Notes de match

Les notes de Celtics – Nets : Kyrie Irving et Kevin Durant lâchent des caisses sur le Massachussetts, ça sent pas bon pour la NBA

Durant Kyrie

Deux boules puantes lâchées dans le TD Garden.

Source : Bein Sports

Quel meilleur jour que Noël pour voir la team notes préférée de votre team notes préférée faire son retour dans le game ? Aucun, c’est bien ce qu’on pensait. A peine le temps de savourer le retour de notre vrai amour qu’est la NBA… que le Christmas Day pointe le bout de son nez. 5 matchs au programme, de 18 heures à 6 heures du matin, et qui dit 5 matchs au programme dit… 5 bulletins de notes. Le vrai repas de Noël se trouve ici, alors accrochez vos estomacs et vos foies, parce que ça ne fait que commencer.

Parlons sans langue de bois, si ce début de Christmas Day était un cadeau de Noël, ce serait le coffret Scorpio. Las de rencontres moroses, tournons nous désormais vers le TD Garden où Celtics et Nets s’apprêtent à se foutre sur la tronche. Une rencontre aux allures de Finale de Conférence où Kevin Durant, Kyrie Irving et Jayson Tatum se retrouvent sur le même parquet. Des gros noms, certes, mais aussi un joli duel de velleda avec Brad Stevens et Steve Nash, le nouveau maître à jouer de Brooklyn. Même si une tendance new-yorkaise se dégageai, il faisait mauvais temps pour les parieurs et quelques minutes avant l’entre-deux, bien malin qui pouvait prédire l’issue. Allez, envoyez les notes. 

Boston Celtics

Jayson Tatum (6) : Tantôt Jayson Batum, tantôt Jayson Tatum. Ça a parfois été du grand n’importe quoi avec une distribution de big shots à qui voulait le défendre. S’est même permis de fesser Kyrie Irving après un fadeaway des huit mètres sur la tête du petit complotiste. Malheureusement, sa deuxième mi-temps était moisie.

Marcus Smart (7) : missionné par Brad Stevens dans le but de stopper – au mieux freiner – l’artificier Durant, le Andrew Albicy du riche a failli à sa sale besogne, mais s’est mué en véritable atout offensif. Par contre il a tellement d’acné que ses larmes doivent prendre un 4×4 pour arriver au menton. C’est super laid.

Daniel Theis (4) : pas un super match mais pourrait aisément remplacer un Wahbi Khazri en grande difficulté sur l’aile stéphanoise.

Tristan Thompson (6) : quand il se lève dans le métro c’est pour laisser sa place à deux femmes. Il avait le plus gros boule de la table lorsqu’il allait manger chez la belle-famille, et pourtant il sortait avec Khloé Kardashian. Sinon il a bien joué c’était pas trop mal.

Jaylen Brown (8) : le temps passe et ses cheveux continuent leur pèlerinage vers la zone pubienne. Lui, continue son pèlerinage vers le All-Star Game en envoyant un 27-8-3. Dur sur l’homme et maitre de son handle, y’a un joli cap à passer cette saison.

Jeff Teague (2) : un lay-up ouvert manqué, un dunk seul en contre-attaque manqué et un 0/5 réussi. Une bonne torsion testiculaire dans la nuit et la boucle est bouclée.

Grant Williams (4) : a un si gros nez qu’il doit mettre un masque en bois pour ne pas le trouer. Le mec est tout aussi intéressant qu’inutile, on sait même pas vous dire s’il est bon ou nul, l’important est vraiment son gros pif.

Payton Pritchard (6) : un petit morveux vraiment trop mignon et plein d’énergie. En ce moment il attend le goûter d’après-match les cheveux mouillés et avec son sac à lanière.

Semi Ojeleye (4) : Semi à mettre du rythme dans la rencontre. Enfin pas vraiment, mais c’est pour la vanne.

Aaron Nesmith (?) : il n’a presque pas joué mais on dirait Andrew Wiggins en bien meilleur.

Javonte Green (?) : il n’a pas eu le temps de montrer quoique ce soit, donc on se dit que c’est l’occasion de vous faire découvrir le joueur avec une compilation de ses années basket.

Brooklyn Nets

Kyrie Irving (10) : ronchon des fesses après avoir reçu un joli globe au pied du sapin, Kyrie s’est vengé en rendant une copie de haute-voltige. Le petit phénomène perd peu de ballons et orchestre à merveille l’attaque des Nets. Résultat ? 37 points, 6 rebonds et 8 assists à 62% au tir : même en boucherie on prend pas ce genre de stagiaire.

Spencer Dinwiddie (4) : sort sur blessure après un choc avec Tristan Thompson, s’en va faire un tour aux vestiaires, revient sur le banc, puis retrouve le parquet pour lâcher un 6-4-2 moins historique que le TFC 2019-20. Rendez-vous dans quinze ans pour que personne ne parle de ce match sur le plateau d’ESPN.

Kevin Durant (9) : si maigre qu’on pourrait lui demander quel bon vent l’amène. Bon, ça l’a pas empêché de dynamiter la défense des Celtics, et sans forcer : 29 pions, 4 rebonds et 3 assists à 62% au tir… C’est criminel de propreté.

DeAndre Jordan (5) : « Le premier qui met deux points sans dunker sent la mozzarella sous les bras. »

Joe Harris (5) : 26 minutes de débauche et de misère en attaque, le Joe a contribué à la victoire collective de l’autre côté du parquet. Mais un Harris sans 5/7 du parking c’est comme un Titanic sans trou dans la coque, on ne retiendra pas la date.

Jarrett Allen (7) : un (quasi) double-double de l’ombre et surtout ce travail de dissuasion PHÉ-NO-MÉ-NAL. T’es un joueur de Boston, tu pénètres dans la raquette en apercevant une touffe, à moins que ce soit Tyler Johnson qui vient de sortir de Jumanji, t’évites d’aller au cercle.

Taurean Prince (4) : un airball plus fuyant que Niska face à ses responsabilités paternelles, l’ailier n’a pas marqué la soirée de son empreinte offensive habituelle. Taurean Prince a craqué, comme les biscuits Prince, c’est marrant ça.

Landry Shamet (4) : le seul Landry qui met une once de respect sur son prénom. Les autres utilisent les stories Facebook et sont allergiques aux bâtonnets de surimi.

Caris LeVert (5) : une bonne séquence offensive puis, nostalgique de sa Corrèze natale (non), s’en est allé écouter du Jocelyne Lafaille.

Jeff Green (4) : passait par là et POUM, le gros dunk.

Après cette rencontre, nous avons fait le plus dur. Le tonton qui pense te faire marrer en vannant les coupes de cheveux des joueurs est rentré chez lui, ou ivre mort sur son fauteuil, s’il est déjà chez lui. Aussi, plus de quatre heures nous séparent désormais du diner, vous l’aurez compris, la digestion n’est plus qu’un lointain souvenir. De quoi terminer la journée par un quatrième repas devant Dallas – Lakers. Bonne soirée les amis !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top