Pacers

Myles Turner souhaite rester chez les Pacers : reste à voir si les dirigeants de l’Indiana l’entendent de la même oreille

Myles Turner

Trouvez sur l’image pourquoi cette photo ne date pas de cette année.

Source image : YouTube

Avec son contrat qui va jusqu’en 2023 avec un salaire annuel de 17,5 millions de dollars, Myles Turner a assuré qu’il se sentait bien dans l’Indiana et que l’herbe était plus verte là où il était. Même si bon, l’herbe est surtout plus verte en Playoffs mais ça c’est une autre histoire…

Saison décevante pour Indianapolis. Avec l’arrivée d’un nouveau coach, on attendait une équipe des Pacers plus adapté au jeu NBA actuel tout en restant compétitive après plusieurs campagnes de Playoffs : on attendait un Domantas Sabonis monstrueux, un Malcolm Brogdon adroit, un Myles Turner rim-protector, un T.J. Warren version bubble, puis un Caris LeVert ultra scoreur… Mais entre décembre et mai, il y a eu beaucoup de blessures et surtout beaucoup de déceptions. Direction le play-in tournament avec la neuvième place de la Conférence Est, et élimination aux portes des Playoffs face aux Wizards. Une fin de saison amère donc et on n’a jamais vraiment pu voir l’ensemble de cet effectif prometteur jouer ensemble. Le seum. Mais même si la campagne a été décevante, Myles Turner – le meilleur contreur de la Ligue (deuxième dans nos cœurs tu connais) a annoncé qu’il était heureux chez les Pacers et qu’il préférait se concentrer sur son équipe.

« J’aime Indianapolis et je ne veux être nulle part ailleurs. C’est ma deuxième maison et les fans sont les meilleurs de toute la NBA. »

– Myles Turner, via heavy.com

Blessé en fin de saison, le Texan est depuis un moment sur le champ de mines des rumeurs de trade. On sait comment agit la NBA, c’est un business, et le numéro 33 le sait très bien aussi. Le pivot de 25 ans, qui s’est fait manger en Coupe du Monde 2019 par Rudy, Vincent Poirier et Mathias Lessort, pourrait bien se retrouver une nouvelle fois dans les discussions avec des équipes intéressées par son profil défensif. On peut penser à Boston, où son nom a souvent circulé ces derniers mois. Le vétéran Tristan Thompson et Robert Williams III forment actuellement la rotation sur le poste de pivot, du renfort serait le bienvenu. Il y a peut-être aussi une opportunité chez les Warriors, on sait qu’on ne dit jamais non pour jouer avec Stephen Curry. James Wiseman est encore trop tendre et Kevon Looney est le seul autre véritable pivot de l’effectif. Il manque également de la taille et de la défense à Washington. Thomas Bryant s’est blessé lourdement cette saison, Alex Len est Alex Len, on kiffe les hook shots de Robin Lopez mais faut pas pousser, et même si le jeune Daniel Gafford montre de belles choses, Turner ne serait pas de trop. Enfin, il pourrait aller à Charlotte où il serait bien pratique et il s’introduirait bien dans ce jeune effectif. Myles aurait donc le tiers de l’âge de Cody Zeller, ça peut faire du bien dans la raquette de Caroline du Nord. En tout cas, ce que Myles Turner a dit, c’est qu’il était bien dans ses baskets sur ce parquet de la Bankers Life Fieldhouse, reste à voir si les dirigeants d’Indiana l’entendent de la même oreille ou s’ils décident de casser le duo de la raquette Sabonis/Turner.

Alea jacta est pour un trade de Myles Turner, en tout cas ce dernier a donné son avis, mais le bureau d’Indiana sait qu’il peut être une bonne monnaie d’échange.

Source texte : heavy.com 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top