One-on-One

Salut Khris Middleton, comment ça va ? De deuxième tour de draft à double All-Star en puissance, sympa l’évolution

Khris Middleton

Mettons un peu de lumière sur ce bon vieux Khris, il le mérite !

Source : Youtube / ESPN

Etrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers la reprise de la saison le 22 décembre prochain. Et oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Focus aujourd’hui sur Khris Middleton, l’homme qui mérite plus que d’être simplement perçu comme le bras droit du double-MVP en titre.

Quand tu es coéquipier d’un grand gaillard grec de 2,11 qui roule sur la Grande Ligue à chaque rencontre et qui enchaîne les récompenses individuelles comme les chocolats un soir de Noël, difficile de se mettre en avant et de braquer les projecteurs sur soi. Mais ça, ça ne semble pas être l’une des préoccupations de Khris Middleton. A 29 ans, et à l’image d’un Klay Thompson, l’ailier des Bucks semble se complaire dans ce rôle de super-lieutenant de Giannis Antetokounmpo mais aujourd’hui, plus personne n’a de doute sur son immense talent. Retour sur son parcours exemplaire. 

En NBA et ce depuis toujours, on connait un paquet de belles histoires, de garçons qui n’étaient pas attendus et qui à force de travail et d’abnégation ont su se faire une place au sein l’élite des basketteurs. James Khristian « Khris » Middleton est l’un de ceux-là. Malgré une saison honorable de freshman à Texas A&M, on peut dire que la cote de KM n’était pas au plus haut en sortie de fac, et c’est donc dans le ventre mou du deuxième tour à la 39ème position de la draft 2012 – cinq petites places derrière Draymond Green, comme quoi il fallait avoir le nez fin cette année là – que le bon Khris est sélectionné par les… Pistons. Ah oui tiens, c’est vrai. 27 petits matchs dans le Michigan durant la saison 2012-13, des stats pas fofolles, et Middleton s’envole déjà pour la franchise qui deviendra sa maison : les Bucks. Et on peut dire qu’en sept saisons dans le Wisconsin, Khris a donné la définition parfaite de l’expression « être le pilier d’une équipe ». Dans les premières années, le numéro 22 travaille dur, se fait rapidement une place dans la rotation des Daims et va même devenir un titulaire indiscutable sur les ailes. Ses stats s’épaississent à la même vitesse qu’est en train d’éclore son jeune coéquipier européen drafté pour sa part en 2013, et très vite la franchise va s’en remettre au talent du Greek Freak et de son lieutenant de luxe Middleton, devenu la véritable deuxième arme offensive de l’équipe. L’apogée récente de ce duo mènera d’ailleurs la franchise vers les sommets de la conférence Est en 2019 et 2020. Malgré deux saisons régulières tout en haut du classement, les Bucks du double-MVP grec et Middleton, tous deux All-Star les deux saisons, butent en Playoffs en finale de Conférence 2019 face aux Raptors puis en demi-finale de Conf’ 2020 face au Heat. Autre déception pour Middleton lors de la saison 2019-20 au niveau personnel, car même si il sort de sa meilleure saison en carrière avec 20,9 points, 6,2 rebonds et 4,3 assists de moyenne il échoue à cinq petit shoots seulement de rentrer dans le club très sélect du 50-40-90. En gros, Khris a vécu ce fameux mais triste moment où tu as réussi à tromper le videur de la boite sur ton âge et que tu t’apprêtes à mettre le pied à l’intérieur quand il te dit :  » Attend, finalement… montre-moi quand même ta carte d’identité ». C’est passé à ça. Mais globalement, Middleton est passé de vilain petit canard auquel personne ne faisait attention à joueur doublement étoilé et shooteur ultime d’une équipe à soixante victoires en saisons régulière. Le meilleur exemple du joueur qu’est devenu Khris Middleton ? Peut-être bien son match 4 « win or go home » de demi-finale de Conférence des Playoffs 2020, face au Heat, dans lequel Giannis se blesse en début de match et où l’ami Khris portera finalement tout le Wisconsin sur ses épaules avec un 36/8/8 de très, très, très haut niveau.

La suite ? Ayant prolongé avec les Bucks l’été dernier pour 5 ans et un très joli pactole de 178 millions de dollars, on imagine mal l’avenir de Khris ailleurs qu’à Milwaukee. Malgré le fait qu’aujourd’huion puisse penser que KhriKrhi a peut-être une âme de franchise player, on sait aussi que c’est du sang de Daim qui coule dans ses veines, du moins tant que Giannis sera à ses côtés, c’est à dire jusqu’en 2021. Car l’étape suivante quelle est-elle ? Disons qu’il faudrait que les Bucks ne tardent pas trop à passer le cap tant attendu en atteignant les finales NBA. Avec l’arrivée de Jrue Holiday et les différentes renforts de la FA 2020 (DJ Augustin et Bobby Portis notamment), la franchise du Wisconsin semble tout de même armée pour repartir au combat et se prépare à vivre la fameuse « année ou jamais ». Et aucun doute, Khris Middleton en sera l’un des acteurs principaux.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 10%
  • Jauge de hype actuelle : 60%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 5%
  • Celui qu’il aimerait devenir : Paul Pierce de 2008
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Paul Pierce le consultant

A 29 ans, Khris Middleton arrive tranquillement dans son prime et vu son contrat, on dirait qu’il semble prêt à le passer dans le Wisconsin. Un parcours exemplaire d’homme de l’ombre qui mérite amplement le statut qu’il a réussi à construire au fil des années : plus qu’un simple lieutenant, celui d’un véritable All-Star, scoreur et coéquipier formidable, que l’on continuera à voir parmi les meilleurs ailiers de la Grande Ligue pendant encore de nombreuses années. S’il y a un joueur qui représente tellement l’âme des Daims que des bois pourraient presque lui pousser sur la tête ? C’est bien Khris Middleton. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top