News NBA

Manu Ginobili adorerait jouer dans la NBA actuelle : beh remets tes pompes et reviens crosser des gamins pour le fun non ?

Manu Ginobili

Le prime de Manu Ginobili dans la NBA de 2021 ? Aie aie aie.

Source image : NBA League Pass

Manu Ginobili fait partie de ceux qui sont nés trop tôt. En tout cas, c’est ce qu’il pense. Retraitée des parquets depuis 2018, la légende argentine rêverait de pouvoir jouer dans la NBA actuelle, qui est peut-être plus ouverte que jamais. Nous aussi on aimerait voir ça Manu, nous aussi.

De retour aux San Antonio Spurs dans un rôle de conseiller spécial, Manu Ginobili a finalement décidé de revenir sur la terre de ses plus grands exploits. 16 saisons au total, quatre bagues de champion NBA aux côtés de Tim Duncan et Tony Parker, deux participations au All-Star Game, deux nominations dans la troisième équipe All-NBA de la saison, un titre de Sixième Homme de l’Année, plus de 14 000 points inscrits en saison régulière et 3 000 de plus en Playoffs, autant dire que le palmarès du bonhomme est bien fourni. Et encore, on ne parle que de NBA, parce qu’il ne faut pas oublier que Manu a fait deux-trois trucs plutôt intéressants en Europe et sous les couleurs de sa sélection. Avec son numéro 20 qui flotte aujourd’hui au sommet de la salle des Spurs, Ginobili a évidemment marqué l’histoire de la franchise texane mais il faisait aussi partie des attaquants les plus doués de sa génération. Si ses stats individuelles n’ont jamais crevé l’écran (13,3 points de moyenne en carrière, avec une top saison au scoring à 19,5 unités en 2007-08) et qu’il est souvent resté dans l’ombre des grandes stars NBA, les vrais savent. Manu dans son prime ? Attention. On parle de l’un des maîtres de l’Eurostep, d’un joueur aussi intelligent que fort techniquement, d’un mec capable de slasher et postériser du monde tout étant bon shooteur, d’un arrière aux changements de rythme et de direction redoutables. Oui, tout ça, c’était Manu Ginobili. Tiens, on dirait exactement le profil d’un joueur qui pourrait cartonner dans la NBA actuelle non ?

« Si je pouvais choisir n’importe quelle époque [pour jouer, ndlr.], je choisirais celle d’aujourd’hui. Rythme de jeu rapide, beaucoup de 3-points, beaucoup de possessions. J’aurais adoré jouer dans l’ère actuelle et avoir 28 ans aujourd’hui. »

– Manu Ginobili, dans une interview pour NBA Mexico

Quand Manu Ginobili avait 28 ans, c’est-à-dire aux alentours de 2005, la NBA ne ressemblait pas du tout au jeu actuel et en plus, il évoluait dans un système très structuré chez les Spurs de Gregg Popovich. « Quand je suis arrivé en NBA, il fallait temporiser, attendre Tim Duncan, lui donner la balle au poste et voir ce qui se passe » a ajouté Manu. Aujourd’hui ? Ça court et ça shoote dans tous les sens, le 3-points est roi tandis que le jeu au poste est un art en perdition, et l’attaque est plus que jamais à la mode. L’une des stats les plus significatives pour expliquer cette évolution spectaculaire, c’est l’augmentation globale de la pace. En 2005, les Suns de Mike D’Antoni version run-and-gun étaient premiers au classement du rythme offensif avec 97,3 possessions par match. En 2021, si l’on se base sur les chiffres de la saison dernière, Phoenix serait… 28e de la Ligue. Clairement, ce n’est plus le même basket et si Manu Ginobili évoluait dans la NBA actuelle, bonjour les dégâts. À son époque, il était un peu le dynamiteur des Spurs, parfois en tant que titulaire et parfois en tant que remplaçant. Il était là pour mettre son grain de folie, pour débloquer des situations parfois fermées à double tour. On se souvient notamment de ses superbes Finales 2005 face aux Detroit Pistons, où il n’est pas passé si loin de remporter le titre de MVP (presque 19 points et 4 assists de moyenne sur la série, 23 points dans le Game 7). Alors oui, on le comprend quand il dit qu’il aimerait bien être dans son prime aujourd’hui, car ses qualités et son style de jeu correspondraient parfaitement au jeu actuel. Et ses stats en carrière seraient sans doute bien plus élevées…

Manu, ce que tu peux faire, c’est rechausser les sneakers et voir si tu peux mettre à l’amende certains jeunots, comme ça juste pour le fun. Ok tu as passé la quarantaine depuis quatre ans maintenant, mais il te reste bien un peu de basket non ? 

Source texte : NBA Mexico

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top