Wizards

Bradley Beal écarte les Bulls de son chemin : 35 points et un duel remporté face à Zach LaVine, le sorcier repart avec la banane

Bradley Beal

Like a boss.

source : NBA League Pass

Il est de ces moments, dans une vie, où tout indique qu’il faut se rendre au pieu : Washington Wizards – Chicago Bulls, rien qu’en lisant l’affiche ? Certains se sont donc assez logiquement autorisés une petite sieste. Cependant, bien mal en a pris à ceux qui ont jugé la rencontre à sa couverture. Eh oui, un joli duel LaVine – Bradley Beal s’est invité à la fête et spoiler, l’un des deux a gagné. 

Joyeux anniversaire Rui Hachimura ! Le sensei préféré de ton sensei préféré fêtait cette nuit ses 23 ans, et quoi de mieux pour souffler sa vingt-troisième bougie que d’affronter les Bulls de Cristiano Felicio ? Un tas de choses, on vous l’accorde. Néanmoins, l’opportunité de se refaire était trop jolie pour la manquer : des taureaux diminués par les blessures de Lauri Markkanen, Wendell Carter Jr. et Otto Porter Jr, et largement à la portée de Bradley Beal et ses potes. Les Wizards, de leur côté, restent sur deux revers consécutifs et siègent à la quatorzième place de la Conférence Est. Comme un symbole, Zach LaVine et Bradley Beal inscrivent les quatre premiers points de la rencontre, avant de chacun léguer leurs responsabilités aux autres joueurs. L’axe Rui Hachimura-Alex Len est kiffant à regarder jouer, et les deux bonshommes se complètent plutôt bien dans la peinture. En face, c’est Thaddeus Young qui fait le boulot de douze personnes en épaulant son leader, dégoûté par l’adresse inconstante des siens. Ainsi, les deux formations se rendent coup pour coup dans une rencontre jusque-là moyennement agréable à zieuter. La mi-temps arrive et Washington prend le lead quand à quelques minutes d’un retour aux vestiaires, Davis Bertans commence à enquiller les perles. Les Bulls peinent à exister en dehors de la peinture et devront soigner leur adresse s’ils veulent espérer l’emporter (Wizards 58-48 Bulls).

Eh oui, faut bien le rentabiliser ce Bertans. Bon, les joutes reprennent et l’intensité du duel LaVine – Beal monte en flèche : les guards sont maladroits mais peu importe, ils pénètrent comme des bœufs vers le cercle. Cependant, les deux zouaves représentent la bouteille d’eau dans le désert étant donné qu’autour, aucun joueur ne sort réellement du lot : Davis Bertans ne fait pas grand chose, Deni Avdija louche, Coby White aussi. Ah si, Rui Hachimura fait son match et s’approche tranquillement du double-double. M’enfin, les choses sérieuses commencent quand à une minute du terme, Washington mène de trois points. Zach LaVine décide de prendre l’affaire à son compte et envoie une première brique à mi-distance, dommage. Heureusement, Coby White est présent et après un joli floater tout en toucher, Chicago revient à deux points. Puis, arriva ce qui arriva. Il reste dix secondes : LaVine, encore lui, drive pour égaliser et… foire complètement sa finition ! On dirait qu’il vient de prendre un coup de jus en l’air, ou quelque chose de la sorte. Eh oui, le lay-up semblait pourtant ouvert mais le choke de tonton Zach offre donc la victoire aux Wizards. Bradley Beal termine la rencontre avec 35 points, 5 rebonds, 7 assists, 1 interception et 1 contre à 42% au tir dont 20% à 3-points. Les pourcentages sont un peu cracra mais l’arrière envoie son quatorzième match à plus de 30 pions cette saison. Zach LaVine quant à lui, repart avec ses 35 points, 2 rebonds et 6 assists à 46% au tir dont 37% du parking… en lot de consolation.

C’est ainsi que cela devait se passer : Bradley Beal sort vainqueur de son duel face à Zach LaVine et accentue un peu plus sa domination individuelle. Alors oui, il n’y a pas que les statistiques dans la vie, mais un quatorzième match à trente pions… reste un quatorzième match à trente pions. 

wizards - bulls

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top