Mavericks

Pour la première fois en 425 jours, les Mavericks sont au complet : l’infirmerie est vide mais la colonne de défaites continue de se remplir

luka doncic 31.08.20

Au complet oui, mais une sixième défaite de suite contre Phoenix.

Source image : NBA League Pass

Opposés aux Suns la nuit dernière, les Mavericks ont pu compter sur l’ensemble de leur effectif, ce qui n’était pas arrivé depuis… décembre 2019. De quoi retrouver le goût de la victoire ? Pas si vite, car les hommes de Rick Carlisle sont encore tombés lundi. 

425 jours. Pour la première fois en 425 jours, les Mavs ont joué un match de panier-ballon sans avoir le moindre joueur sur l’injury report. La stat a été balancée par le compte Twitter @MavsPR et relayée par Marc Stein du New York Times. Maxi Kleber a effectivement fait son retour face aux Suns lundi après avoir raté une bonne dizaine de rencontres à cause du protocole COVID (il a été testé positif), lui qui fut le dernier à en sortir. Pour rappel, Jalen Brunson, Dorian Finney-Smith, Josh Richardson et Dwight Powell étaient également concernés mais rejouent depuis au moins quatre matchs. En gros, on n’attendait plus que Maxi pour faire péter le champagne. Malheureusement pour Dallas, si une série s’est arrêtée, une autre est toujours en cours actuellement, les Mavs étant incapables d’arrêter l’hémorragie avec une nouvelle défaite contre Phoenix, qui avait déjà battu Luka Doncic et ses copains il y a quelques jours. On en est désormais à six de suite, ça commence à vraiment faire beaucoup pour une équipe texane ambitieuse mais en difficulté. Le bilan global depuis le début de la saison est de huit victoires pour treize défaites, synonyme d’une pauvre treizième place dans la Conférence Ouest. Pas vraiment le scénario imaginé par les Mavericks avant le début de la saison, eux qui restaient sur une campagne 2019-20 séduisante avec une qualification en Playoffs en prime et une série accrochée au premier tour face aux Clippers dans la bulle.

Y’avait donc de quoi espérer franchir un cap supplémentaire cette saison mais entre un Luka Doncic pas au top de sa forme en début de saison, un Kristaps Porzingis initialement absent (forfait les neuf premiers matchs de la saison, onze matchs manqués en tout) suite à son opération au genou en octobre, et les absences liées au COVID (41 matchs ratés au total pour Finney-Smith, Richardson, Brunson, Powell et Kleber entre le 9 et le 30 janvier), Dallas a raté son départ et s’enfonce. Historiquement forte la saison dernière grâce notamment au nouveau coach des Rockets Stephen Silas (attaque la plus efficace all-time quand même), l’attaque texane est aujourd’hui 21e à l’efficacité offensive (109 points pour 100 possessions), 23e à la moyenne de points marqués (108,7) et… dernière à l’adresse à 3-points (32,8%). Seth Curry, s’il te plaît reviens ! Quand votre défense est assez moyenne et globalement au même niveau que l’année dernière mais que votre attaque n’est pas du tout au rendez-vous, forcément vous perdez plus de matchs, pas besoin d’avoir fait maths sup pour comprendre cela. Si tout n’est évidemment pas perdu et qu’il reste une bonne cinquantaine de rencontres à jouer, il ne faudrait pas trop traîner pour remettre la machine en route car on sait que le Wild Wild West est rempli d’équipes voulant se faire une place en Playoffs. Maintenant que l’infirmerie est complètement vide, peut-être que la bande à Luka Doncic va pouvoir se relancer et enfin trouver le bon rythme. C’est tout ce qu’on souhaite aux Mavs, qui vont se déplacer à Atlanta mercredi avant d’enchaîner sept matchs consécutifs à la maison. Il ne faudra pas se rater.

Les Mavericks sont dans le dur, les Mavericks ont besoin de victoires, et les Mavericks ont surtout besoin de tout le monde pour lancer la machine après une première vingtaine de matchs compliquée. Ça tombe bien, l’effectif est désormais au complet, maintenant faut que chacun trouve bien son rythme afin que le collectif texan retrouve de sa superbe. Car Dallas vaut bien mieux qu’une équipe de fond de classement. 

Source texte : @MavsPR, New York Times

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top