Lakers

LeBron James ne serait pas prêt à reprendre en décembre selon Danny Green : le roi ne veut pas être dérangé pendant ses vacances ?

Sept semaines de break, c’est court, même pour une machine comme le King.

Source image : NBA League Pass

La date du 22 décembre semble aujourd’hui entourée sur le calendrier de la NBA pour le début de la saison 2020-21. Et qui dit reprise le 22 décembre dit pause très courte pour les champions en titre de Los Angeles. Une pause tellement courte que certains, comme LeBron James, ne seraient pas chauds pour reprendre à l’heure côté angelino.

C’est Danny Green, présent sur le NBA Ringer Show avec Raja Bell et Logan Murdock, qui s’est exprimé sur l’état d’esprit actuel des Lakers, vainqueurs du Larry O’Brien Trophy dans la bulle de Disney World. C’était il y a seulement deux semaines, et voilà que la NBA parle déjà d’une reprise dans moins de deux mois, avec des camps d’entraînement qui pourraient commencer dès le 1er décembre prochain. Forcément, contrairement à des équipes qui n’ont pas joué depuis mars et qui ont hâte de retrouver les parquets, les Californiens ne sont pas du tout dans le mood par rapport à une reprise dans quelques semaines seulement. Ils sont probablement encore en train de savourer le 17è titre de l’histoire de la franchise et de prendre du bon temps en famille. D’après les rumeurs, Gérard se baladerait d’ailleurs toujours torse nu dans les rues de Los Angeles, mais on ne rentrera pas dans les détails. Revenons-en à notre ami Danny. Si l’on en croit ses propos, en cas de reprise en décembre, plusieurs joueurs de son équipe risquent de faire la gueule. Un Game 6 de Finales NBA joué le 11 octobre pour un camp d’entraînement qui commence dès le 1er décembre, c’est showtime.

« Si on recommence en décembre, je pense que beaucoup de gars seront du genre, ‘Je ne serai pas là' », a déclaré Green. « Si on reprend aussi rapidement, je ne m’attends pas à voir LeBron ici. Je ne m’attends pas à le voir durant tout le premier mois de la saison. Il travaillerait probablement avec nous, mais globalement je ne m’attends pas à ce que les gars possèdent l’envie d’être là. »

C’est probablement le genre de décla qui est faite sous le coup de la nouvelle par rapport à une potentielle reprise le 22 décembre, et qu’il ne faut donc pas prendre mot à mot en imaginant tout de suite un LeBron qui fait l’impasse sur le début de saison. Cependant, ça soulève quand même un point important, à savoir le rythme imposé aux joueurs. On imagine qu’Adam Silver garde cet aspect-là dans un coin de sa tête, la Ligue ayant réalisé plusieurs ajustements dans son calendrier ces dernières années pour alléger le rythme très dense d’une saison NBA, mais on sait aussi que ce n’est pas la priorité absolue du moment. La priorité, c’est de retrouver un calendrier habituel le plus vite possible pour se remettre sur les bons rails, tout ça dans un contexte très difficile et surtout incertain. Enjeux financiers, audiences, équilibre global de la NBA… c’est plutôt ce genre de sujets qu’on retrouve sur la table aujourd’hui. Les Lakers, mais aussi le Heat, sont les deux équipes qui auront le moins de repos avec à peine sept semaines de break en cas de training camp le 1er décembre, alors qu’habituellement les finalistes ont environ trois mois et demi pour recharger les batteries, c’est-à-dire deux fois plus.

On peut comprendre la déclaration de Danny Green. Seulement sept semaines de repos d’une saison à l’autre, c’est compliqué physiquement et mentalement. L’union des joueurs peut toujours refuser une Opening Night le 22 décembre, mais ces derniers ont bien conscience pour l’équilibre de la NBA qu’une reprise tardive pourrait avoir de mauvaises conséquences pour la suite. Et puis bon, on en connaît beaucoup qui veulent rejouer à la balle orange après de longs mois d’arrêt. 

Source texte : The Ringer NBA Show

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top