Cavaliers

Kevin Love pas très chaud pour un buyout avec les Cavaliers : en même temps, on ne s’assoit pas comme ça sur 60 millions

Kevin Love 24 janvier 2020

Kevin Love et les Cavs, ce n’est pas encore fini.

Source image : YouTube

Impliqués dans un plan à trois en fin de semaine dernière afin de récupérer l’intérieur Lauri Markkanen, les Cavaliers se retrouvent aujourd’hui avec un embouteillage dans la raquette et on se pose ainsi de plus en plus de questions concernant l’avenir de Kevin Love, toujours présent dans l’Ohio. La piste du buyout semblait gagner en température mais visiblement, le vétéran de bientôt 33 piges ne veut pas en entendre parler. 

Deux ans pour 60 millions de dollars. Voilà ce qui reste sur le contrat de Kevin Love à l’instant T, contrat signé à l’été 2018 (120 millions sur quatre saisons) juste après le départ de LeBron James vers le soleil de Los Angeles. À l’époque, Love et les Cavaliers étaient chauds pour continuer l’aventure ensemble, tout ça dans l’optique de garder Cleveland parmi les équipes compétitives de l’Est malgré l’absence du King. Aujourd’hui ? La donne est évidemment différente car on se demande plutôt quand et comment l’aventure de Kevin Amour dans l’Ohio va se terminer. Avec le deal XXL offert à Jarrett Allen, la sélection d’Evan Mobley à la Draft 2021, le récent transfert pour acquérir Lauri Markkanen et les galères de blessures de Love depuis trois ans, autant dire que c’est le flou autour du rôle de Kevin dans la raquette. Cependant, une chose semble certaine à l’heure de ces lignes : Kevin Love n’est pas intéressé par un buyout. Selon ESPN, qui cite l’agent du joueur, le vétéran n’a pour l’instant pas l’intention de sacrifier de l’argent pour quitter Cleveland, et les deux camps n’auraient même pas entamé de discussions sur le sujet. Une nouvelle pas forcément surprenante quand on voit le nombre de billets verts que Love doit encore obtenir à travers son contrat actuel, même si on imagine qu’il préfèrerait jouer pour un contender comme il l’avait déjà annoncé par le passé. Le scénario idéal pour lui, ce serait un transfert vers une franchise compétitive, mais les Cavs n’ont pour l’instant pas trouvé de partenaire ou de deal qui pourrait leur convenir.

Si l’on en croit cleveland.com, la franchise de l’Ohio n’est pas vraiment intéressée par un buyout non plus. Certes, un tel scénario permettrait aux Cavaliers d’économiser de l’argent tout en faisant un peu le ménage dans leur raquette, mais ils n’obtiendraient aucune vraie contrepartie. Chris Fedor, le journaliste de Cleveland qui suit les Cavs à la loupe, indique que des membres de la franchise voudraient attendre la dernière année de contrat de Love pour essayer de trouver un transfert qui puisse convenir aux Cavaliers. En effet, dans une telle situation, un contrat expirant est plus attractif et quelques ouvertures pourraient ainsi se présenter dans un an. De ce fait, l’équipe de Cleveland semble donc toujours compter sur lui sur le très court terme, et elle espère voir le vétéran apporter son aide à une équipe qui souhaite redevenir un candidat aux Playoffs assez rapidement après trois saisons post-LeBron bien crades. Logiquement, vu l’embouteillage à l’intérieur et les ressources utilisées sur Allen (100 millions sur cinq ans), Markkanen (67 million sur quatre ans) et Mobley (un troisième choix de draft), les minutes de Kevin Love devraient être limitées afin de favoriser le développement des jeunots. Pas sûr que ça lui convienne, surtout qu’il va vouloir montrer qu’il n’est pas encore cramé (plus de 12 points et 7 rebonds de moyenne l’an passé en 25 minutes de jeu), mais c’est probablement la voie qui l’attend. En tout cas, d’après le coach J.B. Bickerstaff, Love semble bien chaud à l’idée de prouver qu’il est capable de représenter une présence positive dans un groupe qui ne demande qu’à grandir.

On voit mal un trade se faire sur le court terme, et visiblement l’option buyout est exclue pour le moment. Du coup, Kevin Love et les Cavaliers devraient faire encore un petit bout de chemin ensemble, sans doute un peu à contrecœur des deux côtés. De quoi provoquer de nouvelles tensions entre la franchise de Cleveland et Love comme on a pu le voir ces dernières années ?

Source texte : ESPN, cleveland.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top