé 123 rebonds en sept matchs : ça fait du 17,6 en moyenne, on est sur des bases à la Dennis Rodman

Rudy Gobert 12 octobre 2021

Monstre des raquettes !

Source image : YouTube

En prenant 20 rebonds supplémentaires cette nuit face aux Kings, Rudy Gobert a encore fait un chantier dans les raquettes. La Tour Eiffel de Salt Lake City est partie sur des bases complètement folles cette saison, à tel point qu’on retrouve son nom aux côtés d’un certain Dennis Rodman.

123, voici le nombre de prises de Rudy sur les sept premiers matchs du Jazz cette année. Contre Sacramento mardi, le Frenchie a atteint la barre des 20 rebonds pour la troisième fois de la saison, lui qui n’est d’ailleurs jamais passé sous celle des 13 depuis la reprise. Autant dire qu’il gobe tout ce qui bouge, et ce n’est pas un hasard si Gobert vient de rafler le titre de meilleur joueur de la semaine dans la Conférence Ouest. 123 rebonds en sept matchs, ça donne 17,6 rebonds par soir en seulement 31,3 minutes, soit la moyenne la plus élevée depuis Mister Dennis Rodman en 1993. Oui, le légendaire Dennis, deux fois meilleur défenseur de l’Année et vainqueur du titre de meilleur rebondeur sept fois de suite entre 1992 et 1998. Bref, une énorme référence. Que ce soit au niveau du style ou de la personnalité, Rudy et Rodman n’ont pas grand-chose en commun mais quand ça parle rebonds, là par contre c’est une autre histoire. Il y a 18 ans, The Worm avait terminé sa campagne avec une moyenne de 18,3 rebonds et depuis, personne n’est repassé au-dessus des 17. Ni Rodman, ni Dwight Howard, ni Andre Drummond, ni Kevin Garnett ou encore Ben Wallace. En gros, Rudy Gobert réalise un début de saison tout simplement historique, lui qui explose pour l’instant ses propres standards qui étaient pourtant déjà très élevés (13,5 rebonds de moyenne au cours de ses deux dernières campagnes).

Comme pour toutes les stats de ce début de saison, il faut les prendre avec des pincettes car la campagne est encore longue et c’est évidemment tendu de garder un tel rythme. Prendre 17 rebonds tous les soirs (en moyenne évidemment) pendant 82 rencontres, c’est un autre délire que de le faire sur sept matchs. Mais vu le niveau de domination actuel de Rudy, on a bien envie d’y croire et même s’il baisse un peu dans les stats, y’a potentiellement un magnifique combiné meilleur rebondeur – meilleur défenseur à aller chercher cette année. Dans une équipe de Jazz qui tourne déjà très bien (six victoires en sept matchs) et au sein de laquelle Gobert est plus que jamais indispensable, les récompenses pourraient ainsi continuer de tomber pour le triple Defensive Player of the Year. Alors oui, il est clair qu’on jugera le Jazz avant tout sur les performances lors des Playoffs NBA 2022. C’est là où les Mormons – et notamment Rudy – sont attendus après les échecs répétés de ces dernières saisons. Mais ce n’est pas pour autant qu’on doit ignorer tout ce qui se passe en saison régulière. Et de toute façon, c’est impossible d’ignorer les perfs actuelles du Frenchie tellement elles impressionnent.

Rudy Gobert continue de repousser les limites, et rentre carrément dans la catégorie « historique » aujourd’hui. On verra bien quel sera sa moyenne au moment de faire les comptes finaux à la fin de la saison, mais on ne serait pas étonnés de le revoir dans la même phrase que Dennis Rodman. 

Source stats : StatMuse   

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top