Knicks

Les Knicks aiment se compliquer la vie : grosse flipette, mais victoire contre le Magic avec un score digne de la Jeep Élite

Obi Toppin Knicks

Ne t’inquiète pas Obi, tu n’étais pas le seul à avoir envie de pleurer devant cette purge !

Source image : Twitter / Knicks

Notre longue soirée de Martin Luther King Day a débuté de façon plutôt… ennuyante, avouons-le. Les Knicks et le Magic nous ont offert une sacrée bouillie de basket. Même si ce match était prévu à l’heure de l’apéro en France, on se demande si ce ne sont pas plutôt les joueurs qui ont pris un petit remontant un peu trop chargé avant de fouler le parquet.

On connaît les fameux matchs joués à des horaires inhabituels pour nos amis américains, souvent bien loin de nous offrir un grand spectacle. Et bien, ce Knicks – Magic est totalement rentré dans ce constat vérifié chaque semaine. Le Magic était privé de plusieurs de ses joueurs majeurs, dont notre Frenchie Evan Fournier, et n’a pas du tout pu le cacher. Le groupe d’Orlando a poursuivi tranquillement sa nuit durant toute la première mi-temps, laissant monsieur Nikola Vucevic jouer bien seul face à des Knicks pas bien flamboyants non plus. Dans un match où les parpaings et les actions sponsorisées Shaqtin’ A Fool étaient monnaie courante, les petits floaters mielleux ainsi que l’insouciance d’Immanuel Quickley ont au moins permis aux utilisateurs du League Pass de garder l’œil ouvert jusqu’à la pause, c’est déjà ça. Mais bon, on connaît trop bien les Knicks pour penser qu’un match devant être facilement géré, bien pépère, puisse l’être de bout en bout. Les scénarios rocambolesques, on connaît à Big Apple.

Et ça n’a pas manqué. Le Magic s’est tout de même décidé à jouer un peu au basket avant de rentrer à l’hôtel. Plutôt une bonne idée quand même ! Après un troisième quart-temps dont le seul moment intéressant reste le don de son corps par James Ennis, se jetant la tête la première sur le banc pour récupérer un ballon dont tout le monde se foutait, la révolte floridienne a pu avoir lieu. Tom Thibodeau pouvait faire ce qu’il voulait sur le bord du parquet et enchaîner les temps-morts, le scénario était en train de tourner au vinaigre comme si souvent concernant les Knicks. Après une belle panne sèche, New York a tout de même réussi à sécuriser son succès dans les dernières minutes grâce au grand n’importe quoi d’Aaron Gordon, et l’emporte finalement avec un score digne d’un Bourg-en-Bresse – Orléans dans notre si grande Jeep Élite. Le pire est évité côté Knicks, mais alors, les fans de basket de n’importe quel camp ont dû bien souffrir à la vue de ce premier match de la soirée. Le grand Martin Luther King n’a pas non plus dû apprécier que son nom soit associé à une telle purge.

R.J. Barrett a fait du R.J. Barrett des bons jours, Julius Randle ne mettait RIEN aujourd’hui mais a fait le taff’ niveau attitude et sur la ligne des lancers pour que les Knicks l’emportent au bout d’un match à oublier. On espère que les autres affiches de la soirée vont se révéler plus sympathiques et animées parce que sinon, du monde devrait s’endormir devant son écran. 

Box score Knicks - Magic (18 janvier 2021)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top