Draft NBA

Les highlights d’Evan Mobley : un intérieur mobile, rapide et athlétique… bref, attendez-vous à entendre ce nom souvent

Il court, il saute, et il a du toucher, le cocktail parfait pour un futur monstre ?

Source Image : Youtube

On s’est régalés avec le best-of des actions de Cade Cunningham hier, c’est au tour d’Evan Mobley de nous faire kiffer devant notre écran avant de le voir enfiler la casquette d’une franchise le 29 juillet, probablement celle des Cavs ou des Rockets. Le profil du bonhomme est atypique, mais le potentiel nous donne qu’une envie, celle de le voir sur les parquets NBA au plus vite.

Et le petit lien utile pour retrouver le profil en vidéo, sur ta chaîne YouTube préférée bien sûr

Un intérieur qui peut courir plus vite que certains guards, des bras qui tombent jusqu’aux chevilles, de la présence des deux côtés du terrain, le prospect de 2m13 pour 98 kilos a de quoi faire kiffer et son profil très moderne devrait lui permettre de faire un bon bout de carrière dans la Grande Ligue. Attendu dans le Top 3 de la Draft, Evan Mobley est l’un des prospects les plus attendus de sa cuvée. Si à première vue, le joueur d’USC semble un peu léger pour lutter dans les raquettes NBA, son côté athlétique nous prouve tout le contraire : une rapidité latérale impressionnante, de la mobilité, une omniprésence dans la raquette, une envergure semblable à celle d’un certain Kevin Durant, et puis forcément, le bonhomme s’éclate au contre. Oui oui, car on parle beaucoup de ses aptitudes offensives, notamment ses moves au poste, son toucher, le shoot qu’il commence à développer, mais défensivement, le jeune Mobley paraît déjà prêt à se rendre utile sur les parquets de la Ligue. Contres, rebonds, capacité à défendre sur plusieurs postes, une belle lecture de jeu, ça pourrait être flippant d’attaquer sur lui d’ici quelques années. Si vous voulez quelques chiffres de son année freshman à USC, où il jouait aux côtés de son frère Isaiah, Evan c’était : 16,4 points à 58% au shoot, 8,7 rebonds, 2,4 passes décisives et surtout 2,9 contres par match (!). Voilà, désormais rendez-vous très probablement dans le Top 3 de la Draft pour celui qui a des airs de Unicorn…

Un profil atypique comme on en voit peu en NBA, un plafond difficile à estimer, mais une garantie de jolies performances dès l’année prochaine, peu importe la franchise qui l’accueillera. En attendant d’avoir une réponse à cette question, on vous laisse découvrir (ou baver pour la 20e fois) sur les meilleures actions d’Evan Mobley la saison dernière.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top