Pacers

Jeremy Lamb assassine les Grizzlies : Sam Merrill et Zaire Williams se sont bien battus mais ils n’ont rien pu faire face au Kobe 2.0

jérémy lamb

5 secondes à jouer, égalité, vous donnez la balle à MJ ou Jeremy Lamb ?

Source : YouTube / NBA

À peine le temps de nous remettre de nos émotions du Celtics – Magic que le League Pass nous a gratifié d’un nouveau game winner. Au terme d’une confrontation de petites franchises rurales de milieu de tableau qui a tenu toutes ses promesses, le salut final des Pacers est ainsi venu de nul autre que… Monsieur clutch himself Jérémy Lamb.

Et un de plus pour Jéjé, un de plus ! Bien plus connu pour son double buzzer beater avec le maillot des Hornets face aux Raptors il y a deux ans que pour son réel apport depuis (satanées blessures), Jeremy Lamb vient en tout cas de rajouter cette nuit un nouveau game winner à son (petit) palmarès. Avec son shoot Kobeesque à quatre petites secondes du buzzer sur la tronche du pauvre Brandon Clarke, le GOAT du money time a donc donné la victoire aux siens comme un grand et a ainsi renvoyé les oursons dans leur tanière. Cette filoche conclut surtout un magnifique quatrième quart-temps à 15 points – dont deux gros and one – du MVP du jour et bourreau d’une jeune équipe qui ne déméritait clairement pas et qui voit là une défaite cuisante à plomber le moral.

La tanière du Tennessee, orpheline de Ja Morant et d’un Dillon Brooks blessé à la main, a en effet défendu bec et ongles poils et griffes ses chances dans la ferme devenue infirmerie avec les absences de T.J. Warren, Malcolm Brogdon, Caris LeVert et Justin Holiday. Une rencontre aux allures d’un épisode de Grey’s Anatomy oui, mais qui a surtout vu de belles séquences de nos frenchies Killian Tillie et Yves Pons qui continuent à marquer des points pour poursuivre l’aventure à Memphis. Aux côtés de John Konchar et Santi Aldama en grande forme ce soir et de Jarrett Culver qui n’arrive toujours pas à être d’une quelconque manière intéressant ou efficace, la petite troupe a suivi ses leaders improvisés du soir : ces messieurs Sam Merrill et Zaire Williams. Le premier cité a ainsi pondu une nuit en monde Klay Thompson à 30 unités à 11/17 au tir dont 8/du parking, et le 10ème pick de la dernière Draft en a rajouté 19. Mais les Grizz ont donc fini par flancher sous la masterclass finale de Jéjé Lamb, venu tel Zorro conclure le travail du rookie Chris Duarte en mode american sniper (21 points) et du marteau humain Domantas Sabonis (24 points et 13 rebonds), qui n’a pas arrêté d’enfoncer ses clous de défenseurs dans la raquette avec son gros popotin.

Jeremy Lamb qui plante un game winne c’est loin d’être une première, mais ça a toujours le mérite de nous surprendre tant le garçon est le synonyme même de joueur lambda en NBA. On laisse désormais le soin au clutch boy de refaire la même en Playoffs mais, bizarrement, quelque chose nous dit que ça n’arrivera absolument jamais.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top