Knicks

Derrick Rose de retour chez les Knicks : on espère une deuxième pige plus aboutie que la première

Notre écorché vif préféré fait son retour à New York, de quoi kiffer un peu ces prochaines semaines !

Source image : YouTube

C’est l’information des dernières heures : Derrick Rose est à nouveau un joueur des Knicks. Après un premier passage lors de la saison 2016-17 qu’on a du mal à classer comme positif, on a hâte de voir ce que peut nous donner le zozo. Les retrouvailles avec Tom Thibodeau permettent d’espérer du mieux.

Derrick Rose, les Knicks et Tom Thibodeau. Voilà donc les trois éléments à nouveau réunis depuis hier soir. Si le meneur avait rapidement joué pour la franchise new-yorkaise en 2016-17 et que cette collaboration ne laisse pas franchement de souvenirs intarissables, le fait qu’il retrouve le coach le plus important de sa carrière peut lui laisser entrevoir de bien belles choses. Néanmoins, avant de se projeter sur la suite, on s’est dit qu’il pouvait être bon de faire un petit bilan de l’année passée à Big Apple par D-Rose. Attention au coup de vieux pour pas mal d’entre nous ! Arrivé à New York à la veille de la Draft 2016 après plusieurs mois de galère avec les Bulls, le slasheur était escorté d’une belle cote tout de même nuancée par ses déboires physiques. Déjà beaucoup moins tranchant qu’à ses débuts à ce moment-là, le numéro un de la Draft 2008 devait apporter la stabilité et l’expérience nécessaire à la mène de Knicks bien claqués. Cette fois-ci, Rose fait son retour chez des Knicks encore loin d’être au top mais malgré tout en large progression depuis l’arrivée de Thibodeau. Échangé contre le pauvre Dennis Smith Jr. (la bise) et un second tour de Draft, celui qui est désormais un vétéran devrait apporter dans un rôle bien différent et peut-être en sortie de banc comme il le faisait à Detroit. Les deux situations sont donc bien différentes, le joueur n’étant pas du tout au même moment de sa carrière qu’en 2016 et sans doute beaucoup plus en paix avec lui-même. Reste à voir comment l’affaire se goupillera.

Lors de cette saison 2016-17 loin d’être inoubliable, D-Rose et ses coéquipiers auront bien souvent erré comme des âmes en peine sur les parquets de la NBA. Cet exercice, conclu en douzième position de la Conférence Est (avec un bilan de 31 victoires et 51 défaites) par les Knicks de Jeff Hornacek, ne nous rappelle pas grand-chose en dehors du fait d’avoir pu profiter de cracks tels que Ron Baker, Mindaugas Kuzminskas ou encore Sasha Vujacic et Maurice N’Dour. Il faut dire que l’effectif avait une sacrée tronche de poubelle, et qu’en dehors de Carmelo Anthony et Kristaps Porzingis, les soutiens n’étaient vraiment pas au niveau. Dans cette bouille collective, le plus jeune MVP de l’histoire de la NBA avait tout de même proposé quelques belles perfs lors des 64 matchs autorisés par son corps, avec des moyennes tout à fait correctes de 18 points à 47,1% au tir, 3,8 rebonds et 4,4 passes. Bon OK, on vous vend quand même un peu le truc comme un démarcheur téléphonique un peu trop insistant. Avouons-le, il n’est pas simple de relever des matchs très aboutis du natif de Chicago. On peut toutefois citer deux pointes à 30 points face au Thunder en novembre 2016 (dans une défaite, pas très glamour) et aux Celtics en janvier 2017. Aussi étrange et paradoxal que cela puisse paraître, le match le plus propre de notre gaillard reste peut-être sa toute dernière sortie. Le 27 mars 2017, un soir de succès (109 à 95) face aux… Pistons, le bon D-Rose était en mode old school avec 27 points à 12/17 au tir (le tout sans tir à 3-points), 4 rebonds et 6 passes. Par la suite, le meneur alors âgé de 28 ans sera obligé de tirer une croix sur la fin de saison à la suite d’une énième blessure. La déchirure subie au ménisque du genou gauche l’éloignera des parquets pour deux mois et ne lui permettra donc pas de dire au revoir aux fans des Knicks sur le parquet. Heureusement pour lui, Rose se voit aujourd’hui offrir une seconde chance de faire de belles choses au Madison Square Garden.

Connaissant Tom Thibodeau, vraiment très très (trop ?) attaché à ses anciens joueurs de l’époque Bulls (Joakim Noah, Taj Gibson, Jimmy Butler, Luol Deng notamment et donc Rose), il n’est pas si surprenant que cela de voir D-Rose le rejoindre à New York. Espérons que la deuxième jeunesse du garçon puisse se poursuivre, et pourquoi pas avec un retour en Playoffs des Knicks. Soyons fous !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top