Notes de match

Les notes de Grizzlies – Hawks : Trae Young porte tout le monde sur ses épaules et pose la clim en hiver à Memphis

Pour la seconde saison consécutive, la team notes de TrashTalk continuera de régaler vos week-ends en proposant ses saillies verbales et punchlines acérées. Les games qui sont visibles à des horaires adaptés – pour les personnes n’ayant pas un rythme de sommeil de drogués  – seront notamment passés au crible pour se marrer en bande organisée, parce qu’en bande organisée personne ne peut nous canaliser. C’est donc dès maintenant que nous allons déposer nos cerveaux sur le sol pour faire un débriefing de ce match ensemble, vous êtes avec nous ? Parfait.

Duel de meneurs effrontés entre Ja Morant et Trae Young… qui a finalement tourné à l’avantage du moins chevelu des deux, portant tout le monde sur ses épaules pendant que Ja craquait son sac en fin de match avec une technique évitable. Kyle Anderson s’est mis en mode record pour tenter d’empêcher la victoire d’Atlanta, mais Kevin Huerter était contre eux et Dillon Brooks était avec eux. Cruelle désillusion.

Memphis Grizzlies

Jonas Valanciunas (5) : malgré tous ses efforts, il ne parvient pas à être plus lent que Kyle Anderson. Même s’il reste indispensable à ses Grizz comme une mayonnaise à une portion de frites, il n’a pas eu de réussite aux tirs et s’est même fait cuisiner par Trae Young qui lui a offert un cours de salsa.

Kyle Anderson (7) : rien ne sert de courir, il faut s’appeler Kyle Anderson. Chacune de ses séquences est estampillée ASMR, il n’a jamais couru sur un terrain de basket ni même dans sa vie entière, mais il est incroyable de justesse et cette lenteur a été très difficile à défendre par les Hawks, qui ont subi son record de points et de rebonds. La Citroën 2CV est à la mode dans le Tennessee.

Dillon Brooks (4,5) : quand on sait que Dillon est également une marque de rhum, on comprend mieux les pourcentages et la gestuelle de cette espèce de tentative de Danny Green. Malgré ses bonnes statistiques, c’est clairement du travail de bourré, Dillon Broute.

Grayson Allen (4) : un coude de Solomon Hill dans la tronche, un étourdissement sur un dribble de Trae Young, bref une défaite aux points. Cruelle désillusion pour Conor McGregor.

Ja Morant (7,5) : il était en mode Monsieur Propre avec des dreads à force de jouer juste… mais cette foutue technique est venue tout gâcher. Ja Morant était parti pour nettoyer la défense des Hawks à coups de splashs de loins et de ploufs de près, mais après avoir renversé son cerveau qui a éclaboussé partout, il est bon pour tout recommencer.

Tyus Jones (4,5) : que des passes, aucun point marqué et quasiment aucun coup d’éclat dans son match. Tyus Jones a joué le rôle du « Joker » à l’entraînement, celui qui ne défend jamais mais n’a pas le droit de tirer. Vous voyez ?.

Brandon Clarke (4) : d’habitude précieux et juste dans son jeu, il a ici eu beaucoup de mal à exister dans le bon sens du terme. Un match sans pour le sophomore, qui a tenté d’imiter Shawn Marion mais qui n’a réussi que pour la mécanique de tir.

Desmond Bane (6) : 100% aux tirs, 100% à 3 points, un sans faute. Tutto va Bane.

Gorgui Dieng (4,5) : pourquoi demander à Gorgui Dieng de s’éloigner du cercle comme un Dirk Nowitzki ? On ne demande pas à Stephen Curry de poser des tomars nous, et de toute façon, quand il tente il glisse, alors restons aux basiques.

John Konchar (5) : pas beaucoup en réussite ce soir, mais ça ne vous autorise pas à prononcer son nom en verlan.

Atlanta Hawks

John Collins (4) : deux fautes très rapides en début de match comme s’il voulait s’échapper au plus vite de partiels qu’il n’avait pas révisé, et un retour… qui confirme qu’il n’avait pas révisé des masses. C’est plus facile de casser des avions n’est-ce pas John ?

De’Andre Hunter (5) : quelques shoots importants mais un impact globalement quelconque. Son principal fait d’arme du match étant l’apostrophe au beau milieu de son prénom, qui lui-même n’a pas vraiment envie d’être là.

Cam Reddish (3) : des pertes de balles idiotes et un pourcentage aux shoots assez vilain. Il a clairement foiré son match, mais au moins il ne s’appelle pas Andrew Wiggins. Heureusement que c’est précisé sinon on aurait pas vu la différence.

Bogdan Bogdanovic (2) : le type aurait pu passer deux semaines à tenter de balancer un caillou dans un lac qu’il aurait désespérément manqué sa cible. Un match à oublier pour Bogi, même si avec ce 3-points marqué, il en a déjà marqué un de plus que Kelly Oubre cette saison.

Trae Young (8) : même si la réussite extérieure a parfois fui l’homme à l’allure de gobelin, Trae Young a terminé ce match en tron-pa, en variant son jeu tantôt à coups de lancers-francs, tantôt à coups de dribbles chaloupés. Si vous croisez Grayson Allen, indiquez-lui son nom et son adresse, il doit encore chercher à l’heure actuelle.

Bruno Fernando (5) : s’il a plutôt un blase à jouer dans « Qui veut épouser mon fils ? », il s’est simplement occupé de bastonner la raquette adverse façon Pascal Soetens dans « SOS ma famille a besoin d’aide ». Allez sors ta rage petit, sors ce que t’as en toi.

Kevin Huerter (7) : il ne ressemble toujours pas avec un basketteur mais alors quel régal quand il s’agit de scorer de loin aujourd’hui. La légende du playground s’est vérifiée aujourd’hui : ceux qui ont le moins d’accessoires et d’artifices sur eux sont les meilleurs joueurs.

Solomon Hill (4) : l’animal a un peu trop pris à cœur les paroles « J’suis le capitaine. J’vais les décapiter » de Kofs dans Bande Organisée. Car Solomon Hill a tout simplement guillotiné Grayson Allen en première mi-temps. Une dégaine de crackhead… pour un match de crackhead.

Brandon Goodwin (4) : un panier puis plus grand chose derrière, mais au moins, lui non plus n’est pas Andrew Wiggins.

Nathan Knight (6) : le rookie a été très intéressant, il a su prendre ses responsabilités en attaque, a fait du bon boulot et s’est même permis d’éclater l’arceau comme s’il lui devait des thunes. Les bons comptes font les bons amis pourtant.

Comme on dit : c’est le métier qui rentre pour Ja Morant, qui s’est donc fait apprendre la vie par Trae Young. Il faudra bel et bien compter cette saison sur une équipe grandie d’Atlanta tandis que Memphis, même sans Jaren Jackson Jr. et Justise Winslow, deux titulaires potentiels, montre certes les crocs mais perd encore.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top