Notes de match

Les notes de Hawks – Wolves : D’Angelo Russell perd le duel des apostrophes contre De’Andre Hunter, rien ne va dans ce titre

D'Angelo Russell

Il a tout tenté, mais ça n’a pas suffi…

Source image : YouTube

Si le mois de janvier est globalement connu pour son temps de merde et pour son froid, il est aussi et surtout connu en NBA pour le Martin Luther King Day. Du basket à partir de 18 heures jusqu’au lendemain matin à l’aube, parfait pour lutter contre la déprime en cette période difficile de couvre-feu anticipé. Et qui dit MLK Day dit basket à heure convenable en France, et qui dit basket à heure convenable en France dit team notes au taquet pour vous distribuer du rêve par tonneaux. Accrochez-vous, va y avoir du sport.

Le deuxième match de ce MLK Day opposait les Hawks d’Atlanta aux Timberwolves du Minnesota. Et quel meilleur jour que le MLK Day pour les Hawks… pour sortir le maillot en hommage à Martin Luther King ? Bon au moins, ce match était déjà un peu plus plaisant que le Knicks – Magic de 18 heures (recap ici et notes ), et vous savez pourquoi ? Bah parce qu’on ne pouvait pas vraiment faire pire. Bon certes il y avait du déchet, mais rien de comparable avec le premier match. Trae Young a géré tranquillement, Clint Capela a joué le rôle du parfait copilote, D’Angelo Russell a tout fait pour maintenir les siens à flots mais sans KAT, les Wolves étaient trop faibles pour des Hawks mieux armés. On passe aux notes ? On passe aux notes.

Et ici-même, le récap de ce match.

Atlanta Hawks

Clint Capela (7,5) : Batman avait Robin, Starsky avait Hutch, Kad avait Olivier, Wallace avait Gromit, Walter White avait Jesse Pinkman et désormais, Trae Young a Clint Capela. Parfait complément de son gobelin de meneur, le Suisse a fait le taf sans broncher. Clint c’est ce pote parfait qui joue le co-pilote idéal quand son meilleur ami essaie de brancher une fille, tantôt drôle, tantôt idiot volontaire… La panoplie parfaite.

John Collins (6) : un match discret mais efficace de la part de l’aviateur le plus célèbre de l’état de Georgie. A réceptionné quelques alley-oops bien sentis et en a profité pour casser 2-3 cercles. Bon c’est pas des ailes d’avions mais ça fera l’affaire pour aujourd’hui.

De’Andre Hunter (7) : solide au tir, Hunter nous a sorti un match assez propre et abouti. Même si ses six pertes de balles arrivent de façon aussi incongrue qu’un apostrophe dans son prénom, il prouve qu’il monte en puissance et progresse à vue d’œil. Cam Reddish a un bon exemple à suivre

Kevin Huerter (7) : s’il a la dégaine d’un banquier, il en a aussi la polyvalence. Aux points, au rebond et à la passe, Huerter était partout sur ce match et a fait beaucoup de bien à son équipe. Et si les roux avaient une âme finalement ?

Trae Young (7) : certains pensent que John Collins lui en veut parce qu’il prend trop de shoots, mais Trae Young a trouvé le glitch ultime pour continuer de marquer ses points sans qu’on pense qu’il croque : il provoque des fautes et va aux lancers-francs.

Brandon Goodwin (3) : il a tellement loupé de shoots ce soir que les panneaux et arceaux de la Philips Arena ont posé leur démission sans préavis.

Solomon Hill (4) : toujours cette sale impression qu’il sort tout droit du film How High, que ce soit à cause de sa dynamite capillaire ou à cause de son influence sur le jeu des Hawks. Essaie d’aller à Harvard maintenant, Solomon, on sait jamais.

Rajon Rondo (4) : peu en vue sur ce game, il n’a pas marqué et a été assez insignifiant sur le beau parquet des Hawks. Peut-être a-t-il découvert qu’il n’y a pas de PlayStation dans le vestiaire des Hawks, ou qu’elle est condamnée pour raisons sanitaires.

Tony Snell (5,5) : le même regard que toi en cours de mathématiques à 8 heures du matin quand t’as oublié tes écouteurs pour monter dans le bus, mais il a tout de même réussi à scorer ses deux tirs primés les yeux fermés. Malheureusement, comme à chaque fois que quelqu’un réussit un truc de fou, personne ne fait gaffe.

Minnesota Timberwolves

Naz Reid (5,5) : au niveau des ressemblances, il a choisi Nene Hilario pour la dégaine, Nazr Mohammed pour le prénom et Marvin Williams pour le style de jeu. Pas forcément les meilleurs exemples, mais on respecte ses choix.

Jarred Vanderbilt (4) : il défend et donne tout ce qu’il a, mais malheureusement il ne peut pas donner grand chose du coup. +1 pour l’effort, mais ça s’arrête là.

Josh Okogie (4) : vous ne demandez pas à un boucher de vous vendre du fromage ? Vous ne demandez pas non plus à un bûcheron de découper de l’acier ? Non ? Alors ne demandez pas non plus à Josh Okogie d’attaquer, laissez-le seulement défendre.

Malik Beasley (5) : d’abord des échecs qui ont plombé son équipe, voire le basket en général, avant de finalement rentrer deux shoots importants pour remettre son équipe sur les rails et faire renaître l’espoir. Il a donc proposé la solution à un problème qu’il a en grande partie causé.

D’Angelo Russell (6,5) : il n’a pas gagné mais on ne peut pas lui reprocher grand chose, ni même de chercher le ballon à -7 à 11 secondes de la fin. A balancé des bombes comme il balance ses potes sur internet. DLo a allumé plusieurs mèches pour offrir un beau feu d’artifice, la défaite équivaut toutefois à un « c’est là-dedans que passent nos impôts ».

Anthony Edwards (4) : on pensait pourtant que les Wolves avaient déjà acquis Andrew Wiggins en 2014, bah ils viennent de le drafter une seconde fois en la personne d’Anthony Edwards.

Jarrett Culver (4) : quelques progrès après une saison rookie difficile mais il doit absolument continuer pour ne pas devenir un flop. Demain Jarrett pas.

Jaden McDaniels (3,5) : il n’a même pas sa tronche sur l’application de la NBA. Faites ce que vous voulez de cette information et débrouillez-vous avec.

Jordan McLaughin (3) : un nom qui commence par « Mc », comme le McDonalds, un crâne chauve, une barbe fournie et des épaules saillantes. Un match toutefois pas totalement réussi pour Philippe Etchebest avec des statistiques pas terribles. Cauchemar sur le terrain.

Ed Davis (5,5) : 4 points et 4 rebonds, bonne année 2013 au fait la mif.

Et voilà, c’est plié, 97 à 108 pour les Hawks qui se relancent après une série bien crade. Les Wolves, eux, confirment qu’ils sont plutôt une équipe 2K comme on les appelle. Sinon ça va, vous tenez le choc la mif ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top