Pistons

Les Pistons signent leur rookie Luka Garza : un nouvel apprenti mécano dans le Michigan, lui risque de faire des étincelles

Luka Garza

L’homme de la situation.

source image : montage TrashTalk

Le printemps est derrière nous et pourtant, une fleur vient d’éclore. Au centre de tous les questionnements depuis la fin de saison NCAA, Luka Garza inquiétait de par sa capacité à transiter vers les raquettes NBA, bien plus dures qu’un choc entre deux lycéens qui s’interrogent encore sur leur formation post-bac. Finalement, les récentes nouvelles à son sujet vont dans le meilleur des sens. On débrief.

Intérieur de 2m11 à la dégaine d’acteur X, Luke Garza a passé quatre ans dans le laboratoire d’Iowa State à y parfaire son jeu de poste 5 moderne. Une chouette stabilité pour que le lycéen se développe à l’abri des regards, avant de faire le grand saut chez les adultes. Et pourtant, l’énonciation de son blaze lors de la Draft était bien loin d’être assurée, lui qui ne fut sélectionné qu’en cinquante-deuxième position par les Pistons. Un gaillard un peu pâteux, d’ores et déjà âgé de 22 balais et doté de la vitesse latérale de Gérard Depardieu qui se fait crocheter par Ismaila Sarr, le déficit athlétique faisait clairement peur aux franchises NBA. Il avait beau tourner à 24 points et 9 rebonds de moyenne sur son année senior, boire dans le crâne du pivot adverse au goûter d’après-match, Luka Garza a vu le terme de « NBA ready » revenir dans chaque débat qui le mentionnait. Mais aujourd’hui, après une Summer League vaillamment disputée sous le maillot de Detroit, le rookie vient de décrocher un contrat de deux ans et d’effacer sa sélection tardive, au plus profond de nos mémoires. En lâchant des moyennes de 15 points, 9,6 rebonds, 1,8 assist et 1 contre à 52% au tir dont 40% du parking, l’Amerloque d’origine bosniaque a réussi sa ligue d’été, convainquant par ailleurs Troy Weaver de verrouiller son cas dans le Michigan. C’est marrant, de placer autant d’interrogations au-dessus de celui qui a été élu meilleur joueur NCAA l’an dernier. Absurdité, anachronisme ou incohérence, il se pourrait finalement que Luka Garza réponde à l’appel des raquettes de la Grande Ligue.

Son two-way derrière lui, les détails financiers du nouveau contrat décroché par Mister Garza sont encore inconnus. Une chose est sûre, il n’est pas le premier prospect à faire déjouer les pronostics de la sorte, en confirmant si tôt qu’il mérite sa place au sein d’un roster NBA. On pense naturellement à un gars comme Nikola Jokic, sélectionné en quarante-et-unième position de la Draft 2014, ou même à Isaiah Thomas, facile au lycée mais pour qui la dimension physique posait un problème à l’étape supérieure. C’est là toute la difficulté d’analyse pour les scouts, de savoir si un joueur qui cartonne dans une ligue physiquement plus light, peut reproduire ses moves chez les plus costauds. Cette tendance se confirme généralement dans les premières semaines et Luka Garza n’est pas venu faire exception à la règle. La masse d’Iowa a fait forte impression en Summer League et devra réitérer ses haut faits à l’entraînement, devant le bloc Isaiah Stewart. L’une des raisons de sa bonne adaptation – toute proportion gardée, la saison n’ayant pas encore débuté – serait un régime flexitarien, c’est-à-dire qu’il a limité sa consommation de viande sans pour autant la supprimer. Initialement aux alentours des 120 kilos, Luka Garza pointe aujourd’hui à 111 plaques, un bien-être confié au Detroit Free Press en août dernier.

« Je me sens plus à l’aise pour bouger. Ce n’est pas seulement à propos du poids, c’est aussi tout le travail que j’ai effectué sur mes déplacements latéraux et ma vitesse. Je ne suis pas une référence dans ce domaine, mais je progresse à mon rythme. » – Luka Garza

Hype, le maître mot qui survole la situation de Luka Garza. Pour la petite confidence, Dwane Casey a lui aussi confié aux micros de Detroit Free Press que Luka Garza avait quelque chose de spécial. Il a « botté les fesses des gars au rebond offensif ou en transition », de quoi mettre en confiance la Pistons Nation quant au potentiel de leur nouveau mécano.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top