Warriors

Kevin Durant et Draymond Green à cœurs ouverts : les embrouilles, les gamins, le basket, la vie quoi

L’été, c’est aussi l’occasion de se poser un peu pour regarder en arrière et de prendre du recul sur tout ce qu’il s’est passé. C’est exactement ce que Kevin Durant et Draymond Green ont fait à l’occasion de l’émission du bulldog des Warriors pour Bleacher Report.

Quand deux grandes gueules s’assoient face-à-face autour d’une table pour discuter et que des caméras sont là pour tout enregistrer, on s’installe confortablement, on clique sur play et on n’en perd pas une miette. Quand il s’agit en plus de deux All-Stars et qu’ils reviennent sur l’un des épisodes les plus controversés de la dynastie des Warriors, c’est carrément un must-see et plus rien ne peut passer au-dessus dans vos priorités. C’est donc ainsi que Draymond Green a intercepté son ancien coéquipier de Golden State au retour de son épopée olympique au Japon pour faire un point sur sa carrière dans le cadre de son show « Chips » pour Bleacher Report.

On le sait, les deux hommes sont très proches. En 2016, l’ailier-fort des Dubs a même joué un grand rôle dans l’arrivée du MVP 2014 dans la baie de San Francisco. A la sortie du terrible choke des Warriors en Finales NBA face aux Cavaliers, le numéro 23 s’est saisi de son téléphone pour convaincre KD de le rejoindre. On sait tous comment cela s’est terminé. Kevin Durant a passé trois saisons à Oakland où il a remporté deux titres et deux trophées de MVP des Finales. Un chiffre qui serait même monté jusqu’à trois s’il n’avait pas été blessé en 2019 comme le sous-entend Draymond Green, immédiatement confirmé par son invité du jour « Facilement« . Or, tout n’a pas été facile et la célèbre expression « zone de confort » a vite été retenue contre le meilleur scoreur de l’histoire de Team USA par les fans du monde entier. Mais malgré les critiques, la grande tige ne regrette rien.

« C’était une décision uniquement basée sur le basketball mais j’ai fait d’une pierre deux coups en explosant l’échelle du je-m’en-foutisme face à tout ce que les gens pouvaient penser ou dire. Mais c’est surtout parce que j’avais la sensation d’être le fit parfait avec vous et le jeu que vous produisiez des deux côtés du terrain. J’avais atteint un point où je voulais voir ce que ça faisait de jouer ailleurs. C’était comme une évidence et je le referai un million de fois. Je n’ai jamais douté et j’étais persuadé que c’était ce que je voulais faire en me rendant à toutes ces réunions. J’avais juste besoin d’être rassuré et d’aller au bout du processus. Mais je savais en regardant les matchs ou les interviews que c’était la manière dont je voulais jouer. C’est là où je devais aller pour continuer à devenir un meilleur joueur. »

Une casquette des Oakland A’s vissée sur la tête, KD ne fait pas dans la langue de bois et semble à l’aise face à son ancien coéquipier. Pourtant, tout n’a pas toujours été rose entre les deux et une dispute survenue sur le terrain en novembre 2018 aurait pu faire dérailler le train des Warriors. Si les deux joueurs semblent avoir enterré la hache de guerre depuis longtemps, il leur tenait à coeur de s’exprimer publiquement sur cet épisode marquant de leur collaboration.

Draymond Green : Et pour ma propre santé mentale, parce qu’on n’arrête pas de s’en prendre à moi depuis que tu es parti, à quel point dirais-tu que notre engueulade contre les Clippers a joué dans ta décision de quitter les Warriors ?

