Notes de match

Les notes de Grizzlies – Spurs : DeMar DeRozan avait réservé à Palavas pour samedi, ceci explique cela

DeMar DeRozan 28 février 2021

A tous les coups il a été trop timide au téléphone pour demander le supplément pour avoir un emplacement avec barbecue. On le changera pas hein.

Source image : YouTube

Qui dit match couperet dit dispositif spécial, qui dit dispositif spécial dit présence obligatoire de la Team Notes. Et qui dit match couperet dit gastro-entérite subite de DeMar DeRozan, bien dommage car les Spurs étaient à un leader près de réaliser le braquage du mois de mai. Allez, envoyez les notes et attention les yeux, il y a quelques redoublants.

  • recap du match juste ici
  • boxscore du match juste

Memphis Grizzlies

Ja Morant (6) : une adresse longtemps insuffisante, des lancers importants qui rebondissent sur le cercle et un duel avec Dejounte Murray pas toujours à son avantage. Mais Ja a fini par mettre les tirs qu’il fallait et contrairement à Dejounte, lui avait des coéquipiers autour de lui. C’es Ja ça.

Dillon Brooks (8) : match monstrueux du sosie d’Alexandre Astier, en attaque (24 points et un beau coup de chaud en fin de match) mais surtout en défense, puisque l’homme qui rappelle au CM de TrashTalk une biquette sérieusement âgée a to-ta-le-ment éteint DeMar DeRozan. Plus que n’importe quelle ligne de stats, il est l’homme du match cette nuit, et ça promet du lourd pour la sortie de Kaamelott.

Jonas Valanciunas (8) : comment pouvait-il en être autrement. Face à un intérieur dont le prénom est le même que la marque de vos chiottes, le punk lituanien s’est évidemment éclaté. Un double-double de goret, un ballon qui colle à ses grandes paluches dès qu’il ressort d’un cercle, et globalement une domination de tous les instants. Dire qu’il écoute probablement du Rammstein, quel gâchis.

Kyle Anderson (7) : prestation incroyable de l’escargot rigolo. Auteur de quelques tirs utiles, il a surtout défendu le fer, offert deux chase-downs blocks après avoir dépassé le mur du son, avant de trashtalker tout le Texas. Slow-Mo est devenu un homme, et tout le monde devrait avoir un Slow-Mo dans son salon.

Jaren Jackson Jr. (5) : il a commencé très fort en enchainant les gros tirs contestés. Moins en vue par la suite mais dans un soir de victoire pour les Grizzlies, c’est plutôt bon signe.

Desmond Bane (5) : peu utilisé ce soir mais auteur d’un sans faute sur les quelques minutes qu’il a passé sur le terrain. Desmond Tout Baigne.

De’Anthony Melton (3) : n’a pas pesé sur le match et c’est une rareté cette saison. On vous rassure cependant, ce ne devrait pas influer sur notre humeur de la journée.

Grayson Allen (-) : parait-il qu’il a joué, faudra qu’on se refasse le replay, satanée pause pipi.

Tyus Jones (-) : très peu de temps de jeu mais un gros tir qui fait du bien en deuxième mi-temps. Le genre de Bernard Boutdebanc qui fait du bien.

Xavier Tillman (-) : dix minutes seulement et très peu de choses à dire si ce n’est que ce monsieur a 21 ans mais en fait aisément 42.

San Antonio Spurs

Dejounte Murray (7) : soirée difficile au tir pour Dejounte mais que voulez-vous, on ne peut pas tout faire. Un début de match en mode boulet de canon, un gros duel avec Ja Morant, mais peu de solutions autour de lui. Pièce centrale de son équipe des deux côtés du terrain et auteur d’une prestation pleine, mais obligé de prendre un paquet de tirs en fin de possession. Et comme dirait Enes Kanter en défense : c’est pas mon boulot.

DeMar DeRozan (521) : s’il prend un tir extérieur un chaton meurt, ceci explique cela. Il avait apparemment réservé un emplacement à Palavas dès samedi, ceci explique probablement cela. 5/21 au tir, une agressivité de type koala, et malgré quelques tirs importants en fin de match DeMar DeRozan termine sa saison sur une note manquant clairement de dynamisme. DeMarEnCôte DeRozan.

Keldon Johnson (5) : il est l’une des raisons de sourire de la fanbase des Spurs, même s’il rend jaloux tous les adeptes de crossfit avec son corps parfait. Quelques shoots importants, de l’agressivité, mais globalement dépassé par l’expérience de quelques unes de ses match-ups. Patience, petit est déjà costaud mais il deviendra grand.

Jakob Poeltl (5) : les stats et de Jonas Valanciunas et l’impression visuelle pourrait laisser croire que Jakob s’est fait poutrer tout le match, mais en réalité l’Austrian Beast (ça passe) a fait son match, gênant comme il le pouvait le bûcheron de Memphis et utilisant du mieux qu’il pouvait ses skills sur pick and roll. Bref, job fut done.

Lonnie Walker IV (3) : des shoots ouverts qui ne touchent même pas le cercle, et quand vous êtes payés pour rentrer des tirs que vous ne rentrez pas, on dit généralement que vous ne faites pas bien votre travail. Clownie Walker.

Patty Mills (5) : il a balancé ses quelques ogives habituelles, ses quelques air-balls habituels, mais il n’a pas pesé plus que ça sur ce match. Il faudra faire mieux au Game 2, ce que doit probablement se dire ce génie de Luka Samanic, oui, ceci est une balle perdue.

Drew Eubanks (-) : Gregg Popovich lui a préféré Gorgui Dieng dans la rotation, et on ne va quand même pas en faire un exposé de vingt minutes.

Rudy Gay (6) : il a tenté de sonner la révolte en fin de match, et en 2021 vous êtes dans une sacrée merde quand c’est Rudy Gay qui doit vous sauver.

Devin Vassell (5) : prestation assez insignifiante, on aurait aimé le voir un peu plus.

Gorgui Dieng (5) : un and one et un shoot du parking pour Gorgui, soit autant de tirs réussis ou presque que DeMar DeRozan. C’était donc ça le problème des Spurs, ils se sont juste trompés de franchise player.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top