Bulls

Aucun joueur NBA n’attend les Playoffs depuis aussi longtemps que… Zach LaVine : 411 matchs et toujours rien, il s’agirait de passer la première

Zach LaVine 19 janvier 2020

7 ans en NBA, 411 matchs disputés, et toujours pas la moindre postseason à l’horizon.

Source image : NBA League Pass

La qualification des Wizards contre les Pacers n’est pas seulement une victoire pour Russell Westbrook et Bradley Beal. En effet, elle libère aussi… Alex Len d’un fardeau bien lourd à porter. En effet, le pivot de Washington va enfin découvrir la postseason après 531 matchs de régulière. Ancien leader malheureux de la plus longue série de rencontres jouées sans Playoffs, il laisse désormais sa place à un certain… Zach LaVine. 

Le talent ne fait pas tout et, parfois, on peut même attendre sacrément longtemps avant de voir les récompenses tomber. Par exemple ? Leonardo DiCaprio a mis 26 ans pour décrocher un Oscar, Luka Modric a attendu ses 33 ans pour récupérer le Ballon d’or, Chris Webber a patienté huit ans avant d’intégrer le Hall of Fame et certains ont besoin de plus de dix ans pour réunir les huit badges sur Pokémon Bleu (soupir). Bref, tout ça pour dire que parfois, tu peux avoir les skills, faire le boulot, mais la récompense n’est pas forcément au bout du chemin car ce n’est tout simplement pas le moment, ou parce que tu es juste mal tombé. Quand on voit que des mecs comme Noah Vonleh – rien contre lui hein, c’est pour l’exemple – ont déjà « participé » (vu le temps de jeu c’est un grand mot) à trois campagnes de Playoffs, on se dit que les planètes sont donc mal alignées pour Zach LaVine et son zéro pointé. En effet, sept ans déjà que l’ancien de UCLA a débarqué en NBA (et 411 matchs de saison régulière) et il est aujourd’hui et depuis toujours resté à la porte du club. Impossible de convaincre le videur malgré les Karl-Anthony Towns, Andrew Wiggins ou encore Nikola Vucevic tout récemment. On y a pourtant bien cru en voyant débarquer le Monténégrin, un vrai All-Star prêt à faire passer un palier à Chicago, mais pour cela il aurait fallu que le chat noir qui traîne du côté du United Center aille se lécher les poils (du cul) un peu plus loin. Quatorze, c’est le nombre de rencontres où les deux compères ont pu être alignés ensemble (sur vingt-neuf), et dans ces conditions… difficile de créer les automatismes et d’aller arracher le play-in face aux concurrents. Et voilà qu’une nouvelle saison s’achève et Mister LeVain va encore passer l’été à regarder les autres s’amuser depuis son canap’ à Windy City.

Les années défilent et même les derniers mohicans réussissent, eux, à décrocher le précieux sésame. Devin Booker ? Il attendait depuis 409 matchs lui aussi mais il va pour sa part et enfin voir la couleur des Playoffs en 2021. Qui d’autre au-dessus ? Bah en fait plus grand monde, voire plus personne. Alex Len était le leader parmi les joueurs actifs et il va voir son nom disparaître de la liste, tout comme Julius Randle et Elfrid Payton, ce qui fera donc de Zach LaVine le numéro uno parmi les joueurs « actifs » et on insiste sur ce mot car d’autres pourraient avoir cette couronne s’ils avaient un contrat avec une franchise (Omri Casspi, Brandon Knight par exemple). Non content de détenir la plus longue série sans Playoffs de la Ligue, le sérial dunkeur va aussi intégrer le top 20 all-time des joueurs qui n’ont pas ou pas encore vu la postseason. À lui de sortir l’an prochain de ce bien triste groupe pour éviter de devenir le nouveau… Tom Van Arsdale. Joueur NBA entre 1965 et 1977, et même triple All-Star chez les Cincinnati Royals (les ancien Kings), TVA quittera la Ligue sans n’avoir jamais disputé le moindre match de Playoffs, et on parle ici de 929 matchs de saison régulière et ZÉRO campagne pour le titre. Avec 411 rencontres jouées, la star des Bulls est encore loin du compte mais il sait désormais ce qui l’attend s’il traîne trop.

Avec Alex Len qui a obtenu jeudi soir sa première qualification en Playoffs, le trône de la plus longue série sans postseason appartient donc désormais à Zach LaVine. Attention Chicago, c’est le genre de stats dont les All-Stars ne sont pas fans et il y a une Free Agency qui se profile pour 2022. L’occasion d’aller jouer dans une équipe qui aura plus de chance de le faire sortir de ce classement de la honte ? 

Source texte : Basketball Référence

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top