Pistons

Woj Bomb (une petite pour commencer) : Hamidou Diallo part à Detroit, le Thunder récupère Svi Mykhailiuk et un 981ème tour de draft

check 13 mars 2021

Echange de bons procédés entre deux des laboratoires les plus actifs de la NBA depuis quelques mois.

Source image : YouTube

Celle-là on ne l’avait pas vue venir, peut-être parce que les carrières de Svi Mykhailiuk et d’Hamidou Diallo ne sont pas « forcément » notre raison de vivre au quotidien. A douze jours de la trade deadline les hostilités ont en tout cas été lancées par les Pistons et le Thunder, deux des franchises déjà très en vue lors du marché de l’hiver. C’est que ça grandit vite ces gamins, tous les deux mois faut leur racheter des fringues.

Trois mois après les premières briques de la reconstruction, Pistons et Thunder repartent donc de plus belle au pays des trades. En effet, à l’orée de la saison en cours la franchise du Michigan avait choisi de remettre son avenir entre les mains d’un jeune leader (Jerami Grant) et de tout un tas de gamins à potentiel (Killian Hayes, Saddiq Bey, Isaiah Stewart, Saben Lee), entourés qu’ils seront par des soldats solides de type Mason Plumlee. Quelques semaines plus tard les anciens Blake Griffin et Derrick Rose étaient remerciés pour leurs loyaux services, Josh Jackson avait étonné et Dennis Smith Jr. avait rejoint le bateau, et voilà donc qu’on remet une couche à la mutation avec l’arrivée… d’Hamidou Diallo, jeune freak plein de talent en provenance du Thunder.

OKC ? Autre conférence mais same job. Départ des « anciens à l’intersaison » (Chris Paul, Steven Adams, Danilo Gallinari, Dennis Schroder, Nerlens Noel), arrivées des directeurs de colo Al Horford et George Hill mais, surtout, feu vert pour un Shai Gilgeous-Alexander catapulté seul maître à bord, avec Luguentz Dort en chien de garde et en compagnie d’une tripotée de gamins à former (Theo Maledon, Darius Bazley, Aleksej Pokusevski, Isaiah Roby, Moses Brown…), le tout en récupérant environ 40 000 tours de draft grâce à un Sam Presti génial à la baguette. Puis, donc, ce coup de tonnerre (non) cette nuit, qui marque officiellement le début de la période des transferts printaniers, qui s’étalera on le rappelle jusqu’au 25 mars prochain :

Echange de bons procédés donc, entre une équipe de Detroit qui cherche sans cesse à densifier son école de futurs champions (du Michigan) et un Thunder qui manquait un peu de shooting. Hamidou Diallo pose cette saison ses meilleures stats en carrière à l’occasion de sa troisième saison chez les pros mais si son début de saison en sortie de banc fut assez fou, l’émergence de Luguentz Dort en tant que patron et le fait qu’à OKC avoir bientôt 23 ans fait de vous un vieux ont donc été deux gouttes de trop dans la bouteille d’Hamidou Thunder. Celui qui s’est fait connaitre en remportant le Slam Dunk Contest 2019 aura en tout cas une belle carte à jouer sur le poste 2 de Dwane Casey et sera en concurrence avec le revenant Josh Jackson, si l’on prend en compte le fait que Rodney McGruder ou Wayne Ellington sont bien gentils mais sont davantage des soldats de passage. Pour la suite ajoutons d’ailleurs que Diallo sera restricted free agent cet été et qu’il est fort probable que Troy Weaver et sa clique voit en lui une pièce importante dans le futur puzzle de la franchise.

Pour le Thunder ? On continue le chantier, on remercie un jeune qui ne l’est déjà plus tant que ça, et on accueille donc le sniper ukrainien Svi Mykhailiuk, qui viendra profiter dans l’Oklahoma des espaces crées par Smoothie Shai Gilgeous-Alexander. Elément important du roster de Casey la saison passée, Sviatoslav avait cette saison vu quelques gamins lui passer devant dans la rotation et, même s’il demeure une vraie menace derrière l’arc (75% de ses tirs pris du parking), l’horizon s’était quelque peu bouché et il pourra donc remettre le bleu de travail et retrouver le chemin des ficelles à OKC pour ce qui sera, déjà, sa troisième escale en trois ans de carrière NBA. 37% à 3-points en carrière avec une grosse densité de tirs, l’ajout ne fera pas de mal à un Thunder qui n’en finit en tout cas plus d’étonner, et qui récupère donc un énième tour de draft dans l’affaire (second TDD 2027), un tour de draft qui s’ajoute à la collection et qui servira peut-être dans quelques saisons quand la franchise d’Oklahoma souhaitera rassembler en son sein les trois meilleurs joueurs de la Ligue soyons fou.

Un trade win win en substance, pour deux laboratoires qui évoluent plus vite qu’un Pokemon bien dressé. Messieurs mesdames le grand show du mois de mars est lancé et on ne parle pas de NCAA mais bien de la trade machine qui va gentiment se mettre en marche, avec Andre Drummond, LaMarcus Aldidge ou P.J. Tucker en tête d’affiche.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top