Suns

Chris Paul est un prospect à surveiller : 34/9/9 à 14/20 au tir et le caviar pour le game winner de Devin Booker, c’est beau la jeunesse

35 ans et toujours le meneur préféré de ton meneur préféré, Chris Paul a fait la totale à Dallas. Présent dans tous les compartiments du jeu, le Point God a tout d’abord mené son équipe vers un come-back de 11 points, puis s’en est allé distribuer une passe décisive plus que décisive. Sixième défaite de suite pour Dallas donc, qui traverse décidément une sale période. 

Il est important pour un futur Hall of Famer vieillissant de rappeler pourquoi il est un futur Hall of Famer vieillissant. Ce mardi, Chris Paul a déchiqueté de toute sa maîtrise des Mavericks en manque d’expérience. Le Point God termine les (d)ébats avec 34 points (season-high), 9 passes et 9 rebonds à 70% au tir, de quoi mettre un point d’exclamation sur l’excellente période que traverse le meneur depuis cinq rencontres : 26 points, 6 rebonds et 9 passes de moyenne à 53% au tir dont 39% de loin et 96% des lancers-francs… il fait mauvais affronter Chris Paul depuis dix jours. Alors, qui a dit que l’ancien des Clippers était plus proche de la maison de retraite que du All-Star Game ? Oui, CP3 a gardé son équipe à flot pendant toute la première mi-temps et malgré ça, Dallas prend onze points d’avance dans le troisième quart-temps. Le trio Johnson-Crowder-Bridges est en galère au shoot (8/29) et Devin Booker – en retour de convalescence – est contraint à un temps de jeu diminué. Peu importe, un passage solide de la second unit permet à Phoenix de revenir dans le match. En bon leader, Chris Paul continue de martyriser des Mavs qui ont laissé passer leur chance, de par leur manque d’expérience et de rigueur notamment.

À l’aube du money time, Kristaps Porzingis sort de sa boite et fait à nouveau planer le doute sur Monty Williams et ses hommes. Vainement, puisque c’est Chris Paul et Devin Booker qui vont se charger de coucher les mômes. Monsieur Jenner inscrit d’abord un tir de loin puis Chris Paul rentre un mid-range importantissime. À 55 secondes du terme, c’est Josh Richardson qui met alors ses lancers, et Dallas mène de deux points. S’ensuivent plusieurs échecs des deux côtés, dont un gros raté de Chris Paul sur un lay-up pourtant complètement ouvert. Mais à l’instant T on s’en fout complètement, puisqu’à dix secondes de la fin Chris Paul organise le braquage de la soirée. Montée de balle, fenêtre de tir, un Maxi Kleber DPOY qui suit bien, puis une passe de génie pour Booker qui s’était démarqué de Richardson… BANG ! Une ficelle du parking et un point d’avance à 1,5 seconde du buzzer pour Phoenix. Le step-back de Luka Doncic ricoche sur l’arceau, les Mavs ne reviendront pas. Les Suns empochent une grosse victoire et malgré une performance loin d’être parfaite, Phoenix a pu se reposer sur un Chris Paul taille patron. Au passage, Devin Booker transmet son bon souvenir à la bulle et les Suns décrochent un troisième succès consécutif. Pour Dallas, la frustration est énorme : sixième défaite de suite pour les hommes de Rick Carlisle, incapables de gagner sans un Doncic en 50-18-15. On a vu le meneur slovène extrêmement frustré en fin de match et même complètement enragé après avoir manqué son dernier tir, et avec cette défaite Dallas est désormais treizième de l’Ouest à trois victoires du Top 8. 

Chris Paul et Devin Booker ont encore montré pourquoi ils sont les rois du money time. Pas forcément dans leur meilleur jour, les Suns sont quand même allés chercher la victoire sous l’impulsion d’un Chris Paul en mode daron. Dallas perd, encore, et se rapproche petit à petit d’une crise bien différente de leurs objectifs initiaux.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top