Celtics

Josh Richardson aux Celtics, enquête entre les lignes : quid d’Evan Fournier, c’est qu’on s’en pose des questions

Evan Fournier 6 mai 2021

Les Celtics ne seraient pas prêts à répondre aux exigences salariales de Vavane…

Source image : YouTube

Alors que la Free Agency est sur le point de débuter, les Celtics ont été particulièrement actifs sur le marché des transferts ces derniers jours. Parmi les nouvelles arrivées, celle de l’arrière Josh Richardson. Alors forcément, on se demande ce que ça veut dire pour notre Evan Fournier national. 

Actuellement en plein boom à Tokyo avec les Bleus, Vavane va également devoir décider de son avenir NBA ces prochains jours. On le sait, la légende de Charenton est agent libre non restrictif cet été, et aura un choix important à faire pour la suite de sa carrière, lui qui va bientôt avoir 29 ans. Est-ce que le Frenchie va continuer l’aventure à Boston, où il est arrivé en mars dernier au moment de la trade deadline ? Est-ce qu’il va choisir une nouvelle destination ? Vu les dernières infos, on opterait plus pour la deuxième option. Vous l’avez sans doute entendu ce week-end, les Celtics ont réalisé quelques mouvements dans leur effectif. D’abord, ils ont lâché Tristan Thompson pour récupérer du Kris Dunn, du Bruno Fernando et un choix de draft, et ensuite, les Verts sont surtout allés chercher l’arrière de Dallas Josh Richardson en échange du jeune intérieur Moses Brown, initialement récupéré dans le cadre du trade de Kemba Walker il y a quelques mois. Richardson a pu être recruté à travers ce qu’il restait de l’énorme trade exception à 28 millions de dollars suite au sign & trade de Gordon Hayward à l’intersaison 2020. Une trade exception qui avait été utilisée en partie sur Vavane justement en mars dernier, à hauteur de 17 millions. Et aujourd’hui, cette arrivée de Josh Richardson ressemble quand même beaucoup à un mouvement de secours chez les C’s.

Richardson n’est pas le genre de joueur à pousser Evan Fournier vers la sortie hein. Mais c’est peut-être un signe annonciateur concernant les intentions ou plutôt le manque d’intention de la franchise de Boston sur le dossier Vavane. Si l’on en croit les dernières infos du Boston Herald, le Frenchie viserait un deal de 80 millions de dollars sur quatre ans avec son prochain contrat. On est donc sur du 20 millions par an, une légère augmentation par rapport à son contrat précédent (85 millions sur cinq ans, 17 millions par saison). C’est visiblement un peu trop pour les Celtics, qui ne seraient pas prêts à offrir un tel deal à Fournier. Signer Evan pour 80 millions de dollars sur quatre saisons, en sachant qu’il y a également le dossier de Marcus Smart à gérer (fin de contrat en 2022) sans oublier celui de Robert Williams III (fin de contrat en 2022 aussi, en tant qu’agent libre restrictif), ça pèserait assez lourd dans la masse salariale et ce serait synonyme de luxury tax, avec une addition bien salée au bout. Résultat, le Frenchie et Boston se retrouvent aujourd’hui dans une impasse et parmi les équipes qui pourraient en profiter, on a les Knicks selon SNY. Possédant du cap space et motivée à l’idée de se renforcer sur son backcourt, la franchise new-yorkaise aimerait bien s’attacher les services d’Evan. Un intérêt qui serait réciproque, et honnêtement on comprend pourquoi : un bon contrat, le Madison Square Garden, une équipe des Knicks à nouveau compétitive… y’a de quoi être séduit par New York. Alors, direction Manhattan ?

L’arrivée de Josh Richardson signifie-t-elle obligatoirement la fin de l’aventure Evan Fournier à Boston ? Faut voir, le nouveau président des opé basket Brad Stevens a des choix à faire et s’il souhaite conserver Vavane à tout prix, on imagine qu’il y a moyen. Mais ça n’en prend pas trop le chemin visiblement, et y’a donc de bonnes chances que Fournier porte un autre maillot que le vert des Celtics l’an prochain. 

Source texte : Boston Herald, SNY

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    1 août 2021 à 15 h 31 min at 15 h 31 min

    Je l’aime bien Vavan, mais à 20 patates par an, je comprends qu’on hésite…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top