Kevin Durant : Ce n’était pas cette dispute le problème. C’était plutôt la manière dont tout le monde et notamment Steve Kerr ont réagi en faisant comme si rien ne s’était passé. Bob Myers a ensuite essayé de te discipliner en pensant que c’était la solution à tout. J’ai vraiment eu la sensation que c’était un gros événement pour notre groupe la première fois que quelque chose comme ça est arrivé. On avait besoin de nous exprimer là-dessus et de nous parler. Je me rappelle en regardant « The Last Dance », quand Scottie Pippen a refusé de rentrer sur le terrain, toute l’équipe lui a dit dans le vestiaire juste après qu’il n’avait pas bien agit. On avait besoin de faire la même chose. On avait juste besoin de se dire les choses en face et que nos coéquipiers nous disent ‘Dray, Kevin, c’est n’imp d’avoir dû en arriver là. Maintenant on passe à autre chose tous ensemble et on va finir le boulot.’ Je ne pense pas que c’est ce que nous avons fait et on a plutôt évité le sujet. Je n’ai pas aimé toute cette ambiance, j’ai trouvé ça étrange. J’aurais préféré que l’on agisse plus naturellement en mettant la famille devant tout le reste. La communication est toujours la clé. Ce n’est pas ce qu’on a fait et c’est ce qui m’a le plus embêté dans toute cette histoire.

Draymond Green : Quand on est rentré de L.A., ils m’ont fait venir dans une pièce et pendant 1h45 ils m’ont demandé de m’excuser auprès de toi. Et je leur ai dit, ‘Je vais parler à Kevin, mais vous n’allez pas me dire ce que je dois faire.’ Après 1h45 à me répéter toutes ces conneries, ils ont réalisé que ça ne marchait pas et ont décidé de revenir me voir le lendemain matin. Le jour d’après, ils me disent « Tu as eu toute la nuit pour réfléchir, tu vas t’excuser maintenant ?’ Et je leur ai dit : ‘Vous êtes vraiment en train de tout faire foirer. Les seuls qui peuvent rétablir la situation sont Kevin et moi et vous ne pouvez absolument rien y faire.’ Et à mon sens, ils ont merdé.

Kevin Durant : Je pense aussi.

Draymond Green : Ils me disent alors ‘Nous allons te suspendre pour ce match.’ J’ai commencé à rigoler devant eux et Bob [Myers, ndlr] me dit ‘Wow, je ne m’attendais pas à cette réaction.’ Je lui ai répondu : ‘Soit je me mets à rire, soit je vous insulte. Tu choisis mais je préfère choisir d’en rire. Je trouve que ce que tu fais est drôle donc je vais en rire.’ Donc c’est intéressant de t’entendre dire la même chose que je leur ai dit ce jour-là.

Il est toujours intéressant d’avoir l’avis des principaux protagonistes d’une affaire qui a fait couler énormément d’encre lors de la saison 2018-19. Et il est curieux de voir que malgré une vraie mésentente sur le terrain lors de ce match, les deux hommes avaient finalement un point de vue assez similaire sur la question et la manière avec laquelle il aurait fallu gérer ce problème. Bob Myers et Steve Kerr ont pris leur petit scud et ce serait finalement davantage la gestion de l’affaire par le staff qui aurait pesé sur KD que l’insulte de Draymond Green formulée dans le feu de l’action. Toujours est-il que cela fait désormais partie du passé et que Durant semble apaisé et pas du tout rancunier à l’approche de ses 33 ans.

« Être blessé pendant un an m’a fait changer de perspective sur tout ce que je fais et tout ce que j’ai fait auparavant. Je vois cette période où j’ai joué aux Warriors comme vraiment spéciale mais il était temps pour moi de passer à autre chose. »

Désormais à Brooklyn où il a signé un contrat longue durée, Kevin Durant va essayer de continuer d’écrire sa légende au sein d’une autre superteam avec Kyrie Irving et James Harden à ses côtés. Et, qui sait, peut-être que l’on retrouvera les deux hommes face-à-face dans une série pour le titre NBA 2022 dans quelques mois ? On peut alors être sûr qu’ils ne se feront aucun cadeau sur le terrain même s’il existera toujours ce respect mutuel, peu importe les circonstances.

On ne peut que vous conseiller de mater en entier cette longue interview de 24 minutes disponible en intégralité en couverture de cet article (avec sous-titres en anglais si nécessaire) où Draymond et Kevin semblent réellement oublier les caméras pour parler à coeur ouvert sur des sujets aussi sensibles que variés tels que la paternité ou la vie surexposée des joueurs NBA. Pour une fois, l’été a aussi de bons côtés.

Source texte : Bleacher Report

1 Comment

1 Comment

  1. 4

    1 septembre 2021 à 17 h 47 min at 17 h 47 min

    4

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top