Nuggets

Les Nuggets se font peur mais l’emportent face aux Bulls : Nikola Jokic ? 39/14/9, boarf, même pas capable de faire un triple-double

Nikola Jokic 24 janvier 2021

Fainéant va.

Source image : YouTube

Il y a plusieurs choses irréfutables dans la vie : la terre tourne autour du soleil, le lundi est le meilleur jour de la semaine et Nikola Jokic est trop fort. Ainsi, le Serbe a encore frappé en dominant la raquette des Bulls de la tête au pied, notamment en fin de match où il a fait gagner à quasi lui tout seul la rencontre à son équipe. Un petit 39 points, 14 rebonds et 9 passes décisives tellement fréquent que ce grand fou arrive à banaliser ce genre de perf pourtant incroyable. 

Orphelins de Gary Harris, JaMychal Green, Facundo Campazzo, R. J. Hampton, Paul Millsap, Carmelo Anthony et Dikembe Mutombo, les Nuggets se déplaçaient à Chicago avec un banc très amoindri, et cela s’est ressenti pendant toute la rencontre face à des Bulls encore une fois très solides. Le banc de Chicago finira par exemple avec 39 points, contre seulement 17 du côté de Denver, et la seconde unit de Mike Malone aura donc souffert obligeant le cinq départ dont un certain Nikola Jokic à se dépasser encore plus qu’à l’accoutumée. Et déjà que le Joker est plutôt solide, alors imaginez le avec encore plus de responsabilités sur ses épaules. Vous l’avez c’est bon ? Maintenant, voyons voir ce que ça donne dans la réalité : 39 points, 14 rebonds, 9 passes décisives, 2 interceptions à 17/28 au tir, 5/5 des lancers, et 17 points dans le dernier quart-temps, voili  et voiloù, Niko devenant par ailleurs le premier Nugget depuis Carmelo Anthony en 2011 à scorer 35 points ou plus sans rentrer un tir à 3-points. Cette nuit le Joker a ressorti le mode Thanos en déboitant un pauvre Wendell Carter Jr., entre autres, possession par possession, et son dernier quart-temps fut d’une efficacité et d’une domination dignes des légendes de ce sport. Le pivot de Denver finira la période avec 17 points à 7/9 au tir et, cerise sur le gâteau, il nous gratifiera à deux minutes de la fin et alors que le score était à égalité d’un… poster sur le rookie Patrick Williams, avec la faute s’il vous plait. Oui, oui vous avez bien lu, Jokic a lâché un poster de la gagne puis une minute plus tard et alors que les Bulls étaient revenus à deux points il nous a ensuite offert un skyhook version Serbie. Move quasi indéfendable qui a permis aux Nuggets de repasser à +4 et d’aborder les dernières secondes tranquillement, Will Barton puis Jamal Murray terminant le boulot sur la ligne et Denver repartant donc du United Center avec la win. En parlant de Murray, le Canadien a lui aussi été clutch, pour changer… Auteur de 24 points dont 8 dans le dernier quart, c’est lui qui rentre le shoot qui permet à son équipe de se détacher en fin de match, un gros tir du parking en transition pour prendre une avance de quatre points à 1m30 de la fin histoire de se rattraper de la débâcle de jeudi soir. Une victoire acquise en fin de match donc et après s’être fait très peur, car Denver avait gâché une avance de plus de dix points dans le troisième quart, face à des Bulls très accrocheurs et qui n’abandonnent décidément rien.

Derrière de plus de 10 puntos dans le troisième quart, Chicago avait ainsi entamé un run monstre de 26-9 pour revenir sur Denver puis passer devant en début de quatrième quart. Ils prendront même jusqu’à six points d’avance avant de voir le duo Jokic/Murray prendre les choses en mains comme ils savent si bien le faire. Les hommes de Billy Donovan étaient proches de réaliser le braquage parfait mais il leur a manqué ce shoot qui fait la différence quand les Nuggets revenaient dangereusement, un play que LaVine a échoué à faire puisqu’il a manqué l’intégralité de ses quatre tentatives de loin dans le dernier quart. Avec un vilain marcher à 45 secondes de la fin alors que les Bulls, à -4, avaient absolument besoin d’un panier pour rester dans le match. Zach a donc globalement  chié son money time, ça arrive, mais l’arrière All-Star finit tout de même à 23 points, devenant de ce fait le deuxième Bulls de l’histoire à marquer plus de points lors de 20 rencontres d’affilées rejoignant, suspense… qui vous savez, et on sait que vous n’avez pas hésité avec Carlos Boozer. Une deuxième défaite de suite pour les Bulls qui s’éloignent un chouia de la huitième place et qui auront l’occasion de s’en rapprocher de nouveau avec un déplacement chez les Pelicans mercredi, une rencontre gagnable et surtout à gagner pour rester au contact.

Nikola Jokic continue de jouer comme un MVP et cela suffit aux Nuggets pour remporter des matchs face aux équipes de milieu de tableau. Néanmoins, ce n’est pas une prestation encourageante que nous a proposé la franchise du Colorado, qui continue d’afficher de vraies faiblesses en défense et ce malgré les absences.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top