Thunder

Les mères de Théo Maledon et Jaylen Hoard ont été coéquipières en Équipe de France : ambiance Retour vers le Futur à OKC

Retour vers le Futur

Tu entends ça Marty ? Deux générations parfaitement alignées en terme de QI basket et qui se retrouvent au même endroit.

Source image : Back to the future/Universal Pictures

Le monde est petit, ce n’est pas celui de la balle orange qui va nous l’apprendre. Mais parfois, de belles histoires le sont plus que d’autres et méritent d’être contées. On était déjà pas trop mal avec celle de nos deux Frenchies Théo Maledon et Jaylen Hoard, tous deux bien installés dans la rotation du Thunder. Mais voici que The Oklahoman révèle que les liens entre les deux compères vont en fait bien plus loin que les deux couleurs bleues qu’ils défendent.

La saison très compliquée du Thunder aura au moins permis une chose : l’éclosion et la permission de s’exprimer dans la Grande Ligue pour deux jeunes joueurs français. Théo Maledon (19 ans), 34è de la Draft 2020, a gagné une place de titulaire au poste de meneur et tourne à 9,7 points, 3,5 rebonds et 3,4 assists de moyenne, pendant que Jaylen Hoard (22 ans) a signé début avril un two-way contract avec la franchise pensionnaire de la Chesapeake Energy Arena et a disputé neuf des dix derniers matchs du Thunder, à 6,6 points, 3,7 rebonds et 18,2 minutes de moyenne. Pas besoin de vous faire un dessin, si Maledon et Hoard décident d’ouvrir une boulangerie à Oklahoma City, les fans du Thunder se feront une joie d’en faire leur nouveau QG.

En parlant de boulangerie, The Oklahoman a balancé non pas une, mais un lot entier d’anecdotes croustillantes au sujet de la paire franco-française. Comment se sont-ils rencontrés ? Jaylen Hoard avait accompagné sa sœur Anaïa, aujourd’hui meneuse sophomore des Demon Deacons de Wake Forest, à un tournoi de jeunes pousses et il y a vu Théo Maledon faire des prouesses sous ses yeux.

« Je me souviens m’être dit : ‘Wow, ce gamin est bon !’ Il était tellement meilleur que tous les autres, c’était juste fou à voir. » – Jaylen Hoard à The Oklahoman

Et comme si être originaire du Havre pour l’un et de Rouen pour l’autre ne suffisait pas, les deux Frenchies se sont retrouvés à l’INSEP malgré leur deux ans d’écart, en 2015, et ont « commencé à former [leur] amitié« , avant que chacun ne parte respectivement faire ses classes à l’ASVEL et Wesleyan Christian Academy puis Wake Forest University. Mais ce n’est pas tout, Sylvie Guéret-Maledon, mère de Théo, et Katia Foucade-Hoard, mère de Jaylen, ont été coéquipières en Équipe de France de jeunes. C’est pas beau ça ? Des années plus tard, les deux fistons reprennent haut et fort le flambeau maternel en recadrant plus que jamais l’Oklahoma en Hexagone. Car avec les deux amis d’enfance et le Montréalais Luguentz Dort dans le vestiaire du Tonnerre, le français est devenu la deuxième langue officielle des hommes de Mark Daigneault.

« Avoir un Français ici, quelqu’un qui parle votre langue maternelle, ça fait toujours du bien. » – Théo Maledon

« Pour le fun et pour s’amuser, Moses [Brown] et même Shai [Gilgeous-Alexander] sont toujours après nous [quand on parle français]. » – Jaylen Hoard

Dans la famille Maledon, je demande la mère et le fils. Dans la famille Hoard, je demande la mère et le fils. Comment ça, ça ne forme pas une famille ? Bien sûr que si, et c’est celle du panier-ballon.

Source texte : The Oklahoman

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top