Notes de match

Les notes de Bucks – Nets : vous le saviez, vous, que Patty Mills était un sacré coquin ?

Patty Mills 20 octobre 2021

7/7 du parking cette nuit pour Patty Mills, qui est donc officiellement le meilleur sniper de l’histoire des Nets.

Source image : YouTube

Une saison NBA ce sont des matchs, des mecs qui les regardent et qui en parlent, mais aussi des mecs qui les regardent et qui les notent. Vengeance probable après une jeunesse passée à collectionner les zéros, et occasion rêvée en tout cas de lâcher de la punchline au kilo. Cette saison encore la Team Notes vous ravira donc de son imagination sans faille, en essayant tout de même de parler un tout petit peu de basket. Chiche ?

Et pour un vrai récap détaillé, ça se passe juste ici

Milwaukee Bucks, Brooklyn Nets, season opener, Fiserv Forum, jambon-beurre à pas d’heure. Un match inaugural très entrainant et pas mal de choses à dire, déjà, alors on essaie sans plus attendre de faire le tri dans nos vannes pour ne garder que les meilleures. Spoiler, ce sera peut-être un échec, un peu comme la carrière de Kenneth Faried.

# Milwaukee Bucks

Giannis Antetokounmpo (8) : un début de match de forain avec un bras qui fait le gabarit de ton corps tout entier, et l’autre bonne nouvelle c’est que le type a décidé de ne plus fumer quinze clopes avant de tirer chacun de ses lancers. Au final ça donne une première perf de bourrin qui en appelle forcément d’autres, Giannis is back pour mettre des claques.

Khris Middleton (7) : son seul défaut reste sa dentition, et quand on s’abaisse à critiquer le physique c’est qu’il n’y pas grand chose à dire. Un début discret puis la mise en route habituelle, c’est pas un joueur de basket c’est un smoothie.

Jrue Holiday (7) : un début de match parfait, avec sa baguette de chef d’orchestre et ses petits tirs. Un coup au talon plus tard et Jrue terminera son match après 18 minutes seulement, ce qui reste quand même minutes de plus que le total de Sim Bhullar en carrière.

Brook Lopez (6) : sa tête de grand nigaud nous a bien fait marrer lors de la cérémonie de remise de bague, puis derrière le gitan a fait ce qu’il sait le mieux faire, pilonner de loin et défendre son cercle. Aucune mascotte saccagée cependant, y’a des traditions qui se perdent.

Grayson Allen (7) : le barlou a mis deux ou trois minutes pour trouver la mire mais derrière il a activement participé à l’assaut du cercle des Nets. Tout est facile quand Giannis provoque des prises à douze avant de vous filer la gonfle, et c’est encore plus facile quand votre poignet est du genre bien réglé.

Thanasis Antetokounmpo (5) : rentré à la place de son frère pour la première rotation de Budenholzer, il a commencé par se manger un cross de gros barbu mais il s’est ensuite vengé en collant une belle crêpe à ce même gaucher. Treize lettres dans son nom de famille et douze minutes de jeu très intenses.

Pat Connaughton (7,5) : un physique à jouer en NHL, ou peut-être en MLB tiens, mais c’est bien en NBA que le petit mulet est le plus à l’aise. Vrai leader de la second unit et auteur d’une fiche à 20 pions et d’une grosse présence défensive, mais cela ne répond pas à la question que tout le monde se pose : alors, il se prononce ou pas ce « g » dans son nom ?

George Hill (5) : la grande nouvelle de la soirée est surtout que George Hill est encore vivant.

Jordan Nwora (7) : le crush de l’été continue à progresser et pourrait bien être l’un des hommes forts du banc des Bucks cette saison. L’afro est soignée, la motivation est au rendez-vous et le talent aussi, on peut donc dire que Julius Nwora d’autres occasions de se montrer cette saison.

Sandro Mamukelashvili (-) : on en parlera quand Jacques Monclar arrivera à prononcer son nom.

Justin Robinson (-) : il est passé quatre minutes et a mis un tir dans le garbage time. Hashtag streaker.

Georgios Kalaitzakis (-) : c’est quoi ce nom encore ?!?

# Brooklyn Nets

Kevin Durant (7,5) : une première mi-temps timide (mais meilleure que la meilleure des tiennes) puis en deuxième mi-temps la grande baguette est sortie de son four et a rappelé pourquoi KD était synonyme de meilleur attaquant de la planète. 32/11/4 à 13/25 au tir, c’est pas une perf ce sont ces futures moyennes.

James Harden (7) : il a toujours de grosses fesses, mais il est toujours aussi étincelant. Quelques step backs from Sedan, vanne géographique, un gros cross sur Thanamachin, et une belle relation naissante avec Nicolas Claxton sur pick and roll. Ca promet tiens.

Joe Harris (4) : il ressemble à un joueur de beach volley sur le déclin, et son jeu nous rappelle… celui d’un joueur de basket sur le déclin. Djo Varice.

Nicolas Claxton (6) : il a mis les premiers points de la saison mais reste une brêle aux lancers, il a la même coiffure que Chantal de la compta et il s’est mangé le contre de la soirée par Giannis, mais il a également été très utile en attaque et devrait faire partie des leaders des Nets cette saison, tant que l’autre zinzin lui lâchera les caviars qui vont bien.

Blake Griffin (5) : très courageux quand il a fallu défendre sur Giannis Antetokounmpo mais ça ressemblait quand même beaucoup à un combat entre Freezer et Yamcha. Il a converti un alley-oop et a causé dans le même temps une centaine d’AVC dans le Michigan.

Paul Millsap (71) : il paie encore en francs, écoute du Joe Dassin et collectionne les cassettes VHS d’Arabesque et Perry Mason. Oui, Paul Millsap est un vieux et ça se voit sur le terrain.

LaMarcus Aldridge (82) : voir à Paul Millsap, en rajoutant une tasse de verveine.

Patty Mills (77) : 77 comme 7/7 à 3-points, preuve que Patty FIBA se transcrit toujours aussi bien en NBA. Il a prouvé en un demi-match qu’il pouvait être LE facteur X de ces Nets cette saison, du moment qu’on ne lui demande pas de shooter à 2-points. 21 pions pour lui ce soir, et probablement 21 000 AVC dans le Texas.

Jevon Carter (4) : que dire à part qu’il ressemble à C-Note dans Prison Break et qu’il portait cette nuit deux chaussures de couleurs différentes ? La réponse est dans la question.

James Johnson (4) : 21 minutes aussi inutiles que Jean-Paul Gaultier dans DALS. Je regarde pas hein, c’est kekun ki madi.

Bruce Brown (-) : Steve Nash avait apparemment oublié son existence, alors que nos sources nous indiquent plutôt qu’il a profité de soirée pour enregistrer un duo avec son frère Alphonse, la fameuse puissance du port du Havre.

Cam Thomas (-) : on attendait quelques minutes de Thomas cette nuit mais apparemment il n’est pas trop la Cam de Steve Nash.

Voilà pour cette première fournée de notes, un délire de 20 minutes qui en appellent beaucoup d’autres cette saison sans pour autant garantir une once de sérieux dans cette rubrique. Promis on fera des efforts, promis on fera donc tout… pour ne pas être sérieux.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top