Grizzlies

Les Grizzlies s’en sortent dans la douleur mais fort logiquement : rendez-vous vendredi, et ce sera une autre paire de manches

Grizzlies 5 août 2020

On inverse les rôles : les Spurs prennent place dans la piscine réservée aux vacanciers.

Source image : YouTube

Rien ne sert de courir, il faut perdre à point. Les Spurs l’ont appris à leurs dépens après avoir couru derrière les Grizzlies jusqu’à leur passer devant une poignée de secondes dans le troisième quart. Mais ils n’ont finalement rien pu faire face à un trio memphisien à plus de 20 points, qui lui n’a pas paniqué (au contraire de certains qui se reconnaîtront côté San Antonio) et a finalement chopé son ticket pour le Game 3 du play-in, vendredi soir, face aux Lakers ou aux Warriors.

La boxscore uniquement décente grâce au Big Three de Memphis, c’est par ici

Exceptionnel mesdames et messieurs : Ja Morant prend ses dreadlocks entre ses mains et noue son top knot à l’aide d’un chouchou de qualité allemande. Que va-t-il alors nous préparer après que le gros Ourson Jonas Valanciunas ait récupéré l’entre-deux ? Eh bien il ne… va pas poser deux dribbles que Dejounte Murray va lui chiper le ballon et partir peinard au dunk. Cette première action a au moins le mérite de mettre dans l’ambiance. Pas du tout néanmoins dans l’ambiance de Spurs qui partent en dépeçage surprise de Grizzlies, puisqu’il y a vite… 16-4 Memphis. De là, Dillon Brooks claque un énorme tomar dans le trafic et Morant un tir du parking, déjà le feu au lac pour Pop qui prend un temps-mort à 23-6 alors qu’il reste six minutes à jouer dans le premier quart. Les jeunes Spurs oublient complètement de poser le jeu et ne font que se précipiter en attaque alors qu’en face Dillon Brooks est en train de prendre feu, alors qu’en face le duo père-fils Jonas-Ja coulisse beaucoup trop bien. Memphis cette saison ? Top 8 NBA en nombre de possessions, Top 6 en low turnovers, Top 2 aux tirs tentés et Top 3 aux tirs tentés à 3-points, donc ça va vite, très vite. Ça sent le blow out et Dejounte Murray doit alors bien se sentir seul à planter des tirs compliqués, aller au charbon au rebond et courir dans tous les sens. Mais attention, Patty Mills se prend pour Stephen Curry et plante à huit mètres : 33-41, as-t-on parlé trop vite ? Oui, car le match commence enfin. Un clignement de paupières et les Grizzlies étaient à +20, un autre clignement et ils ne sont plus qu’à +2. Comme quoi ça va un peu mieux quand on se met à défendre hein, n’est-ce pas. Ja Morant se fait deux fois contrer salement sur la dernière minute de la première mi-temps et à ce moment-là du match, Memphis continue malgré tout de gérer son avance et quatre joueurs du cinq de départ sont à au moins dix points, dont l’autre fêlé de Valanciunas déjà en 16-15. Côté Spurs, on ne change pas l’ADN : six joueurs alignent au moins cinq pions… mais pas bien plus.

Soufflante probable des coachs à la mi-temps : « SI VOUS VOULEZ FILER EN VACANCES CE SOIR C’EST VOTRE PROBLEME MAIS SOYEZ DIGNES ». Spoiler : ça rentre par une oreille et ça ressort par l’autre. Shoots trop courts, grosse défense, fautes, tout est bon pour que chacun voient ses stats au tir diminuer au fur et à mesure. Ce qui permet même à Mark Jones, commentateur d’ESPN, d’être amnésique et de s’autoriser un Jackson Jr is missing everything tonight sur le… premier tir briqué par le poste 4 des Grizzlies. Pas compris mais passons. Le troisième quart-temps ressemble en tout cas à un si près si loin pour les Spurs, qui ne parviennent pas à casser la barrière du break fait depuis belle lurette par leurs adversaires. En cause : personne ne rentre ce foutu ballon orange dans ce foutu panier et le franchise player de San Antonio, DeMar DeRozan, décide de prendre le match en main mais n’aurait pas du. C’est-à-dire que la pression est mieux gérée par Ja Morant, un gamin qui n’a sans doute même pas le permis pendant que DMDR, champion du monde et champion olympique, tremble totalement des genoux. Lorsque Tyus Jones plante un primé au début du quatrième ? On se dit que c’est peut-être plié avec à nouveau +10 pour Memphis. Mais qui est-ce qui fout les Spurs devant cinq minutes plus tard après de bons passages de Rudy Gay, Patty Mills et Gorgui Dieng ? DeMar DeRozan bien sûr, qui vient fermer nos clapets – un peu – et le score est alors de 83-85 à sept minutes du gong. Des Spurs en mode braquage ? C’était sans compter sur l’un des éléments bouillants du Big Three des Grizzlies : Dillon Brooks. Les Spurs ne suivent pas un tir du parking, Desmond Bane… lui si, pour marquer sans aucun doute le panier le plus important de sa saison d’après Mark Jones qui a cette fois-ci le mot juste. Faute offensive de Ja Morant à 30 secondes (98-93) et on offre la chance à DeMar de marquer l’histoire en je ne sais pas par exemple faire revenir les siens à -3 ou -2, Mais (D)MDR il y va aussi de sa faute offensive donc terminé bonsoir bagages pour Cancun pliés pour les Spurs.

Pour la première fois depuis deux décennies… les Spurs ne participeront pas aux Playoffs deux saisons de suite. Toutes les bonnes histoires ont une fin mais si vous avez 30 ans et plus, cette information va vous mettre un sacré coup de vieux. Bravo aux Grizzlies mais attention, il va (vraiment) falloir montrer les crocs pour ne pas se faire bouffer lors du Game 3 de ce play-in tournament, parce que ce ne sera pas la même limonade servie en face. Attention à ne pas se faire grizzer par l’événement quoi, et on vous laisse sur cette vanne absolument monstrueuse.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top