Notes de match

Les notes de Pacers – Raptors : on trouve beaucoup de choses dans les poches d’OG Anunoby, notamment Domantas Sabonis

OG Anunoby

Un match de tron-pa de la part du real OG.

Source image : NBA League Pass

Pour la seconde saison consécutive, la team notes de TrashTalk continuera de régaler vos week-ends en proposant ses saillies verbales et punchlines acérées. Les games qui sont visibles à des horaires adaptés pour les personnes n’ayant pas un rythme de sommeil de drogués seront passés au crible par nos claviers, pour se marrer en bande organisée, parce qu’en bande organisée, personne peut nous canaliser. C’est donc dès maintenant que nous allons déposer nos cerveaux sur le sol pour faire un débriefing de ce match ensemble, vous êtes avec nous ? Parfait.

Un match avec des absents de marque de chaque côté : Pascal Siakam, Kyle Lowry, Vince Carter, Kawhi Leonard et Morris Peterson côté Raptors, Caris LeVert, TJ Warren, Victor Oladipo, Domantas Sabonis et Malcolm Brogdon pour les Pacers. Bon en vrai, les deux derniers ont bien joué pour Indiana, mais ils étaient en mode Among Us, ou Team Rocket, c’est selon, tellement ils ont causé du tort à leur propre équipe « Afin de préserver le monde de la dévastation… » bref vous connaissez la chanson. Ce match a tout de même tenu toutes ses promesses et on a eu une vraie opposition avec OG Anunoby et Myles Turner qui sont sortis de leur boîte pour nous offrir du suspense. Assez bavardé, passons aux notes les amis.

Indiana Pacers

Myles Turner (7) : il est celui qui a tenté de sauver les meubles du côté des Pacers. Turner a distribué son baril de contres au cours de ce match et a scoré les points que Brogdon et Sabonis n’ont pas voulu scorer.

Domantas Sabonis (2,5) : quand on a vu la coupe digne des Visiteurs 2 du lituanien, à la rédaction, on a décidé de jouer à un jeu. A chaque bonne décision de Domantas Sabonis, on devait tous prendre un shot. Bah on a tous fini avec un taux d’alcoolémie négatif. Prends ça, l’effet apéro.

Doug McDermott (5,5) : il n’a fait que ce qu’on lui a demandé, c’est à dire de mettre ses tirs. Oui, Doug McDermott est un labrador.

Justin Holiday (5,5) : une belle polyvalence malgré un pourcentage aux tirs incertain. Bonus pour ce petit pont infligé à OG Anunoby sur une interception. L’histoire ne dit pas s’il s’en vante malgré la défaite, comme les croqueurs de district.

Malcolm Brogdon (2) : d’habitude, il n’a que le shoot du type qui a oublié de prendre son Smecta en période d’hémorroïdes, mais aujourd’hui il en avait aussi le jeu. Complètement à l’envers du début à la fin, il avait les clés du camion et a décidé de le planter dans le mur. Un bel hommage à Michael Youn dans « Les 11 Commandements ».

TJ McConnell (5) : par sa combattivité et son énergie contagieuse, il fait beaucoup de bien à Indiana et insuffle un esprit de combattant. Si dans votre collège, il y avait un type qui créait des embrouilles à base de « Han, il a traité ta mère, j’aurais pas aimé », bah c’était peut-être TJ McConnell.

Jeremy Lamb (6) : un beau petit match pour Jeremy Lamb qui cherche encore son rythme après une longue absence. Toutefois, ça nous semble difficile de louper le panier avec de si grands yeux.

Aaron Holiday (3,5) : ce type n’est même pas le meilleur Holiday de sa franchise. On peut dire que c’est un peu les vacances de la Toussaint, il fait moche, c’est trop court, et il y a Halloween en plein milieu. Oui, ça fait peur.

Toronto Raptors

Aron Baynes (5,5) : avant de jouer ce match, il a ouvert une bouteille de 75cl de bière sur le crâne d’un humain, l’a versée et bue dans ce même crâne, a lâché un énorme rot, a cassé un mur d’un coup de tête, s’est brossé les dents avec un tronc d’arbre et s’est endormi sur le béton. Un match réussi pour Ragnar Lodbrok donc.

Stanley Johnson (3,5) : OG Anunoby est le joueur que Stanley Johnson rêve d’être. Du coup, il a tenté une Space Jam, c’est à dire lui voler son talent. Hélas, il ne lui a volé que son apparence physique. Belle défense au finish.

OG Anunoby (7,5) : un match de gangster de la part du Real OG de Toronto. En l’absence de Siakam et Lowry, le briton a pris les choses en mains et a été aussi létal qu’un crochet de Dustin Poirier dans la tronche de Conor McGregor. Leader impeccable en attaque, il a également rangé Domantas Sabonis dans ses joues en défense. Glouton jusqu’au bout.

Norman Powell (6,5) : si son pourcentage aux tirs n’est pas exceptionnel, Norman a tout de même su se montrer important aux bons moments pour son équipe. Une réussite aléatoire mais un bonhomme qui parvient tout de même à ses fins, on dirait Sacha du Bourg-Palette quand il retournait sa casquette.

Fred VanVleet (6,5) : timoré en début de match, FVV est monté en régime, finissant par marquer ses shoots de loin et faisant même une superbe action défensive en fin de match. Alors que d’habitude, quand tu t’appelles Fred un dimanche soir, t’es plutôt destiné à boire du Picon Bière en marcel devant Sept à Huit. Une belle revanche sur la vie donc.

Chris Boucher (5,5) : toujours aussi précieux en sortie de banc, Chris Boucher a une nouvelle fois fait plus que le taf, ça on n’en doutait pas. La vraie question c’est, comment est-ce possible de s’appeler Boucher avec un physique et une gestuelle d’intolérant au gluten ?

Yuta Watanabe (4) : il ne joue pas au Jazz, Yuta, mais bien à Toronto. Par contre, il n’a été bon pour aucune des 30 équipes NBA ce soir, comme Domantas Sabonis et Malcolm Brogdon. Yuta t’abuses.

DeAndre’ Bembry (5) : même si les Raptors ont gagné ce soir, il y a de nombreuses questions existentielles que nous nous posons. « L’oeuf ou la poule ? », que fait le premier type dans la file d’un bouchon ?, « 6 x 7 = ? » puis « Comment laisser DeAndre’ Bembry sur le terrain dans les minutes décisives d’un match ? ».

Malachi Flynn (5) : pas le meilleur match du rookie surprise des Raptors, un différentiel de -7 en 7 minutes. Tu es viré de chez viré.

Terence Davis III (-) : on a trouvé un nouveau test pour le COVID-19, si vous trouvez que Terence Davies, troisième du nom, a fait une bonne entrée en jeu, alors vous avez perdu le goût et devez immédiatement consulter.

Matt Thomas (-) : son blaze aurait pu donner lieu à cette scène cultissime de H entre Thierry Henry et Jamel Debbouze. « Ça vous fait quoi de jouer avec OG Anunoby ? »

Belle victoire des Raptors donc, sur le score de 107 à 102, Toronto va mieux et se replace à l’Est après un début de saison bien crade. Du côté d’Indiana, on reste bien classé mais il va falloir réagir, les stars sont demandées à l’accueil pour le prochain match.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top