Bucks

Les Bucks s’en sortent face aux Wizards : un Russell Westbrook encore possédé mais Bryn Forbes et Pat Connaughton ont sécurisé le sac

Bryn Forbes et Pat Connaughton starsky et hutch

Au calme, en mode Starsky et Hutch les deux compères.

Source image : montage TrashTalk

Il a approximativement fait 54 degrés Celsius à Milwaukee pendant tout une mi-temps, tant aucun écart ne s’est jamais réellement créé au tableau d’affichage et tant la fin de match aurait pu basculer d’un côté ou de l’autre. Ce sont finalement les Bucks qui s’en sont sortis à la maison, en disposant sur le fil des Wizards. Mission top 3 désormais presque assurée pour les Daims.  

La boxscore de l’infructueux 179e triple-double de Russell Westbrook, c’est par ici

Alors comme ça, il y a eu un Vavanico à Orlando ? C’est bien beau tout ça mais il y a également eu un Lopezico à Milwaukee. Un Brook vs Robin organisé pour savoir qui est le vrai Tahiti Bob et dans un premier temps c’est l’homme au bandeau – non pas sur les yeux comme son homonyme acolyte de Batman mais sur la tête en mode pièce montée – qui a fait le plus souffrir son frère. Ah si si, Robin a d’abord bien usé les Bucks en envoyant des gros bras roulés dévastateurs et s’est même permis moult fois de grosses fautes autoritaires en mode not in my house sur Giannis Antetokounmpo. Son équipe des Wizards a longtemps fait la course en tête dans un premier temps, jusqu’à la mi-temps tout du moins, c’est-à-dire le moment choisi par Bradley Beal pour enchaîner spin-move et floater pour égaliser à 71-71. Jusqu’alors, Big Panda avait refilé ses cernes aux Daims en les fatiguant comme on ne sait quoi et en s’amusant même à planter des tirs du logo quand un temps-mort était sifflé. L’action à l’image des Sorciers en première période ? Un rebond de Russell Westbrook pris sur la tête de Giannis (1m91 > 2m11), qui remonte le ballon en se prenant pour Moïse puisque tout le monde s’écarte sur son passage, avant de la glisser à Beal qui ne s’en est pas fait non plus (de bile, faut suivre) puisqu’il est alors parti en lay-up sous le panier en mode circus shot et en prenant un bras en pleine tronche lui offrant un 2+1. Pfiou, respiration. Soit disant en passant, le NBA League Pass s’est pour sa part permis de faire un sondage pour savoir si OUI ou NON, Russell Westbrook était le roi du triple-double, alors que le petit bonhomme était déjà à 10-10 en 16 minutes. L’occasion était donc trop belle de répondre que non, que ça doit être Brice de Nice, en fait.

Mais ce duo ultra-connecté Beal-Westbrook n’a pas non plus mis la tête des Bucks sous l’eau, et c’est d’ailleurs bien le problème parce qu’à Milwaukee les mecs sont quand même spécialistes des coups de piquouzes. Donc même malgré un Giannis muselé, c’est alors… Donte DiVincenzo qui gère les stocks de vaccins pendant que dans le même temps Jeff Teague renforce efficacement les troupes du docteur Mike Budenholzer. Et puis il y a un certain Jrue Holiday qui a commencé petit à petit à sortir l’artillerie cross-de-l-espace-et-va-me-dire-le-type-de-bois-du-parquet-pendant-que-je-te-plante-un-trois-points-stp. Donc ça, plus un Pat Connaughton qui n’hésite pas à se décoiffer pour justement coiffer les Wizards au rebond, c’est du pain béni pour que Milwaukee puisse repasser devant au bon moment, en montrant que rien ne sert de courir, cher Russell, il faut partir à point, c’est-à-dire au milieu du troisième quart. Par la suite, Bryn Forbes vient mettre sur la table comme sujet de philo du bac 2021 « qui a dit qu’il fallait avoir de grosses stats pour faire gagner son équipe ? » en rentrant plusieurs tirs ô combien importants dans le quatrième quart-temps, notamment un gros three qui permettra aux siens de mener 119-111 et un autre à deux minutes du terme pour mener 127-124. Les deux tirs du parking de Pat Connaughton à une minute du gong sécurisent finalement la win des Daims (128-133), qui serreront tout de même les fesses à cause du clutchisme (ça se dit) de Bradley Beal et de la tentative au buzzer de Garrison Mathews, qui ne suffiront malgré tout… pas pour que Washington s’offre le scalp des troisièmes pantouflards de la Conférence Est.

Washington peut remercier Indiana de s’être miraculeusement incliné face aux Kings, puisqu’ils ne s’éloignent pas trop d’eux dans la lutte pour la neuvième place de l’Est. Les hommes de Scott Brooks montrent leur meilleur visage depuis quelques semaines et la victoire de Milwaukee n’est donc pas des plus anodines. En tout cas, un bon match tendu de fin de saison régulière, comme on les aime.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top