Hawks

Clint Capela pose 25 points et 24 rebonds sur les Pacers : le bastion suisse fait un tabac, l’Élan Chalon appréciera

Clint Capela

From Place de Beaune to one of the best pivot in NBA.

source image : NBA League Pass

Quitter le championnat français – que l’on ne nommera pas car il change tous les douze jours de naming – pour dominer les parquets de NBA : ce destin fut celui de Rudy Gobert, aurait dû être celui de Melvyn Govindy, et est celui de Clint Capela. Actuellement dans une forme olympique, l’intérieur des Hawks enchaîne les performances impressionnantes. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

L’heure est la même que pour Knicks – Pelicans, c’est à dire tout à fait adaptée à l’Hexagone. D’un côté, des Hawks qui restent sur 7 victoires en 9 matchs, dues à un rodage collectif enfin terminé. Sous l’impulsion de leur nouvel entraîneur – Nate McMillan – les Tony Snell, Kevin Huerter, Bogdan Bogdanovic, Trae Young, John Collins et autre Clint Capela, jouent extrêmement bien ensemble. Chaque joueur est missionné, et rares sont les talents qui ne se révèlent pas. En face, les Pacers débarquent en Géorgie avec la ferme intention de se rapprocher du Top 8. Ceux que l’on appelle désormais les plombiers du money time regrettent cette triste neuvième place, en décalage total avec un effectif pourtant bien garni. Ce constat va d’ailleurs animer la première mi-temps dans laquelle les Hawks dominent aisément leurs adversaires du soir. Bien qu’il arrive que l’écart redescende à quelques unités, les Faucons ont la main mise sur la rencontre. Cette première victoire passe notamment par une bonne baston dans la peinture : Clint Capela fait honneur aux raquettes suisses – Roger Federer & Stan Wawrinka – et désosse Myles Turner. L’ancien de l’Élan Chalon allie disponibilité offensive et implication défensive, rendant la vie dure à son homologue ricain. Puis – sans pression – Bogdan Bogdanovic et Kevin Huerter renvoient tout ce beau monde aux vestiaires, après quelques prouesses depuis les sept mètres (Atlanta Hawks 66 – 57 Indiana Pacers).

La seconde période se veut pleine d’espoir pour les joueurs de l’Indiana : Malcolm Brogdon est en mission, T.J. McConnell excelle en sortie de banc, et un discret Domantas Sabonis facilite le jeu des siens. Dans les dernières minutes du match, les Pacers vont même revenir à égalité avec les Hawks, forçant une poussée d’adrénaline du futur vainqueur. Mais quand Trae Young est contrarié, il devient très compliqué de lui faire face. Prenez les gros tirs du meneur, ajoutez-y un Clint Capela impeccable jusqu’au bout, et n’oubliez pas le grand attaquant qu’est Domantas Sabonis, nous y sommes : Hawks win. Tant qu’on y est, réglons ce problème des statistiques un peu inutiles : Clint Capela pose 25 points, 24 rebonds, 3 contres, 2 interceptions, et devient le premier joueur depuis Dikembe Mutombo (2001) à lâcher plusieurs matchs en une saison avec minimum 20 points, 20 rebonds et 3 contres. Mention spéciale pour la maladresse de Trae Young, correctement palliée par une présence rythmée dans le jeu des siens, et transformée en adresse dans les moments clés du match. Dans l’ombre de cette victoire, le binôme de snipers Kevin Huerter – Bogdan Bogdanovic qui compile 10/18 du parking. Ces performances permettent aux Hawks de s’emparer de la quatrième place de la Conférence Est, juste devant les Celtics de notre ami Vavane Fournier.

Qu’on aime ces performances de big men, ponctuées par des statistiques dans la vingtaine. Rien que d’y penser, quel bonheur pour ceux qui se réveilleront demain et ouvriront l’appli NBA pour consulter les stats du match : 25-24, c’est magnifique purée. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top