Sixers

Les Sixers continuent de croire en leur duo Ben Simmons – Joel Embiid… pour l’instant : on en reparle à la trade deadline ?

Avec un James Harden à récupérer ?

Source image : YouTube

Après la saison chaotique de l’an passé, des changements étaient inévitables du côté de Philadelphie. Et comme prévu, ça a bougé, avec l’arrivée de l’ancien manager général des Rockets Daryl Morey et celle du coach Doc Rivers sur le banc, sans oublier plusieurs transactions pour rééquilibrer l’effectif. Mais le duo Ben Simmons – Joel Embiid, souvent pointé du doigt pour son manque de complémentarité, est lui toujours en place. Jusqu’à quand ?

Les rumeurs concernant une fin potentielle du tandem Simmons – Embiid, on a l’habitude. C’est un thème que l’on retrouve assez régulièrement à Philly et dans l’univers NBA. Quand Daryl Morey a débarqué chez les Sixers environ une semaine après avoir quitté son poste chez les Rockets mi-octobre, on se demandait comment son arrivée allait impacter le duo de jeunes stars. Car Morey, il n’a jamais été timide pour faire des transferts, pour bouleverser les choses, et on connaît son amour pour attirer des grands noms dans sa franchise. En l’espace de quelques semaines dans la ville de l’amour fraternel, il a déjà été fidèle à sa réputation. Parmi les transactions marquantes de l’intersaison, on note le transfert d’Al Horford et de Josh Richardson, deux joueurs qui ont commencé pratiquement tous les matchs la saison dernière sous Brett Brown, pour les résultats décevants qu’on connaît. En retour ? Philadelphie a obtenu Seth Curry et Danny Green, les deux principales recrues avec Dwight Howard. Curry et Green vont apporter ce qui manquait cruellement aux Sixers l’an passé, à savoir des vraies menaces extérieures et donc du spacing. Des transactions qui signifient une chose à l’heure actuelle : Daryl croit en son duo Simmons – Embiid. Le recrutement réalisé vise clairement à maximiser leurs qualités en tentant de trouver un meilleur équilibre global, et la présence de Doc Rivers sur le banc – bien qu’il soit arrivé avant Morey – a notamment pour objectif de responsabiliser davantage les deux jeunes stars de l’équipe. Tout ça pour dire qu’à l’instant T, les Sixers sont clairs sur leurs intentions. Mais est-ce que ça sera toujours le cas dans quelques mois ?

Cette question rend la saison de Philly particulièrement intéressante. Il existe en gros deux scénarios. Le premier, c’est un scénario dans lequel les premiers changements de Daryl Morey payent et permettent aux Sixers de retrouver leur mojo, comme lors des saisons 2018 et 2019, quand l’équipe de Philadelphie a joué les demi-finales de Conférence Est après une régulière à plus de 50 victoires, en passant notamment à un shoot miraculeux de Kawhi Leonard d’atteindre le dernier carré des Playoffs. Une équipe qui comportait des joueurs comme J.J. Redick, Robert Covington, Dario Saric puis Jimmy Butler (récupéré dans un transfert avec Minnesota en lâchant RoCo et Saric). Là, avec les arrivées de Seth Curry et Danny Green, on se dit que les Sixers peuvent être plus dangereux collectivement. Par contre, l’autre scénario, moins reluisant, c’est celui dans lequel le soi-disant manque de complémentarité entre Simmons et Embiid revient sur le devant de la scène. Les changements de Morey seront-ils suffisants pour permettre à Philly de rebondir après l’échec de l’an dernier ? Pas dit, surtout si c’est le Danny Green de la bulle qui débarque aux Sixers. Et si l’arrivée de Curry va forcément faire du bien, faut pas non plus le considérer comme un sauveur. Excellent sniper certes, mais aussi un joueur de petite taille avec des limitations défensives malgré son intelligence et l’énergie déployée de ce côté-là du terrain. On connaît également les problèmes de durabilité d’Embiid, sans oublier que Ben Simmons sort lui aussi d’une campagne perturbée par les bobos. Donc clairement, il y a une bonne dose d’incertitude concernant la manière dont va se dérouler la saison 2020-21 de Philadelphie.

Si c’est le deuxième scénario qui prime, alors il faudra surveiller les Sixers dès la prochaine trade deadline, prévue normalement fin mars. Et pas besoin d’être un génie pour faire le lien avec James Harden, qui rêve aujourd’hui de quitter Houston. On connaît tous l’historique entre Daryl Morey et le Barbu, eux qui ont passé presque une décennie ensemble pour tenter d’amener les Rockets au sommet. L’ancien GM des Fusées a carrément dédié un paragraphe complet à Harden dans le Houston Chronicle après son départ afin de lui rendre hommage. Vu la situation actuelle dans le Texas, on imagine que l’ami Daryl garde le dossier Ramesse dans un coin de sa tête, ce dernier ayant ajouté Philly à sa liste de destinations préférentielles en cas de transfert. D’après Marc Stein du New York Times, les Sixers sont aujourd’hui favoris pour accueillir le Barbu, même s’il faudra attendre un peu avant que quelque chose ne se passe. Car non seulement Philly veut tester la nouvelle version de son équipe, mais la franchise de Houston n’est pas encore prête à se séparer de son Barbu, sous contrat pendant encore deux saisons au moins. Les Rockets veulent une très grosse contrepartie en cas de trade et dans un monde idéal, ils souhaitent convaincre Harden de rester en réalisant un bon début de saison. Ça paraît assez illusoire mais il est clair que Houston ne veut pas se précipiter sur le dossier. Le temps est donc aujourd’hui du côté des Fusées. Cependant, ce sera de moins en moins le cas et à un moment donné, la franchise texane devra très probablement appuyer sur le bouton trade. Et il est possible que les Sixers et les Rockets se retrouvent autour de la table dans trois mois, avec d’un côté une franchise de Philly qui décide de mettre fin à l’expérience Ben Simmons – Joel Embiid et de l’autre, des Texans qui veulent tourner la page Harden après une demi-saison chaotique. Un deal impliquant Simmons, qui représente le genre de contrepartie que vise Houston aujourd’hui, pourrait ainsi avoir lieu entre la nouvelle équipe de Daryl Morey et l’ancienne. Comme l’indique Marc Stein, la familiarité entre les deux front offices pourrait favoriser ce transfert et dans le même temps apaiser les tensions résultant du départ de Daryl vers Philly.

Daryl Morey compte sur Ben Simmons et Joel Embiid pour emmener les Sixers le plus loin possible, et son recrutement à l’intersaison le prouve. Maintenant, si Philadelphie galère à nouveau cette saison, l’ancien GM des Rockets pourrait vraiment faire le nécessaire pour retrouver son Barbu afin de booster les chances de titre de Philly. Il ne faudra pas être surpris si on assiste à un blockbuster en mars voire à la prochaine intersaison.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top