Old-School

Ça s’est passé un 15 janvier : Wilt Chamberlain transféré des Warriors aux Sixers, y’avait déjà des blockbuster trades en 1965

wiltchamberlain

Le transfert qui a fait décoller les Sixers.

Source image : YouTube

L’histoire de la NBA est remplie de gros transferts, certains changeant complètement la trajectoire des franchises impliquées et donc par la même occasion le destin de la Grande Ligue. Le 15 janvier 1965, l’un des joueurs les plus dominants all-time a changé d’écurie dans un véritable blockbuster deal. On parle de Monsieur Wilt Chamberlain, passé des San Francisco Warriors aux Sixers de Philadelphie. Retour sur ce trade XXL.

« Wilt Chamberlain n’est pas un homme facile à aimer. Et les fans de San Francisco n’ont jamais appris à l’aimer. » Voici les mots prononcés par le proprio des Warriors Franklin Mieuli suite au transfert de Wilt au cours de la saison 1964-65. Une saison marquée par une accumulation de défaites et de problèmes financiers pour la franchise de San Francisco, qui restait pourtant sur une participation en Finales NBA la saison précédente, finale perdue face aux Boston Celtics de Bill Russell. Malgré ses performances hors normes sous le maillot des Warriors, Chamberlain était loin de faire l’unanimité dans la Baie, les fans lui reprochant notamment son égoïsme et son incapacité à emmener la franchise au sommet. De son côté, Wilt n’était pas particulièrement ravi d’évoluer à San Francisco non plus. Peut-être qu’il n’avait pas apprécié le déménagement des Warriors en 1962, eux qui sont passés de Philadelphie – la ville natale de Chamberlain – au nord de la Californie. Mais surtout, il ne s’entendait pas vraiment avec la franchise, question de gros sous notamment. Dans un tel contexte, les Warriors ont estimé que la meilleure chose à faire, c’était de le transférer et les Sixers de Philadelphie (qui étaient les Syracuse Nationals jusqu’en 1963) ont sauté sur l’occasion, sous l’impulsion notamment de leur co-propriétaire Ike Richman, qui était alors l’avocat de… Wilt Chamberlain. Tiens, tiens. Les modalités du trade ? Les voici. Retour à la maison pour Wilt, direction San Francisco pour Connie Dierking, Lee Shaffer et Paul Neumann, les Warriors récupérant en plus 150 000 dollars en cash dans le deal. Une façon pour San Fran de remplir un peu les caisses, mais aucun joueur récupéré dans cet échange ne s’approche alors ne serait-ce qu’un tout petit peu du niveau de Chamberlain. Seul Lee Shaffer était un All-Star et pas de bol, il a préféré prendre sa retraite plutôt que de jouer pour les Warriors. Aujourd’hui encore, on se demande comment la franchise californienne a pu lâcher un monstre comme Wilt pour une si faible contrepartie.

Le départ acté, l’histoire entre Wilt et les Warriors fut cependant loin d’être terminée. Ironie du sort, le premier match du pivot avec les Sixers, c’était justement contre San Francisco à Philadelphie, le 21 janvier 1965. 22 points, 29 rebonds, et la victoire au bout, on imagine qu’il a dû savourer ce moment. Dans sa nouvelle franchise mais une ville qu’il connaît très bien, Chamberlain a continué d’affoler les compteurs pendant trois saisons et demie, raflant notamment trois trophées de MVP de la saison régulière entre 1966 et 1968. Et surtout, en 1967, après une campagne à 68 victoires pour seulement 13 défaites avec les Sixers, il a réussi à remporter le premier de ses deux titres de champion, guidant Philly sur le toit de la NBA avec l’aide de futurs Hall of Famers comme Hal Greer, Billy Cunningham ou encore Chet Walker. Devinez qui était en face cette année-là en finale ? Les Warriors. Parce que oui, suite au départ de Wilt Chamberlain et une saison 1964-65 à seulement 17 victoires, San Francisco a rapidement progressé jusqu’à remporter la Conférence Ouest. Paul Neumann, impliqué dans le trade deux ans plus tôt, faisait partie des contributeurs dans cette belle équipe des Warriors, mais c’est surtout le génial Rick Barry – drafté en 1965 avec le deuxième choix – et le solide Nate Thurmond qui menaient les débats dans la Baie. Ils n’ont cependant rien pu faire face aux Sixers dans la série finale, remportée 4-2 par Philadelphie avec un Wilt à 17,7 points, 28,5 rebonds et 6,8 passes décisives de moyenne.

Le transfert de Wilt Chamberlain de San Francisco à Philadelphie a propulsé les Sixers vers les sommets de la NBA, eux qui sont devenus l’une des meilleures équipes de l’histoire en 1967 sous l’impulsion de Wilt. Et si les Warriors ont reçu une pauvre contrepartie étant donné le talent de Chamberlain, ils ont réussi dans leur malheur à récupérer Rick Barry, qui guidera la franchise de la Baie vers le titre NBA en 1975. Comme ça tout le monde est content.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top