Thunder

L’avenir du Thunder s’écrit en lettres d’or : Shai Gilgeous-Alexander tamponne Memphis, et Aleksej Pokusevski met le couvercle

Aleksej Pokusevski

« Fan est fe qu’on foue à fortnite ? »

source : NBA League Pass

Alors que l’on se demandait si son passage en G League lui avait été bénéfique, il semblerait que nous ayons d’ores et déjà une première réponse. Ce dimanche soir, Aleksej Pokusevski a profité de l’horaire européenne pour lâcher sa meilleure performance de la saison. De jolies promesses tombées dans l’encrier, lequel signe – ce soir – l’acte de naissance du Serbe en NBA.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

À première vue, c’est un match de dimanche soir comme un autre. Le Thunder est douzième de la Conférence Ouest mais profite de son jeune effectif pour jouer un basket-ball classieux et harmonieux. Si les hommes de Mark Daigneault peinent à espérer un éventuel play-in tournament, leur position ne va pas sans coller avec les ambitions de la franchise : ajouter un pick élevé au trésor de Sam Presti puis s’envoler tutoyer les hauteurs du classement dans les saisons à venir. En face, les Grizzlies occupent la dixième place et semblent se diriger vers une deuxième partie d’exercice tambour battant. Chaque victoire compte pour Jonas Valanciunas et ses coéquipiers qui – au sein d’une Conférence Ouest déchainée – tiennent le bon bout avec ce bilan positif de dix-sept succès pour autant de revers. Le trio arbitral déclare ouverte cette première joute nocturne, et Aleksej Pokusevski coupe le ruban rouge à 3-points. Le début de rencontre est équilibré et pour éviter les grossièretés, nous nous limiterons au qualificatif de fastidieux. En dessous, Taylor Jenkins sort l’échiquier et déplace son golgoth lituanien sur un Moses Brown paniqué. Le sophomore souffre des coups d’épaules de Valanciunas et constate l’apparition d’un cratère au milieu de son torse. La rotation du Thunder est limitée mais Ty Jerome et Shai Gilgeous-Alexander s’appliquent à la création, de surcroît Aleksej Pokusevski commence lui aussi à remonter des ballons. Le Serbe transmet ses bons souvenirs à l’Olympiakos, club qui – en deuxième division grecque – lui laissait le monopole du cuir. En sortie de banc, Kenrich Williams apporte toute son énergie et permet aux siens de résister à l’adresse des Grizzlies. Il n’est clairement pas l’ailier qui s’envolera coller une prune au chrono des vingt-quatre, mais son rôle d’energizer épouserait parfaitement les ambitions d’une équipe en quête de bague. À Memphis, on ouvre la première foire aux floaters et l’agressivité collective des oursons leur offre un léger avantage à l’entracte (Thunder 55 – 62 Grizzlies).

Premier constat au retour des vestiaires, Dillon Brooks n’a pas refroidi et place un joli 2+1 sur une défense du Thunder plus que douteuse. La réponse est cinglante et vient d’Aleksej Pokusevski : le grand môme bombarde du parking et enfile deux tirs primés, portant son scoring personnel à 18 points. Dans les dernières minutes, Shai Gilgeous-Alexander s’occupe de placer une échappée belle sur des Grizzlies asphyxiés et en carence d’adresse. Petit Poku vient même poser un cinquième tir à 3-points et confirmer son premier double-double en NBA (hors pré-saison). Le rookie de l’Oklahoma termine avec 23 galettes, 10 rebonds, 4 assists, 1 contre et 1 interception à 54% au tir dont 63% de la buvette (5/8). Une jolie soirée pour l’enfant des Balkans qui bat ses records de points, passes et rebonds sur une rencontre. À 19 piges, Aleksej Pokusevski devient le deuxième plus jeune joueur de l’histoire du Thunder à inscrire 20 pions sur une soirée (derrière Kevin Durant). Par ailleurs, il est le seul à avoir réussi un double-double si tôt. Suite à son passage en G League, il était primordial de revenir sur cette performance ô combien prometteuse pour un freak dont l’éclosion était annoncée comme tardive (notre dossier sur le joueur, juste ICI). Cependant, la bouille du match n’est autre que Shai Gilgeous-Alexander, auteur de 30 points, 4 rebonds et 5 assists à 47% au tir dont 67% du parking. Le meneur de 22 ans lâche une prestation de All-Star et continue d’impressionner, notamment de par sa facilité à faire vaciller son vis-à-vis. Allez, on vous laisse profiter des highlights de Pokusevski, ainsi que de ses paroles d’après-match, juste ici.

Patience est la daronne de toutes les vertus et Sam Presti le sait bien. Pour Shai Gilgeous-Alexander, les prestations de haut-niveau sont désormais habituelles. Pour petit Poku, c’est encore à confirmer. Ceci étant, les joyaux du business man sont au chaud et les fans du Thunder peuvent se projeter, sans craindre un futur blanc. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top