Blazers

Free Agency 2021 : Norman Powell reste à Portland pour 90 millions sur 5 ans, les Blazers avancent doucement mais sûrement

Norman Powell surcoté 29 mai 2021

Pour… un potentiel trade de C.J. ?

source image : NBA League Pass

« Go Go Powell Rangers ! Go Go Powell Rangers ! Go Go Powell Rangers ! », la petite exclu du nouveau chant des supporters du Moda Center, bien décidés à donner de la voix pour un gars qui veut rester encore cinq ans dans l’Oregon. L’opération est belle et apporte un peu de concret au-dessus d’une franchise, toujours pas à l’abri de son plus gros drama.

Quelques tours d’horloge de gagnés, une bouffée d’air frais, un peu de répit dans ce monde de sauvageons à l’affût de la moindre Damian Breaking. Le ressenti est globalement le même pour la Blazers Nation qui accueille Norman Powell à bras ouverts, moyennant 90 plaquettes sur 5 ans et sans Player Option ajoutée. On espère qu’il tourne un petit clip de présentation, comme ça on pourra dire que Norman fait des vidéos (lol). Cette belle signature vient un poco adoucir les contours du coup de gueule post-Playoffs de Damian Lillard, même si l’on espère que Neil Olshey – General Manager de Portland – n’a pas d’ores et déjà validé une bonne partie de sa liste de courses sur cette Free Agency 2021. « Cher Père Noël, c’est bon pour la grosse signature estivale avec Norman. J’ai bien reçu ton Cody, même si ses cheveux commencent à mi-crâne je pense que ça va le faire. Comme j’ai bien été sage cette saison, est-il possible d’envisager un trade pour faire venir Larry Nance Jr. ? J’aime bien ce joueur, qu’est-ce qu’il dunke haut ! ». 

Ce qui est étonnant avec cette signature sur le très long terme de Norman Powell, c’est qu’elle semble verrouiller un poste 2 déjà squatté par C.J. McCollum. Se dirige-t-on vers un trade du petit bandeau ? Peut-être bien, en attendant Norm sort d’un exercice intéressant passé entre les parquets de Toronto et Portland et alimenté par des moyennes de 18,6 points, 3,1 rebonds, 1,9 assist et 1,2 interception à 48% au tir dont 41% du parking. Ce genre de role player shooteur, défenseur et excellent en transition, payé seulement 18 boulettes l’année, c’est ce qu’on appelle une belle opération pour le front office des Blazers qui sécurise intelligemment une place de son starting five. Mais comme gratté précédemment, Neil Olshey va devoir se mettre en quête de grosses têtes sur les postes 3, 4 et 5, sous peine de passer 82 matchs à mater un Norman Powell franchise player décocher sur une jambe dans le corner, dès l’an prochain.

Et un petit Ben Simmons pour venir caresser le secteur intérieur de ce roster, on en dit quoi ? Allez, on s’assoit et on attend patiemment qu’un insider prenne la parole pour annoncer que les Blazers deviennent de réels contenders au Larry O’Brien. Tiens, c’est qu’il doit stresser le Norman, de resigner à l’aveugle, comme ça.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top